Analyse du film SPECTRE et explication de la fin : un James Bond ultra-référencé ?

Fin du reboot et préparation de la suite !

spectre_james_bond_affiche007 SPECTRE est le film recréant le lien entre le reboot de Casino Royale, les "vieux" films de James Bond et qui prépare le futur de la franchise. Il existe en effet de beaucoup de codes et fait de nombreux clin d’œils à la saga old school, en particulier les 70's de Roger Moore. On peut aisément y voir une volonté de revenir à des fondamentaux plus simples à exploiter au cinéma. La trilogie Casino Royale, Quantum of Solace, Skyfall est un OVNI au sein des 24 films de James Bond et il semble très compliqué de continuer avec réussite sur cette voie. De fait, la clôture de ce "chapitre" particulier fait sens.

Parmi les codes biens connus du public, on retrouve bien sûr Ernst Stavro Blofeld en tant que leader de l'roganisation SPECTRE. De la mentalité au physique, le grand méchant signe un retour explicite. Les scénariste vont jusque intégrer le chat blanc ainsi que la marque physique caractéristique sous forme d'une cicatrice en travers de l’œil. On notera d'ailleurs que cette cicatrice est l'oeuvre presque directe de James Bond lorsqu'il s'échappe de la base secrète en plein désert. Cependant, il est dommage que la prestation de Christoph Waltz ne soit pas à la hauteur du charisme de ce personnage ! Autre point, on note un positionnement bien différent : Blofeld est dorénavant catalogué comme étant de la famille de Bond... Comment cela va-t-il évoluer ???

Le retour de la base secrète, qui plus est un cratère, est un élément qui avait été largement "oublié" de la trilogie Daniel Craig. Les précédents opus étaient plus orientés sur les personnages secondaires et leurs psychologies (Le Chiffre, Mr. White, Dominic Greene...). La base secrète, qu'il s'agisse d'un vaisseau spatial (Moonraker), d'une île perdue (Octopussy), d'un prototype de navire furtif (le Sea Dolphin II de Demain ne meurt jamais), et bien d'autres, s'inscrit de nouveau dans les codes de James Bond !

Autre fait marquant, malgré les annonces diverses de Q (Ben Whishaw) exprimant clairement la fin des gadgets, ceux-ci reviennent doucement dans 007 SPECTRE. Souvent avec une grande dose d'humour, on découvre quand même que l'Aston Martin n'est pas si basique que cela : siège éjectable et lance flamme ne sont pas réellement des équipements de série !!! Même chose avec la montre qui fait bien plus que donner l'heure car explosive... "l'alarme sonne vraiment très fort".

QUANTUM OF SOLACEDu côté des relations avec les femmes, James Bond n'a toujours pas besoin de gadgets... Le retour de l'homme à femme (même un peu trop ?) est très marqué dans le dernier film de Daniel Craig. Il parvient quand même à coucher avec la veuve de l'homme qu'il a lui-même assassiné. James est aussi responsable de la mort d'un père (il lui donne quand même l'arme et n'évite pas vraiment le suicide) et fini par sortir avec la fille...

Et nous ne parlons pas de l'alcool et des cocktails qui reviennent en force !

Le dernier point fort qui, de notre point de vue, assure le lien avec les James Bond pré-Casino Royale est la délirante scène d'action à la montage, à base d'avion qui se transforme en luge et termine en explosant des voitures, traversant à grande vitesse un hangar en bois...

Lire la suite : Autriche, Maroc, des lieux déjà connus !

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2 3 4 5 6

5 comments

  1. Ytterbium 5 janvier, 2016 at 16:05

    Aux dernières nouvelles, Tanger n’est pas vraiment en Tunisie, et aucun film n’a été tourné là bas.

    L’ouverture fait davantage référence au prégénérique de Vivre et laisser mourir et à la cérémonie vaudou à la fin du film, deux moments qui figurent parmi les préférés du réalisateur Sam Mendes et Daniel Craig.

Leave a reply