Critique Captain America : First Avenger de Joe Johnston

L'été fut chargé en super-héros en tous genres, et c'est notre Captain America qui vient clore les allers et venues des encapés sur nos grands écrans pour l'année 2011.

Que dire de Captain America ? Son réalisateur est un connu inconnu (ou un inconnu connu, c'est comme vous préférez). Certes inconnu du grand public, bien qu'il ait travaillé sur quelques petites productions telles que la trilogie initiale de Star Wars, les Indiana Jones et a notamment réalisé Jurassic Park III. On peut donc s'attendre à de bons effets spéciaux qui ne s'appuient pas que sur l'infographie, un film sans lenteurs, et surtout, une réelle intégration au projet The Avengers, Joss Whedon ayant fait quelques allées et venues sur le scénario.

the-avengers-tournage

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le résultat est là. Le film est habilement présenté comme un gros flash-back dans les années 40, années 40 qui ne se veulent pas réalistes pour deux sous, mais réellement dans le fantasme américain de l'époque (on retrouve des touches du Rapture de Bioshock, des idées de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires etc...). Ajoutez à cela quelques touches héroïques à la Indiana Jones, et vous trouvez un très rafraichissant cocktail détonnant de super-héros. N'ayons pas peur des mots d'ailleurs, j'ai trouvé Captain America 100 fois plus proche d'un Indiana Jones dans l'esprit que les Benjamin Gates... c'est dire.

Parlons un peu des personnages : Tommy Lee Jones fait le job pendant que Hugo Weaving est brillant (comme à son habitude... même si on le trouvera peut-être un chouïa moins impliqué que dans Le Seigneur des Anneaux, Matrix ou V pour Vendetta). Chris Evans incarne un Steve Rogers crédible et sympathique, complètement dans l'esprit de son homologue dessiné. Mention toute particulière à Hayley Atwell qui joue une Peggy Carter sexy mais forte, tenant tête à Steve Rogers, ce qui n'est pas sans rappeler Eva Green dans Casino Royale... bref, un coup de cœur pour Hayley 😉

hayley atwell

Petite parenthèse geek : Les fanboys Marvel ont (pour une fois), de fortes chances d'apprécier le personnage de Captain America. Effectivement, là où Thor et Iron Man ont été dramatiquement simplifiés à la moulinette hollywoodienne (Donald Blake, l'alter ego de Thor n'existe pas, Tony Stark perd sa dimension "dark" en ne connaissant ni les affres du succès, ni ceux de l'alcoolisme), et bien Steve Rogers s'est lui presque vu enrichit. Oui, il est vrai qu'il n'est pas le personnage le plus complexe de l'univers Marvelien, mais il est présenté ici avec une personnalité forte, une présence et une prestance que l'on ne lui connait pas tant que ça dans les comics finalement. Toujours dramatiquement patriote (mais pourrait-il en être autrement ?), Captain America se montre malgré tout comme un personnage potentiellement riche, et surtout un vrai leader (la patte de Joss Whedon en préparation de The Avengers ?). Bref, même un fan Marvel va aimer le film, c'est dire (malgré son costume stupide au début, il faut le dire).

Captain-America-The-First-Avenger-Photo-HD-09

En conclusion, oubliez Green Lantern pour cet été et allez voir Captain America, c'est vraiment plus plaisant... A oui, n'oubliez pas d'attendre la fin du générique pour voir le teaser de The Avengers en grand format 😉

Critique Captain America : First Avenger de Joe Johnston

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Tom Delanoue, il y a 6 ans et 9 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Critique Captain America : First Avenger de Joe Johnston
Vos informations: