Critique et explications Kingsglaive Final Fantasy XV

Kingsglaive est la troisième tentative de transposition de l'univers de Final Fantasy en film. Les créatures de l'esprit n'était attaché à aucun jeu de la saga. Advent Children était une suite à l'épisode 7, considéré comme le meilleur par un grand nombre de joueurs. Avec Kingsglaive, la démarche est différente puisque le film sert d'introduction au jeu Final Fantasy XV qui sortira fin novembre.

Synopsis

Le royaume magique de Lucis abrite le Cristal sanctifié, mais l'empire menaçant de Niflheim ne reculera devant rien pour s'en emparer. La guerre a fait rage entre les deux camps aussi loin qu'on s'en souvienne. Le Roi Regis de Lucis commande le Kingsglaive, une force d'élite de soldats. Maniant la magie de leur roi, Nyx Ulric et ses compagnons glaives défendent la cité d'Insomnia, combattant l'avancée inexorable de l'armée impériale de Niflheim. Face à l'écrasante puissance militaire de l'empire, le roi Régis ne peut sauver son royaume qu'en acceptant un ultimatum : il doit céder toutes les terres hors de la cité, et laisser son fils, le prince Noctis, épouser Lady Lunafreya, l'ancienne princesse de Tenebrae et désormais captive de Niflheim. Alors que la guerre fait rage, les machinations de Niflheim transforment Insomnia en un colossal champ de bataille, propulsant Nyx dans une lutte pour la survie même du royaume.

Critique du film Kingsglaive

La génèse de Kingsglaive est assez opaque. A l'origine, Square Enix développait un jeu intitulé Final Fantasy Versus XIII. Des retards lors du développement (démarré il y a plus de dix ans) ont transformé le jeu en nouvel opus, renommé Final Fantasy XV. Celui-ci a beaucoup évolué et il semble que de nombreux aspects de Versus XIII aient été repris pour donner naissance à Kingsglaive. Le film est-il pour autant à réserver aux fans de la saga et à ceux qui comptent jouer à Final Fantasy XV ?

Pas forcément puisque le film et un début, une intrigue, et une fin (certes très ouverte) comme plein d'autres productions hollywoodiennes. Ce n'est d'ailleurs pas un prequel, puisque les évènements se déroulent en fait en parallèle aux première heure de jeu de Final Fantasy XV. Certains testeurs n'ayant pas vu le film ont même été surpris par le nombre d'ellipses et le peu de cinématiques en début de jeu. Un pari artistique risqué que d'étaler l'histoire sur plusieurs médias (il y a aussi l'animé Brotherhood, qui pour le coup, est un préquel) sans perdre en cohérence.

kingsglaive-final-fantasy-xv-nyx

D'une point de vue technique, Kingsglaive est vraiment impressionnant. Le photo-réalisme et le sens du détail montrent que du chemin a encore été fait depuis Advent Children. Néanmoins, la mise en scène n'est pas à la hauteur de ce dernier, surtout dans les scènes d'action. Là où celles d'Advent Children étaient extrêmement créatives et immersives, celles de Kingsglaive sont brouillonnes. Niveau design, on retrouve des éléments de la série mais aussi d'autres oeuvres. On ne peut s'empêcher de penser à Starship Troopers avec certaines créatures de la bataille au début du film.

Le scénario finalement assez classique et prévisible, tout comme beaucoup de personnages et rappelle par moments la série Game Of Thrones (dont deux acteurs doublent les voix de personnages de Kingsglaive). Le héros Nyx est plutôt réussi malgré les clichés. En revanche, la princesse est un brin agaçante, et il faut espérer que cela ne s'accentue pas dans le jeu. Un autre reproche est l'aspect extrêmement manichéen, avec des gentils, des méchants, et peu de zones grises. L'apparition des anciens rois en fin de film laisse envisager un peu plus de complexité et d'ambiguïté pour le jeu, mais rien n'est assuré.

Kingsglaive-FFXV-princesse

Cela reste tout de même la meilleure adaptation de Final Fantasy en film aujourd'hui. Les créatures de l'esprit était trop éloigné du matériau d'origine. Advent Children, bien que particulièrement plaisant était avant tout une grosse bande annonce technique et du pur Fan Service. Avec Kingsglaive, on a le droit à un film respectueux de l'univers et des codes de la saga et riche en clins d'oeil. Hélas, cela reste quand même un film "au service de" et les limites de ce genre d'exercice sont nombreuses, on le voit d'ailleurs avec les produits Marvel au cinéma (Pour faire un parallèle, j'ai préféré Kingsglaive à Thor 2, même si je pense les deux films d'un niveau de qualité assez similaire).

Acheter Kingsglaive où Précommander Final Fantasy XV

Les références à la saga Final Fantasy

Nous l'avons évoqué plus haut, les références à la saga Final Fantasy sont nombreuses. On retrouve les pouvoirs magiques, exploités de façon intelligente dans les combats, les invocations, des références aux chocobos et même un peu plus que cela !

Les Daemons utilisés par Niflheim ont un un design quasi identique à l'arme diamant de Final Fantasy 7 (dans lequel une ville ne nommait Nibelheim). Toujours en lien avec Final Fantasy 7, certains quartiers d'Insomnia font penser à Midgar. Surtout, la force spéciale de Kingsglaive rappelle fortement le Soldier de Zack et Cloud. Le destin du personnage principal fera également fortement penser à cet épisode mythique de la saga.

Acheter Kingsglaive où Précommander Final Fantasy XV

Bande Annonce Kingsglaive

N'hésitez pas à réagir en commentaires pour contribuer au développement des articles et théories ! Vos avis sont toujours appréciés et sont bien sûrs lus par la Redak Oblikon ! Et qui sait, peut-être que votre opinion sera la prochaine grande analyse d'un film ou d'une série.

6 comments

  1. Quentin Méciar 2 octobre, 2016 at 14:54

    Des défauts vous dîtes? Certes quelques uns, mais ce n’est rien par rapport à ce que le film nous propose. C’est triste de voir que google se fit à ce test si faiblement objectif. Je ne m’attendait pas à grand chose avant de voir le film, je pensais même à ce qu’il soit décevant. Et pourtant j’ai été bien surpris et je ne dis pas seulement cela en tant que fan de final fantasy mais aussi de cinéma. La construction scénaristique ainsi que son univers l’entourant sont bien menées et construites. Les personnages ont tout de même un font attachant malgré le peu de temps où on les voit à l’écran. L’univers politique est moins confuse contrairement à ce qu’on nous ferait croire. Visuellement, c’est magnifique. l’effort de Square Enix à présenter un monde concret et divertissant est bien présent (ne vous détrompez pas; c’est assez rare que je supporte Square Enix) surtout pour un prologue. Ce film vaut un 3.7/5 et non au faible 2/5 qui n’est point objectif, surtout pour un prologue.

    ah aussi, les « refresh » automatique de la page pour interrompre l’écriture de mon commentaire, ça ne marche pas avec moi 😉

  2. Ubermensch 2 décembre, 2016 at 13:43

    Comment le deuxième lien Google peut faire tomber sur ce « test » ridicule et fondamentalement faux sur bien des points? Mystère. Le résumé de Quentin Méciar est parfait.

    Et je ne parle pas de l’humilité du « testeur » dans sa minibio « héros d’Oblikon, Bible d’Oblikon ». Ca va les chevilles mec?

    A jamais, ô Oblicon!

  3. Nanaki 10 mars, 2017 at 09:34

    Oulà, je viens de tomber sur cette critiique au hasard en cherchant un truc sur le film… Je suis un peu en retard, mais je ne peux m’empêcher d’étaler mon avis (entièrement négatif) là-dessus.

    Critique écrite bien trop rapidement, sans objectivité. Rien que cela veut tout dire.
    Et sympa le mini-spoil dans la comparaison avec FF VII. D’ailleurs, ne faire référence qu’aux références de FF VII est dégradant pour les autres opus, sachant qu’il y en a également pour le X, le VI, le VIII… et d’autres encore.

    Le plus hilarant reste cette comparaison avec Game Of Throne ! A part les doubleurs, strictement rien à voir. Ridicule. Ce n’est pas parce qu’il y a un roi qu’on est dans le même délire.
    C’est comme comparer Final Fantasy et Marvel d’ailleurs, quel intérêt ? Pas du tout le même univers, pas du tout les mêmes problématiques, pas du tout le même objectif dans la production…

    Bref même si j’ai d’autres choses à dire je m’en arrête là, toute ligne de cet article m’horripile.

  4. Christopher Guyon 10 mars, 2017 at 11:01

    En fait si, la comparaison entre plusieurs oeuvre est possible et encouragée. Et pour le coup, elle fait vraiment sens avec ce film très moyen qui veut quand même clairement surfer sur les tendances actuelles dont Game Of Thrones, que tu t’en rende compte ou pas.
    Pour ce qui est de mes arguments, je n’ai aucun problème à ce que tu les critique, je ne détiens pas la vérité absolue, mais quels sont les tiens ? je n’en ai vu absolument aucun !

Laisser un commentaire