La belle époque de Nicolas Bedos: analyse du film

            Antoine (Guillaume Canet) est l’heureux propriétaire des Voyageurs du temps. Cette entreprise, inventée dans La belle époque, a pour but de plonger ses clients dans l’instant passé de leur choix. Revivre un souvenir à l’identique ou découvrir une autre époque, tout devient possible: Les Voyageurs du temps sont là pour mettre en scène avec exactitude votre réalité perdue. Tout peut se revivre, tout peut se refaire, il n’y a plus de raison d’avoir des regrets.  Antoine est l’artisan d’une mémoire qui s’incarne pour consoler toutes les mélancolies. Ces « cures mémorielles » commencent toujours par ces mots:

Si vous deviez revivre une époque, vous choisiriez laquelle ?

            C’est un jour, au tour de Victor (Daniel Auteuil), dessinateur sexagénaire désespéré, de répondre à cette question. Sans hésitation, il décide de revenir au 16 mai 1974, au bar de La belle époque: date de sa première rencontre avec l’amour de sa vie (Fanny Ardant). Quand Margot (Doria Tillier) franchit la porte du bar sous les traits de son amour de jeunesse, Victor est subjugué. Il retrouve sa Marianne, la douceur de cette femme qu’il a aimée et l’actrice se confond alors avec le souvenir. La fiction prend des allures de réel. Dans les studios des Voyageurs du temps, Victor oublie les loupés de la mise en scène, les éclairages, le décor carton-pâte et tombe amoureux une nouvelle fois. Retrouvant sa muse, il se surprend à avoir envie de vivre à nouveau… Envie d’aimer aussi et de créer surtout. Il se laisse prendre au piège de son souvenir mis en scène, jusqu’à oublier la raison désespérée qui l’a conduit ici: la perte de sa femme, la vraie Marianne, qui, elle, l’a mis à la porte de chez lui.

Page suivante: Que devient l'amour avec le temps?

La bande-annonce du film

1 2

Leave a reply