#Deauville2017 - Interview de Joshua Z. Weinstein, réalisateur de Brooklyn Yiddish

Après la projection de Brooklyn Yiddish, nous avons eu l’opportunité d’interviewer le réalisateur Joshua Z.Weinstein à la Villa Khiel’s.

joshua_z_weinsteinLa première question qui vient après avoir vu ce film est le choix des acteurs, de la langue. En effet, le film est tourné quasi intégralement en yiddish avec des acteurs non professionnels. Pour le réalisateur, ces deux éléments étaient essentiels et sont d’ailleurs liés. La communauté juive hassidique est trop spécifique et le yiddish trop unique pour pouvoir donner ce type de rôle à des acteurs qui ne font que jouer. Ce devait être des personnes ayant une histoire avec cette communauté, qui soient capables d’improviser, de savoir comment se comporter avec la barbe, les vêtements. Comme le dit Joshua Weinstein, ça ne pouvait pas être Brad Pitt avec une barbe. Cependant, aucun d’eux n’est juif hassidique.

L’emploi du yiddish rend le film authentique et pour le réalisateur cela aurait été inutile de faire le film sans cela. Il fallait le faire de cette manière ou ne pas le faire du tout. Avoir des personnages authentiques était important pour que le film n’ait pas l’air faux. Bien que non professionnels, tous les acteurs avaient un lien avec leur personnage : Menashe est aussi épicier bien que sa vie soit moins désordonnée, le rabbin est un chauffeur de taxi qui avait des études pour devenir rabbin…

brooklyn_yiddish

Cela ne doit pas être sans rapport avec le fait que Weinstein soit un documentariste à la base. On lui a donc naturellement demandé pourquoi il n’avait pas fait un documentaire à la place de la fiction. Il nous a ainsi expliqué qu’il aurait été impossible de filmer dans les rues avec une caméra. Les personnes ne se seraient jamais laissées fimer. Il était obligé de recréer cela.

Pour le réalisateur, l’histoire de Menashe, le personnage traite du deuil après la mort de sa femme, mais d’une manière différente. Celui-ci porte la culpabilité. Leur mariage était forcée et il s’est trouvé soulagé à son décès. Il reste en conflit avec les autres femmes et ne sait pas comment gérer ce qui lui arrive.

Nous avons demandé à Joshua Weinstein comment il expliquait le fait que son personnage soit un peu schizophrène ou au moins pas très cohérent dans ses principes. Au début du film, celui-ci est assez sévère avec une femme qui va voir ses enfants renvoyés de l’école pour le non respect d’un principe. Or, il se retourne lui-même contre ce que la religion lui impose, c’est à dire, le retrait de la garde de son film depuis qu’il est veuf. Pour le réalisateur, l’intérêt était de montrer comment un homme profondément croyant peut aussi remettre en question cette croyance et de montrer également les sacrifices qu’il fait pour son fils.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :