Poupée russe : explications de la série Netflix et de la fin

Explications de la fin

D'une certaine manière, on peut dire que Nadia et Alan étaient tous les deux hantés et qu'ils ont combattu leurs peurs pour avancer. Ils étaient hantés par des souvenirs.

En ce qui concerne la raison réelle pour laquelle ils se sont retrouvés tous les deux, dans cette boucle, plutôt que d'autres, c'est également flou. Alan s'est-il suicidé au moment exact où Nadia est décédée ? Peu importe, comme nous l'avons dit plus haut.

Une fois que Nadia a réalisé que leur réalité se détériorait lentement à chaque redémarrage (les fruits qui pourrissent, les disparitions...) l'intrigue s'est transformée en course contre la montre.

Le point culminant est bien sûr l'épisode final de la saison, "Ariane", du nom de la princesse grecque qui a aidé Thésée à échapper au labyrinthe.  Après avoir réussi à s'approprier leurs problèmes respectifs, Nadia et Alan se sont retrouvés envoyés de nouveau durant cette première nuit, dans deux dimensions différentes. Là où débarque Alan, Nadia ne le connaît pas, et réciproquement.

La théorie du multiverse, façon Marvel est-elle toujours valable à la fin de la série ? Eh bien, c'est au spectateur d'interpréter, vraiment. Nous voyons deux couples Nadia / Alan entrer dans le tunnel du parc à la fin, où Horse, un sans-abri, et une brigade de marionnettistes organisent un magnifique défilé. C’est presque un moment de «rupture du quatrième mur», où vous découvrez que Horse, que Nadia pensait connaître dès le premier épisode, était soudainement devenu une partie active d’un ensemble théâtral.

Le défilé est-il même réel, ou bien comme, pour la boucle temporelle, il faut le voir comme une simple métaphore ?

Dans tous les cas, c'est une fin très satisfaisant, étonnamment légère et poétique pour une série qui aborde si souvent la peur et la souffrance. Mais le défilé a aussi un secret caché. Quand les timelines se rejoignent, et que notre regard suit Nadia dans la mêlée du défilé, vous pouvez voir deux autres Nadia la suivre de chaque côté du cadre, toutes deux vêtues du manteau gris de la version de Nadia qui ne se souvient plus.

Un peu plus tôt dans la série, Nadia avait confié à Alan que «la vie était comme une boîte de temps». Nadia pense que son fantôme enfant n’est pas simplement une vision. C’est une version d’elle-même qui existe encore quelque part, emprisonnée dans le temps, voir en elle-même. Les multiples Nadia dans le défilé impliquent qu'il existe plus d'un scénario alternatif. A la fin, elle accepte non seulement sa version enfantine, mais également toutes les autres personnes entre les deux, ces fameuses poupées russes qui la composent...

Et vous, un avis ou une théorie à partager sur la série ? Et de quoi pourrait traiter la saison 2, déjà envisagée par les auteurs ?

1 2 3 4

Leave a reply