Sex and the city, une œuvre geek ?

 

Vous devez vous dire, que vient faire un article à propos de Sex and the city sur Oblikon, le site de la culture geek ?

Tout simplement parce que selon moi, Sex and the city a tout de l'œuvre geek. Le film a pour personnage principal Carrie Bradshaw, une femme obnubilée par les chaussures, les fringues et plus généralement tout ce qui peut avoir attrait au shopping et à la mode. Vous y voyez plus clair ? Non ? Pourtant ces sujets sont les passions principales de nombreuses femmes. Or, qu'est ce qu'un geek ? C'est une personne passionnée, parfois de manière intense, par un domaine précis.

Et c'est exactement ce que sont les personnages du film et dans une moindre mesure les fans de la série ! Le grand public a tendance à raccrocher le terme de geek aux boutonneux passionnés d'informatique qui ne sortent pas de chez eux. Tout fan de Super Héros ou de Lost qui se respecte et qui se considère comme geek verra ce point de vue comme un outrage… Alors pourquoi ne pas reconnaître aussi que les chaussures de chez Prada ou les sacs Louis Vuitton sont des passions geek tout aussi digne que les autres ?

Maintenant que j'ai expliqué le fond de ma pensée, rentrons un peu plus en détail sur l'œuvre Sex and the city, la série et les films.

Continuer page suivante : Retour sur Sex and the city

Réagissez en commentaire à nos dossiers ! Faites vivre la communauté et surtout grandir nos papiers 😉

1 2 3

6 comments

  1. ornella 1 juin, 2010 at 10:09

    Suite au commentaire que vous avez laissé sur mon blog, je viens de lire votre article sur SATC et je dois dire que c’est une analyse très fine et réaliste du phénomène. La série a l’époque avait été assez révolutionnaire dans son genre et aujourd’hui il y a beaucoup de pâle copie. Concernant le premier volet du film, j’avais été déçu dans son ensemble, il ne ressemblait en rien à la série, c’était plus un défilé de mode. Pour Sex and the City 2, je ne l’ai pas encore vu mais je pense qu’il va être dans la lignée du premier.

  2. miss serivor 1 juin, 2010 at 10:26

    C’est une analyse qui se tien même si je n’y avais jamais songé ! Pour ma part je vois au delà de la mode et des chaussures même si j’avoue que pour certaine tenues je me dis hum qu’elle bien habillé ou oh mon dieu les jolies chaussures !
    Le film a déçu mais pas moi y avait de l’humour de l’émotion et puis quelle joie de retrouver les filles contrairement à d’autres j’ai retrouvé l’esprit de la série même si c’était plus grand public ! Le second s’annonce rafraichissant et plein d’humour j’ai hâte

  3. pursarra 3 juin, 2010 at 11:36

    je me rends, je suis geek… y’aurait il un brin de déception dans l’aveu en question ? Que nenni ! je suis fière de ma collection de playmobils et ne perds jamais une occaz’ de les mettre en scène (http://www.pur-cafe.com/blog/category/coin-des-gourmets/), je colle ma tête sur des stickers de super-héroïnes, et passe tellement de temps devant mon écran que j’ai parfois l’impression d’y deviner mon reflet…
    donc oui, SATC est bien un film de geek puisque je trépigne à l’idée de me pointer au cinoche comme pour mon premier Street Fighter… même si je sais qu’à part des robes scintillantes et des chaussures que mon « salaire » de blogueuse (rien que l’expression me fait marrer) ne me permet que de rêver, je vais probablement m’ennuyer à mourir. Mais c’est plus fort que moi ! Je ne suis que Pursarra qui se rêve encore Princesse des Amazones…

  4. oceane 10 juin, 2010 at 11:20

    Moi, je ne suis pas de ton avis. Les « glamazones » dans le film ne sont pas de geeks sur le plan shopping. Elles sont des femmes « normales » qui s´interessent aux robes et talons aiguilles. C`EST NORMAL! Je suis aussi une fashion victim et je comprends ce comportement de tout mon coeur! Vive le shopping!

Laisser un commentaire