Critique de Battleship

Des robots géants, des aliens, un florilège d’explosions à la Michael Bay, un héros au charisme inexistant, de jolies filles le tout produit par Hasbro, autant dire que les points communs entre ce Battleship et les Transformers semblent nombreux. Mais que vaut réellement le dernier film de Peter Berg ?

Synopsis : Hawaii, océan Pacifique… Alors que l’US Navy effectue de grandes manœuvres en coopération avec d’autres pays, de mystérieuses météorites s’écrasent au beau milieu de l’océan. Très vite il s’avère que ces météorites sont en fait des vaisseaux aliens hostiles. S’en suivra donc un énième combat pour sauver notre bonne vieille planète.

Tandis que World Invasion : Battle Los Angeles, le dernier film à opposer envahisseurs aliens et US Army, avait fait le choix du réalisme, la dernière production Hasbro annonce ici clairement la couleur et ce dès le premières minutes : ici on ne s’embête pas avec le réalisme ou les invraisemblances du moment qu’on peut faire de belles scènes d’actions.

Inutile donc de vous dire que le scénario du film tient sur un timbre poste et cumule tous les poncifs des films d’actions/SF de ces dernières années le tout sur une bande originale très rock et de qualité mais qui a tendance à faire passer Battleship pour un spot publicitaire de l’US Navy. On a tout d’abord le droit à un prologue nous parlant d’un énième mystérieux projet scientifique top secret, le tout entrecoupé par de nombreux plans dans l’espace plagiés à JJ Abrams, puis vient la présentation de notre héros, ex-looser indiscipliné qui sert tant bien que mal dans la Navy et dont la petite amie a une plastique digne de n’importe quel magazine de mode, et enfin la rencontre avec une mystérieuse force d’invasion alien qui sera suivie par près d’une heure et demi d’explosions et de scènes d’actions. Rien de bien surprenant et qu’importe si le résultat est bon me direz vous, et bien c’est bien là que le bat blesse car force est de constater que Battleship alterne régulièrement le bon et le moins bon.

Le casting en premier lieu n’est pas d’une franche réussite. Si Liam Neeson parvient comme d’habitude à faire le boulot (même si son rôle est plutôt limité), ce n’est pas le cas des autres acteurs tous plus ou moins transparents, avec une mention spéciale pour Taylor Kitsch qui après John Carter nous prouve encore une fois son manque total de charisme. Par ailleurs, si les effets spéciaux sont plutôt bien réussis, le design des extraterrestres est au contaire franchement raté. Le scénario quand à lui alterne les longueurs comme au début du film et les passages franchement jouissifs comme cette bataille finale entre un vaisseau alien géant et un USS Missouri ressorti du musée pour l’occasion.

En résumé, Battleship n’est ni un très bon ni un mauvais film, c’est juste un film d’action plutôt efficace mais dont le manque d’originalité et les trop nombreuses invraisemblances (le coup du Missouri et des retraités de l’US Navy, franchement ?) l’empêchent de se démarquer des autres films du genre.

Laisser un commentaire