Critique de Nos Pires Voisins avec Seth Rogen et Rose Byrne

Seth Rogen, le trublion de la comédie (sous ?) acide revient après un C’est La Fin très médiocre ou il incarnait son propre rôle entouré de ses (vrais) potes. Retour à la réalité avec Nos Pires Voisins, une comédie pour nouveaux trentenaires.

Synopsis

À première vue, les jeunes parents que sont Mac et Kelly Radner vivent le parfait rêve américain, avec leur adorable petite Stella et une maison fraîchement (et difficilement) acquise dans un charmant quartier résidentiel. Ce qui n’empêche pas les jeunes trentenaires de se considérer toujours aussi hype et cool. Pourtant, cette nouvelle étape, dans la vie de ces fêtards pas tout à fait repentis, va s’avérer délicate à gérer et les obliger à négocier leur entrée dans un âge adulte pleinement assumé. Quand ils découvrent que leurs nouveaux voisins ne sont autres que les membres fervents et débridés d’une confrérie étudiante, menés par le charismatique Teddy, ils essaient d’abord de s’assurer leur sympathie et leur respect, en tirant le meilleur de cette situation quelque peu inconfortable. Mais la fiesta et les frasques incessantes des étudiants poussent le couple à se montrer plus virulent pour protéger leur territoire et leur tranquillité, et ce qui n’était que des enfantillages dégénère rapidement en un conflit épique de générations.

Critique

Si vous êtes plutôt du genre « conservateurs » et « valeurs traditionnelles », ce film n’est pas pour vous. Si vous êtes imperméables à l’humour premier degré (pipi-caca-boobs), vous ne comprendrez rien. Et surtout, si vous êtes contre l’apologie de la drogue, fuyez !

Car oui, même si globalement les gags sont lourds (mais assumés), le film totalement hystérique et burlesque, les personnages des clichés tous plus détestables les uns que les autres, Nos Pires Voisins souffle sur votre soirée comme un bon vent de détente. Les gags ont beau sentir le déjà vu, le réchauffé, le prémâché, la plupart du temps : ils fonctionnent et vous feront parfois rire, à défaut de sourire.

nos_pires_voisins_zac_efron

Sans aucune autre ambition visible que de faire un gros film de déconne, Nicholas Stoller (5 ans de Réflexion, American Trip) envoi la sauce sans hésitation et met à contribution le couple Seth Rogen et Rose Byrne (Mes meilleures amies, Les Stagiaires) pour qu’ils donnent leur maximum dans ce délire ambiant.

Seth Rogen est excellent dans ce genre de rôle qui lui colle à la peau, à croire qu’il ne joue pas, qu’il vit ce genre de débilités continues. Il est un grand gamin adulte et papa. En face, Zac Efron ne se prend pas non plus au sérieux et joue de la surenchère dans un rôle qui lui va comme un gant.

nos_pires_voisins_seth_rogen_rose_byrne

Pour un film sans ambitions, « petit budget » de 13 millions, avec des acteurs de seconde zone et un scénario qui tient sur un ticket de métro, le résultat est assez amusant. De plus, le film sait rester dans ses limites en ne tirant pas les gags dans la longueur, préférant un enchaînement endiablé de scènes les plus idiotes et gamines possibles.

Vous direz que c'est du déjà vu après les American Pie et autres ersatz du genre,  et vous avez raison ! Mais on préfère cent fois ça aux Bronzés 3, Bienvenue Chez Les Ch'tis et autres Camping 2.

Leave a reply