#Deauville2015 : 99 Homes de Ramin Bahrani

Présenté en compétition, ce film était une des affiches les plus alléchantes de Deauville 2015. Ce thriller social est il à la hauteur de nos attentes ?

Synopsis

Suite à des difficultés financière
s, Dennis Nash, un jeune homme, vivant avec son fils et sa mère se fait expulser de sa maison par une société immobilière spécialisée dans l’expropriation avec à sa tête un homme d’affaires impitoyable. Prêt à tout pour la racheter et profitant de ses compétences dans le bâtiment, il va se faire embaucher par cet homme et découvrir peu à peu les rouages du système. Très vite il va se retrouver confronté à sa propre conscience : doit-il écraser ses pairs pour s’en sortir ou dénoncer le système quitte à laisser sa famille dans la pauvreté ?

Critique

Ce fi99-Homes-Shannonlm percutant est avant tout la critique d’un système économique où l’argent est roi, qui privilégie davantage les magouilles et les roublardises que l’honnêteté et le mérite au travail.

Des acteurs brillants

Les personnages sont brillamment interprétés notamment par Michael Shannon, qui campe un businessman véreux et arrogant plus que convaincant. Méchant sans ambiguïté et cupide, il réunit à lui tout seul tous les clichés du genre. Il justifie son immoralité par son besoin de survie dans le système. Andrew Garfield est également excellent dans un rôle plus nuancé, un père de famille désemparé qui cherche à tout prix à sauver sa maison, torturé entre son envie de réussir et son compassion pour ses semblables. On plonge petit à petit au cœur de son angoisse et de l’Amérique des oubliés, ceux qui n’accèdent pas au rêve.

Une critique de la société américaine

99-Homes-ShannonComment ne pas succomber à la tentation des offres de crédits dans un pays qui valorise à ce point la réussite matérielle ? Ramin Bahrani brosse également le portrait d’une Amérique en crise ou certaines personnes s’endettent et se retrouvent à la rue pour payer des soins de santé ou à la suite d’une période de chômage.

Ce long métrage, servi par une mise en scène dynamique et une interprétation très juste est un des événements du festival de Deauville 2015. Michael Shannon était déjà à l’affiche d’un film récompensé par le Grand Prix en 2011 à Deauville, Take Shelter.

Laisser un commentaire