Notre Jour Viendra de Romain Gavras

Alors que son comparse au sein du collectif Kourtrajmé Kim Chapiron a déjà deux longs-métrages à son actif ( Sheitan et Dog Pound ), Romain Gavras a davantage fait parler de lui ses derniers temps avec deux clips très controversés ( Stress de Justice et Bron Free de M.I.A ) par ailleurs très brillants . Promu par un teaser et une bande-annonce qui ont fait monter la sauce, et sur la base d'un synopsis absurde au point d'en devenir génial (Patrick et Rémy n'ont ni peuple, ni pays, ni armée : ils sont roux. Ensemble, ils vont combattre le monde et sa morale, dans une quête hallucinée vers l'Irlande et la liberté… ), le tout avec Vincent Cassel en tête d'affiche ( aussi producteur du film ), bref j'attendais beaucoup de Notre Jour Viendra même s'il était évident qu'il y avait de bonne chances pour que tout ne soit pas parfait ( premier film oblige ), pas mal de facteurs positifs laissaient présager une réussite .

Le film risque d'en décontenancer plus d'un ( il se fait déjà laminer par une partie de la Presse, trop bien pensante pour apprécier ) car on est bien face à un film qui a tendance à ne ressembler qu'à lui-même un véritable Ofni .

Deux personnages qui crachent leur haine du monde et des autres qui ne cessent de les rejeter dans un périple qui n'a pas vraiment de but clair si ce n'est trouver sa place pour l'un( et encore ), Romain Gavras prend le parti de trainer ses deux personnages en roue libre et ce jusqu'au bout sans forcément donner d'explication ( de la même manière qu'il est resté silencieux lors des polémiques engendrées pour ses clips précédemment cités ), tout cela peut décontenancer de plus que le film est assez radical dans sa violence et les propos de ses personnages .

A coté de ça la liberté de ton dont fait preuve le réalisateur est salutaire à l'heure ou le cinéma est tiré vers le bas par la censure ou la peur de choquer le spectateur moyen , on peut dire que d'une certaine manière Romain Gavras n'a pas peur de grand-chose, ce qui fait plaisir à voir .

La ou le film m'a le plus surpris c'est dans la qualité de ses dialogues et le potentiel comique insoupçonné dont il fait preuve, on savait Gavras homme d'images et il le prouve une fois de plus, mais ses dialogues sont par moments justes brillants et rappellent directement les meilleurs Blier ( référence présente dans le film ), et le potentiel comique éclot du talent de Vincent Cassel hallucinant et halluciné, surprenant parce qu'on le voit peu dans des rôles comiques mais avant tout irrésistible, son jeu ressemble par moments à une fusion Depardieu-Deweare ( cf.Les Valseuses ) ahurissante ( la scène ou il accoste deux filles devant leurs potes par exemple ) . Avec le temps l'acteur a acquis en maitrise et maturité et semble en France être l'un des seuls à pouvoir tout jouer avec à la fois aisance, sincérité et intelligence .

Ensuite la mise en image est effectivement brillante, Gavras a un vrai regard sur ce qu'il filme aussi contestable puisse t'il être . Les premiers plans rappellent Seul Contre Tous de Gaspar Noé ( ce qui n'est pas le moindre des compliments ) jusqu'à la police d'écriture employée pour le titre du film . Par la suite le cinéaste impose une maitrise de la grammaire cinématographique, des recherches esthétiques permanentes et un vrai sens aux images qu'il propose, assurément il va falloir compter sur lui dans les années à venir pour le cinéma français, du moins on parierait gros sur la suite .

La bande originale composée par Sebastian ( figure majeure de l'électro français ) est prodigieuse, plusieurs variations autour d'un thème principal marquant, son score tranche avec le tout venant et s'imprègne violemment dans les oreilles .

Mais plus que tout Notre Jour Viendra ose, provoque, dérange et à sa manière et avec sa sensibilité parle du monde d'aujourd'hui, des laissés pour compte et d'une certaine France, explore des horizons peu connus et troubles…On appelle ça à mon sens un certain courage et ça en devient salutaire .

Notre Jour Viendra n'est pas parfait ( le début un peu laborieux jusqu'à se que se forme le duo Barthélémy-Cassel, tout ne sonne pas toujours juste,…) mais la noblesse de ses intentions, la virtuosité formelle et sonore, Cassel au sommet, contribuent à en faire un film marquant qui à coup sur laissera sa trace .

3 comments

  1. Readhead 8 octobre, 2010 at 22:11

    j’ai adoré le film!
    il est super original et peu cliché mais dénonce pleins de clichés justement!
    et puis, qu’est ce que j’ai ris!
    franchement j’espère qu’ils auront un oscar cette année car le film en vaut vraiment la peine!

    ps: j’adore les roux, et je trouve la discrimination anti-roux insupportable! j’espère que ce film aura pu faire bouger les choses pour tous ceux qui rencontrent ce racisme au même titre que les noirs, blonds, juifs, arabes…

Laisser un commentaire