Lucy de Luc Besson : Analyse et explication

La révélation finale dans Lucy, un plagiat de 2001 ?

bowman_2001A la fin du film, Lucy atteint les 100% de ses capacités cognitives, et peut donc voyager librement dans l'espace et le temps (surtout le passé), ce qui est non sans rappeler le voyage de Bowman dans le Monolithe dans 2001, l'Odyssée de l'Espace. Elle voyagera d'abord dans l'espace en arrivant devant la Tour Eiffel, Etretat puis Time Square. On sous-entend donc que Lucy peut voyager où bon lui semble, et peut donc apprendre l'ensemble des connaissances humaines à un instant t.

Cependant, à Time Square, elle peut aussi jouer avec le temps et naviguer dans le passé. Elle verra donc la création de New York, avant de pouvoir remonter le temps de manière quasiment infini. Elle se retrouvera donc à la préhistoire, croisera le chemin des dinosaures etc... Mais surtout son homonyme, Lucy, le 1er australopithèque bipède (notons qu'elle a alors aussi voyagé dans l'espace, Lucy ayant été découverte en Ethiopie). Leur rencontre se scellera par un contact nous rappelant la Création d'Adam de Michel-Ange, exposée à la Chapelle Sixtine. Ainsi, c'est l'ensemble de l'évolution humaine qui se retrouve par ce contact : Du 1er humain démarrant le cycle évolutif à Lucy qui en marque l'évolution ultime.

adam_god_michelangelo_sixtinePar la suite, Lucy assistera au Big Bang, avant de pouvoir disparaître. Mais elle ne disparaît pas vraiment comme on peut le constater dans son message sur le téléphone de Pierre del Rio. Après avoir légué l'ensemble de la connaissance (sous forme de clé USB), elle s'évapore, devenant alors omniprésente et omnisciente. Son évolution ultime lui permet donc d'abandonner sa forme physique, et de l'élever au niveau de Dieu.

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2 3 4

1 comment

  1. Moi 24 septembre, 2019 at 23:23

    En cherchant une analyse de ce film, méritant un bel approfondissement, je tombe sur un listing de « pouvoirs » ce qui laisse penser que tout cela est tout sauf pertinent… Appeler ces capacites « Pouvoirs » est finalement indigne de la chose et prouve que la porté du film n’a pas été saisie. Dommage.

Leave a reply