True detective : Analyse, explications et théories

Pour le final de Breaking Bad, une grande partie de la communauté des serievores  a attendu frénétiquement l’épisode final. Mais il a fallu 5 ans à la série pour créer un tel phénomène. Pour True Detective, il a fallu quelques semaines seulement pour que le phénomène prenne une ampleur considérable. Plus de 10 millions de spectateurs ont regardé l’épisode final lors de sa diffusion sur HBO. La plate-forme de streaming de la chaine a également planté (du jamais vu, malgré les diffusions de Game Of Thrones, autre série évènement de la chaine. Enfin, le hashtag #truedetectivefinale s’est positionnée dans les plus fortes tendances sur Twitter le jour de la diffusion du huitième et dernier épisode de la saison 1, intitulé "Form and Void".

A quoi est-dû cet engouement ? La renaissance de Matthew McConaughey, tout juste oscarisé pour son rôle dans Dallas Buyers Club, n’y est pas pour rien, c’est sur. Mais il y a autre chose. Les médias et les internautes l’ont tout de suite, après seulement quelques épisodes, placée au panthéon des meilleures séries de tous les temps, aux cotés de Twin Peaks ou bien sur Breaking Bad.
Même si l’enquête policière est bien menée, même si l’ambiance, digne des plus grands polars, est fabuleuse, la vérité est ailleurs. Si ce n’était que ça, ce ne serait qu’une version allongée de films comme Seven, Zodiac ou le récent Prisoners. Mais True Detective se positionne ailleurs. Ce qui en fait une œuvre à part, ce sont ses personnages principaux, en particulier Rust, et les nombreuses thématiques qu’ils permettent de développer.

Analyse de la série et de ses nombreuses thématiques

true-detective-mcconaughey-2012Nic Pizzolatto l’a dit lui-même, “Je ne suis pas du tout intéressé par les tueurs en série”. Et moi-même, je n’en avais pas grand-chose à faire de savoir qui était le tueur lorsque je regardais le show. D’ailleurs, l’épisode 6, celui-qui se consacre vraiment le plus sur l’avancée de l’intrigue, est le plus faible de tous.  Je sais que plein de gens ont fait des théories sur le crime, mais ce n’est pas ce qui m’a vraiment captivé dans le show, donc je mets ça de coté pour le moment.

Ce que je voulais, ce que j’attendais de chaque épisode, c’est « boire » les monologues de Rust, découvrir ses idées et comment elles se confrontaient au monde qui l’entoure. Un monde glauque, malsain, faible, lâche, mais un monde réel. Je voulais aussi voir comment allait évoluer le personnage d’Hart, plus conventionnel mais pas inintéressant. Et je pense aussi que c’est ce que l’auteur Nic Pizzolatto voulait. C’est bien pour cela que la série ne s’arrête pas à Carcosa, l'antre du tueur Errol. Non, nous avons droit à un magnifique épilogue, qui nous offre de nouvelles paroles de Rust et qui s’intéresse à la relation entre lui et son collègue Hart. Je ne vais pas traiter de toutes les thématiques que l’on peut voir dans True Detective, mais seulement celles qui m’apparaissent comme les plus importantes. Libre à vous de prendre la parole par la suite pour partager votre point de vue.

Série religieuse ou anti religieuse ?

Matthew McConaughey dans true detectiveEt si on disait les deux ? Certains ont vu dans cette série un jugement extrêmement cirtique de la religion. Dans le troisième épisode, Rust se demande notamment quel est le QI des gens assistant au sermon. On sait également que le révérant Tuttle est impliqué dans les crimes commis. Pourtant, à la fin, Rust a retrouvé une certaine foi (en la vie et en l’humanité) et devient même une figure christique. Pourquoi retrouver à la fois ces deux approches dans la série ?

Tout simplement parce qu’il ne s’agit pas d’une série pro-religion ou anti-religion, c’est une série qui n’hésite pas à montrer les pires aspects de nombreuses choses, y-compris la religion. Et la fin en fait plutôt une série… on va dire « spirituelle ». Tout au long des 8 épisodes, on est séduits par les propos philosophiques de Rust, mais eux aussi ont leur limite, eux aussi sont représentatifs, si ce n’est d’une certaine forme de bêtise, au mois d’une obscurité. Rust se voile la face sur lui-même et le monde qui l’entoure.

Page suivante : Misogynie, bromance et conclusion

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2 3

10 comments

  1. Ernest 11 mars, 2014 at 22:07

    J’ai lu les deux premières phrases : ce n’est pas écrit en français. Me suis arrêté là, désolé…

  2. Antoine Godbillon 12 mars, 2014 at 12:23

    Si on ne peut même plus utiliser de néologismes internet sur un blog, c’est triste 😉 VIVE LES SERIEVORES !

  3. Christopher Guyon 12 mars, 2014 at 14:07

    Comme c’est drôle. J’ai voulu écrire cet article pour les réac’, et au bout de deux minutes, j’ai arrêté. D’ailleurs, si vous n’acceptez pas un mot qui fait partie du langage commun chez beaucoup de jeunes tout à fait capables d’écrire correctement, c’est vous qui avez des lacunes de langage mon cher Ernest 🙂

  4. Matthieu 20 mars, 2014 at 12:49

    Très bien cet article. Il me semble cependant que c’est l’épisode 7 le faible, dans le 6 il y a Rust qui fornique avec la femme de Marty, la bagarre entre Rust et Marty, la démission de Rust… Tout ça est assez intense.

  5. Christopher Guyon 3 avril, 2014 at 14:59

    Bah, un petit pléonasme, ça fait de mal à personne et ça arrive à tout le monde 🙂

  6. Francois 5 avril, 2014 at 19:52

    J’aime bien votre approche et l’expression de ce que vous ressentez a propos de cette série que j’ai moi même adoré.
    Il y a une chose que vous relevez en passant et qui à mes yeux semble constituer quelque chose d’important et qui structure cette saison 1, c’est le questionnement imposé par les bouleversement des savoirs et des connaissances. Vous avez relevé que Rust se pose la question du temps : « Time is a flat circle », mais il va plus loin pour parler du temps, il fait en effet référence à la M Theory. C’est a dire à une des récentes tentative d’unification théorique de la Gravité et de la théorique quantique des champs. Une tentative de réaliser le graal de la physique contemporaine, c’est a dire la gravité quantique. A mes yeux, la M Theory n’a rien a faire dans une série policière, d’autre que de nous dire la chose suivante : L’espace qui sépare le savoir de certain de la meconnaissance des autres est devenu trop grand. Les gens ne sont plus dans le même monde. certain voient le temps à travers les ultimes développement de la Physique quantique et de la relativité, d’autres en sont encore a croire à la magie noire et aux meurtres rituels. Et ces gens qui ne se comprennent plus vivent les uns a coté des autres dans des pratiques opposées. Rationnelles d’un coté, totalement dénuées de sens et finalement cruelles et bestiales de l’autre. Et pourtant il y a une certaine compassion de la part de Rust pour ces pauvres bougres. Il y a un refus absolu par contre de cette cruauté et aucune espèce de volonté de comprendre de la part de Halt. Ca ressemble assez au monde réel tout cela.

Laisser un commentaire