Critique Ciné - Bienvenue A Gattaca

L'histoire

Dans un futur proche, où les progrès de la génétique permettent désormais de donner naissance à des êtres parfaits, Vincent Freeman a été conçu naturellement, avec ses faiblesses, dont une insuffisance cardiaque. Considéré comme 'invalide', à la différence de son frère, être parfait, il est condamné à n'occuper que des emplois subalternes. Ceci ne l'empêche pas d'entretenir un rêve de voyage dans l'espace. Avec l'aide d'un 'valide' devenu paralytique à la suite d'un accident, auquel il emprunte son identité génétique, Vincent passe avec succès les tests de recrutement du centre de recherches spatiales de Gattaca…

Anticipation d'un futur proche

Avant toute chose, Bienvenue a Gattaca est un film de science fiction. Ici nous avons à faire à une œuvre d'anticipation très intelligente. Il ne faut donc pas s'attendre à de l'action et des effets spéciaux à chaque plan, c'est le scénario qui fait la force du film. Andrew Niccol dresse une virulente critique de l'eugénisme. Il nous dépeint un monde sans violence apparente, parfaitement propre, mais où la violence sous-jacente est celle de la discrimination génétique. Cette ambiance glaciale est notamment renforcée par sa photographie magnifique ou encore le jeu très sobre d'Uma Thurman en femme recherchant la perfection. Le choix de décors et objets contemporains et du siècle dernier trouble encore plus le spectateur. Le film nous propose une vision du futur très pessimiste mais nous la présente comme désespérément proche.

L'Odyssée d'un homme

Comment se fait il qu'une œuvre d'anticipation marque tellement plus mon esprit que les autres, parfois tout aussi paranoïaques ? Tout simplement parce que Bienvenue à Gattaca n'est pas que cela. C'est également un conte philosophique, la quête d'un homme que rien ne permet d'arriver jusqu'où il arrivera, sinon sa volonté. On s'identifie pleinement au personnage. Cet être qui doit franchir les obstacles afin d'accomplir ses rêves, est très judicieusement incarné par Ethan Hawke. Celui s'efface littéralement devant les autres acteurs. Ainsi, c'est nous qui prenons à notre charge la quête de Vincent/Jérôme, c'est nous qui nageons, qui passons les tests médicaux.

Notre réflexion peut s'étendre très loin… Est-ce nous, avec notre manque de volonté à accomplir nos rêves, qui faisons avancer la société dans le mauvais sens, vers l'homogénéisation. Par peur de l'échec nous créons un monde ou chacun est assuré de trouver une place, mais pas forcement celle qu'il souhaite.

2 comments

Leave a reply