Critique de "Marseille" avec Gérard Depardieu

Première série française de Netflix, Marseille est portée par le tandem Gérard Depardieu - Benoît Magimel et met en scène une confrontation sans merci. Il s'agit respectivement pour les personnages de rester ou de devenir le maire de la ville phocéenne.

Synopsis

Robert Taro est maire de Marseille depuis 20 ans. Les prochaines élections municipales vont l’opposer à l’homme qu’il avait choisi pour lui succéder, un jeune loup aux dents longues. Les deux candidats vont se livrer un combat sans merci au terme duquel un seul sortira vainqueur. Marseille met en scène une lutte au couteau tournant autour de la vengeance et animée par les barons de la drogue, les politiciens, les syndicats et les acteurs politiques de la ville.

Critique

Massacrée par la presse française et internationale, "Marseille" s'avère pourtant être à nos yeux une série d'un niveau tout à fait correct et une bonne surprise qui tranche avec le niveau hexagonal.

Ce n'est peut-être pas "House of Cards", mais il n'empêche que "Marseille" ne méritait sans doute pas le traitement dédaigneux auquel elle a eu droit. Le scénario écrit par Dan Franck ménage avec savoir-faire une tension croissante dans le combat opposant le Maire Robert Taro à celui qu'il avait désigné comme son successeur, Lucas Barrès, et qui va le trahir. Sphère privée et sphère publique, intrigues secondaires, magouilles et campagne politique, révélations, coups de théâtre et rebondissements de toute sorte, tout cela est plutôt habilement tressé, gardant intact l'intérêt du spectateur tout au long des huit épisodes d'une durée respective de quarante minutes que dure la première saison de la série.

Il y a dans "Marseille", et c'est cela qui nous semble fondamental, un plaisir contagieux de raconter des histoires, de développer des intrigues et de dessiner le portrait de personnages, de créer un effet de suspense et de mettre en place un affrontement poignant entre les deux protagonistes. Il s'agit d'une série ample, romanesque, et avec du souffle.

Certes, les facilités d'usage (des dialogues parfois un peu vulgaires, quelques retournements de situation attendus, et une musique envahissante) ne nous sont pas toujours épargnés, mais par ses qualités conjuguées d'écriture et de mise en scène "Marseille" arrive à nous enthousiasmer et se regarde vraiment sans déplaisir, bien au contraire. Il faut ajouter à cela une interprétation plus que solide, avec Gérard Depardieu égal à lui-même dans le rôle du Maire, le charismatique Benoît Magimel avec son accent marseillais et son regard magnétique dans le rôle du jeune requin Lucas Barrès, ainsi que la pétillante Stéphane Caillard dans le rôle de la fille du Maire.

Laisser un commentaire