J'ai rencontré le diable de Kim Jee-woon

A défaut de proposer un fond passionnant, Kim Jee-woon (Le bon, la brute et le cinglé, A bittersweet life, Deux sœurs) chaque fois qu'il sort un nouveau film, nous offre une nouvelle leçon de mise en scène et d'esthétique. Pour son dernier film, J'ai rencontré le diable, Kim Jee-woon s'essaie au film de Serial Killer. Les américains avec entre autres le silence des agneaux et Seven, semblent avoir fait le tour du sujet. Le réalisateur coréen arrive-t-il à apporter quelque chose en plus ?

Synopsis
Un agent secret s'engage dans une terrible traque du serial killer qui a tué sa fiancée.

Je dois bien l'avouer, malgré les critiques exceptionnelles qui les accompagnent, je n'ai jamais été ébloui par les films de Kim Jee-woon. Beaucoup d’esbroufe pour pas grand chose au final... 2 sœurs, malgré des mises en abimes pas inintéressantes et une ambiance poisseuse, n'est finalement qu'un énième film d'horreur asiatique avec fantôme aux long cheveux noirs, aussi bien soit-il. A bittersweet life est scénaristiquement vain et Le bon la brute et le cinglé se résume à un bon divertissement bien mis en scène. J'ai rencontré le diable ressemble à ses prédécesseurs. Si la mise en scène et la photographie du film sont bluffantes, le scénario sonne comme du déjà vu. Alors qu'on s'attend à une lutte classique entre le bien et le mal, le héros révèle, au cours du film, lui aussi son coté obscur. On pense énormément au personnage de Brad Pitt dans Seven, ou au flic de Memories for murder, un autre film coréen assez similaire. Malgré ce copié-collé, il faut bien avouer que le sujet est extrêmement bien abordé.

La seule particularité du film viendrait peut-être dans le traitement des deux personnages, le "héros" et le tueur. Aucun ne prend l'ascendant sur l'autre, chacun a autant d'importance tout au long du film. Choi Min Sink (vu dans Old Boy) est comme d'habitude excellent dans son rôle de psychopathe.

Au final, J'ai rencontré le diable est un thriller efficace et puissant qui n'apporte absolument rien au genre. Le réalisateur, lui, a gagné son ticket pour Hollywood et devrait diriger Arnold Schwarzenegger pour son grand retour au cinéma.

N'hésitez pas à réagir en commentaires pour contribuer au développement des articles et théories ! Vos avis sont toujours appréciés et sont bien sûrs lus par la Redak Oblikon ! Et qui sait, peut-être que votre opinion sera la prochaine grande analyse d'un film ou d'une série.

Laisser un commentaire