Dans les angles morts Explication de la fin

Aujourd'hui, nous vous proposons l'analyse d'un film d'horreur avec Amanda Seyfried sorti le 29 avril 2021 sur netflix partout dans le monde. Découvrez ci-dessous le synopsis du film. La suite de l'article, sous l'image est bel et bien garantie pleine de spoilers et révélations sur le film et notamment sa fin qui devrait en laisser plus d'un plein de doutes…

Synopsis
Un jeune couple, Catherine et George Clare, quitte Manhattan pour s’installer dans une ancienne ferme dans un hameau historique de la vallée de l'Hudson. Mais très vite, ils découvrent des choses qui se passent dans leur nouvelle maison. De plus, cela semble avoir des effets sur leur relation. Catherine découvre peu à peu l'histoire de cette maison 2.

La fin du film Dans les angles morts, pas tout à fait convaincante, apporte beaucoup d'incompréhension et de frustration. Toutefois, nous pouvons quand même tenter de la décrypter. Il faut vraiment voir le film comme un drame sur les violences conjugales plus que comme un film d'horreur.

Qui est Ella ?

A peine installées dans la maison, Catherine et sa jeune fille Franny commencent à avoir des visions d'une femme fantôme. Comme ces visions sont généralement accompagnées d'événements effrayants, tels que des lumières vacillantes, l'esprit est d'abord présenté au public comme une menace. Mais comme Catherine le révèle à Floyd, le collègue de George, elle en vient à considérer cette présence comme un réconfort. La femme se révèle finalement être Ella Vayle, la défunte mère des garçons que Catherine a engagés pour s'occuper de leur maison. Le mari d'Ella a apparemment perdu la raison un jour, en abattant toutes leurs vaches et en se tuant avec sa femme. Les femmes de la maison ont apparemment toujours été maudites et destinées à connaitre une fin tragiquele. La première femme était là pour Ella quand son mari l'a assassinée. Elle a donc juré de rendre la pareille en protégeant Catherine, en veillant sur elle dès que George a commencé à montrer son vrai visage.

Amanda Seyfried

Chacune des épouses de l'intrigue est reliée par une vieille bague. Mais leur lien se situe également sur un plan spirituel. Catherine trouve une vieille bible datant du 18e siècle qui retrace les décès des familles des anciens propriétaires.

Pourquoi le mari tue sa femme ?

Afin d'en savoir plus sur l'esprit d'Ella, Catherine organise une séance de spiritisme pour essayer de communiquer avec elle. Au cours de cet événement, elle apprend qu'Ella n'est pas le seul esprit de la maison, et il est sous-entendu que le second esprit est malveillant. Le fantôme du mari d'Ella hante également la maison, ce qui apparaît clairement lorsqu'on voit George imiter certaines de ses actions. Les manières manipulatrices de George sont révélées tout au long du film, alors qu'il trompe sa femme, lui ment et l'agresse verbalement et physiquement. Le côté sombre de sa personnalité est amplifié par l'influence du fantôme du mari d'Ella. Tout comme les femmes de la maison sont vouées à des fins horribles, les hommes sont condamnés à révéler leur nature cruelle. Si George a peut-être fini par révéler sa vraie nature à Catherine à un moment donné au cours de leur mariage, c'est l'influence des esprits malveillants de la maison qui l'a poussé au meurtre.

Explication de la fin

Au début du film, Floyd révèle que "The Shadow of the Valley of Death" d'Inness est censé représenter une âme qui passe dans l'au-delà - ce qui entre en jeu dans la scène finale qui laisse tant de spectateurs perplexes. Après sa folie meurtrière, George semble échapper à toute condamnation par la justice. Mais voilà, Justine, sa collègue qu'il a tenté de tuer, sort du coma et se souvient de tout. Il sait que c'est fini pour lui. Il vole un voilier et la scène finale du film se transforme en une version infernale de "The Shadow of the Valley of Death". Si George s'en est tiré malgré deux meurtres, ses actions l'ont condamné à l'enfer.

Lorsque George navigue vers l'enfer, il entame une nouvelle étape de son voyage maudit. En effet, le tableau d'Inness dont s'inspire la fin est inspiré de Swedenborg. Inness imagine un moment d'espoir entre la vie et la mort pour quelqu'un qui a atteint le salut. Pendant que George s'effondre, les femmes assassinées sont unies les unes avec les autres. Est-ce un triomphe pour elles ? Pas vraiment puisqu'elles ont toutes été assassinées par leurs maris violents, mais si l'on croit à la théorie de Swedenborg et que l'au-delà n'est qu'un nouveau départ, elles ont au moins cela. Les images de fin et les chuchotements fantomatiques suggèrent que les trois sont unies et deviennent plus puissantes, et nous voyons que Mme Smit porte la même bague qu'Ella et plus tard Catherine.

Dans une interview accordée à Decider, les scénaristes et réalisateurs Shari Springer Berman et Robert Pulcini ont expliqué leurs intentions avec cette fin spirituelle. Pulicini a déclaré :

Je déteste enfoncer un clou dans les théories des gens parce que je pense qu'il y a un élément énigmatique à la fin. Mais je pense que ce qui est intéressant, c'est que vous avez cette peinture qui est une transition vers l'au-delà. George Inness qui a fait cette peinture était un fervent admirateur de Swedenborg. C'était son système de croyance. Et il a peint le moment où nous passons dans l'au-delà - c'est ce qu'il voulait exprimer. L'un des premiers maris de la maison a décidé que sa femme était damnée parce qu'elle était hérétique à ses yeux. Elle explorait des idées qu'il n'approuvait pas. Donc c'est comme : Qui a le droit de damner quelqu'un ? Qui est le damné dans cette histoire, et comment l'univers corrige-t-il ? Je pense que c'est une notion très actuelle, alors que nous assistons à une sorte de révolte culturelle, avec des "personnes toxiques" qui s'en sont tirées pendant si longtemps et qui reçoivent leur châtiment. Il y a quelque chose de très satisfaisant dans ce changement de qui est damné dans cette histoire et qui a le pouvoir de le faire. Je pense qu'il y a un pouvoir spirituel, vous savez, un pouvoir féminin dans ce film qui donne vraiment la fin.

Berman ajoute : "C'est une sorte de métaphore pour toutes les femmes qui ont été abusées par des maris, des pères, des prédicateurs, des enseignants, des hommes d'affaires, des producteurs, etc. Peut-être pas de leur vivant, mais dans le sens métaphysique de l'éternité ayant une sorte de parole, ou de pouvoir."

On peut donc dire que les épouses ont amené George à la justice en le livrant à l'enfer ! Berman suggère de regarder le film une deuxième fois. "L'une des choses pour lesquelles nous avons fait ce film est de le regarder deux fois. J'aime les films qui me poussent à les regarder deux fois pour comprendre certaines choses. Voyez comment Justine sort de son coma - il y a une ligne avec le pouvoir des femmes tout au long du film."

Dans les angles morts est disponible en streaming sur Netflix.

Leave a reply