Kong Skull Island : analyse et explication scène post-générique

Un vrai film de kaiju 9.5
Une bande son qui dépote9
Quelques facilités...5
...mais totalement assumées !7.5
Du vrai film de kaiju, sans finesse, mais en voulions-nous ?
7.8

Un peu plus de 10 ans après la révision du King Kong classique par Peter Jackson et 3 ans après le lancement du MonsterVerse de Warner Bros et Legendary Entertainment avec le reboot de Godzilla, le roi King Kong revient donc dans un film de Jordan Vogt-Roberts centré autant sur lui que sur son île : Skull Island.

Critique garantie sans spoilers

Synopsis

Un groupe d'explorateurs plus différents les uns que les autres s'aventurent au cœur d'une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu'ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…

Critique

kong_skull_island_king_kongPremier avertissement, et non des moindres, n’attendez pas la relecture classique de « la Belle et la Bête » dans Kong : Skull Island. Oubliez donc la version de 1933, 1976 et 2005. Ici, on est dans un nouveau concept de MonsterVerse et à terme (2020), King Kong devra affronter le Godzilla de Gareth Edwards de 2014. L’animal devient donc plus un kaiju (monstre japonais géant) qu’un primate géant, à la manière des films de 1962 et 1967 de Ishirô Honda. Sa taille est donc démultipliée (on passe d’un King Kong de 7-9m en 2005 à plus de 30m !), ainsi que sa posture qui devient clairement bipède. Et si l’animal devient un kaiju et grandit, le scénario lui rétrécit. Le but d’un film de kaiju n’est-il pas de voir des monstres géants se mettre sur la tronche ?

kong_skull_island_skullEt sur ce point, ce Skull Island réussi ce qui nous avait manqué dans Godzilla de 2014 : nous montrer des batailles de monstres. Le scénario tient donc sur un post-it, n’ayant finalement que 2 réelles ambitions : montrer les combats et introduire le monsterverse en enrichissant le mythe de Skull Island en le liant à l’univers de Godzilla. On retrouve ainsi l’entité Monarch et quelques clins d’oeils au film de 2014, mais nous y reviendrons dans l’analyse en page suivante. Ce point est toujours difficile à réaliser. On pense notamment à Batman Vs Superman qui a plutôt (très) mal introduit les différents personnages de la Justice League (alors qu’il avait très bien amené Darkseid). L’exemple à suivre ici est plutôt Marvel qui sait amener des détails entre les films, et d’apporter du pep’s dans une scène post-générique souvent faite pour et par les fans. Kong : Skull Island suit complètement ce chemin, et avec une certaine réussite. L’univers est donc bien présenté, les liens sont faits, et oui, il faudra rester à la fin du générique (nous vous en parlons en page 2 de cet article).

kong_skull_island_kong_helicopterL’univers du film est totalement inspiré des films de guerre sur le Viet-Nam, et donc Apocalypse Now (comme les affiches le laissent présager), M.A.S.H et, à moindre mesure, Full Metal Jacket. Peu d’originalité donc, mais une certaine patte visuelle qui marche bien et qui fait le job. En revanche, cela n’épargne pas les incohérences grosses comme une maison (et subitement, une poignée d’hélicoptères devient une armada…) qui auraient pu être aisément évitées et qui donnent tout de suite un côté « facile » et pas sérieux au film. L’abus également des jump scare, même réussis, remet un coup à la sensation de facilité. En même temps, tout cela est totalement assumé, tout allant pour nous faire aller dans le sens que nous n'allons voir qu'un gros film de monstres !

kong_skull_island_apocalypse_now

Et finalement, cette facilité scénaristique et de réalisation est pardonnée par les effets spéciaux et les scènes de combats qui sont réellement réussis et assez jouissives pour qui est amateur du genre. Le tout accompagné d’une bande son « so 70’s » terriblement accrocheuse entre Black Sabbath, David Bowie et Creedence Clearwater Revival (CCR pour les intimes). Pareil, les acteurs sauvent la donne, chacun étant bon dans son rôle.

En conclusion, Kong : Skull Island signe le vrai retour des films de kaiju après un Godzilla qui était un peu décevant…bref, vivement la suite !

Et maintenant, allons voir l’analyse du film, et surtout de la scène post-générique. Et cette fois-ci, c’est 100% spoilers !

Lire la suite : la scène post-générique de Skull Island

1 2 3

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :