Analyse de LIFE Origine Inconnue et explication de la fin

LIFE : Scénariste Inconnu1
LIFE : Scientifiques Saugrenus1
LIFE : Plagiat Malvenu1
LIFE : Alien pour glandus1
LIFE : Scénaristique Déconvenue1
LIFE : Catastrophe Attendue...1
1

Avant d'entrer dans une tentative d'explication des quelques - et trop rares - sujets intéressants du film LIFE Origine Inconnue, attardons nous rapidement sur une critique. Car l'objectif de ce dossier est de vous livrer quelques théories folles sur la fin du film, comme sur les origines de cette vie martienne.

Bien sûr, ce dossier est 100% spoiler, la critique aussi d'ailleurs !

Pour ceux qui souhaitent passer directement à l'analyse du film, voici les différents chapitres prévus :

PS : la notation ci-contre est bien sur une échelle de 10 ! Et comme le film est particulièrement mauvais, on a tenté d'en trouver de nouveaux titres plus clairs pour le spectateur.

Critique de LIFE Origine Inconnue

Le moins que l'on puisse dire c'est qu'un bon casting ne fait pas un bon film. Les pauvres Jake Gyllenhaal, Ryan Reynolds et Rebecca Ferguson sont entraînés dans une spirale infernale de mauvais goût durant 1h45...

Pour être honnête sur quelques lignes, il faut souligner les deux bonnes choses présentes dans le film. 1. La mise en scène est de qualité. 2. La réalisation est plus que correcte. Alors que les astronautes sont coincés sur l'ISS (la Station spatiale internationale), ils n'ont pas grnade marge de manœuvre pour se cacher. Sur ce point précis, la mise en scène relève parfaitement l'aspect oppressant que peut avoir un vaisseau spatial. On se croirait presque dans un sous-marin.

life_origine_inconnue

Créant de l'espoir, le réalisateur Daniel Espinosa introduit le film avec un très beau plan séquence de plusieurs minutes et dont l'action est très bien menée. On suit les péripéties à la fois dans la station et à l'extérieur d'une seule séquence, et c'est bien foutu. La mission de sauvetage du module martien oscille entre humour Reynoldien et gravité d'un Gravity.

Le vrai gros problème du film est qu'il est donc intéressant sur ces 5 premières minutes seulement. Car le reste de l'histoire n'est qu'un sombre et inintéressant plagiat de plusieurs films. Mais nous reviendrons sur le sujet dans la seconde partie de ce dossier. Pour rester sur le scénario, disons que la première partie du film montre un scientifique faire joujou avec une cellule qu'il fait grandir dans son labo. On survole l'aspect scientifique en balançant plus de termes importants. Bref, Daniel Espinosa s'ennuyait tellement qu'il a ajouté une "journalisation" sur 25 jours, preuve qu'il ne se passe vraiment rien de bandant...

La seconde partie montre la rébellion de l'organisme martien, qui cherche à se nourrir pour survivre et grandir. Le basculement en film catastrophe est brutal mais reste maîtrisé. C'est sur le fond qu'il y a matière à discuter ! La mise à mort des différents membres de l'équipage est bien sûre progressive, mais est tellement prévisible... Il n'y a peut-être que le décès de Ryan Reynolds qui laisse douter quelques secondes entre mutation de l'Homme et simple mort.

life_origine_inconnue

Ce qui est bien triste est de voir un film très répétitif qui alterne entre plagiat du mythique Alien et inspirations prise chez Gravity (qui n'est pas la meilleure des références en la matière). Se réfugier derrière le fait qu'il puisse s'agir d'une honnête série B ne suffit largement pas à limiter le massacre.

C'est surtout dommage pour les acteurs eux-mêmes. Alors qu'ils commencent le film intelligemment dans la peau de scientifiques plus ou moins malins, ils sombrent ensuite avec le navire. Ryan Reynolds est fatiguant à faire du Deadpool toute la journée. Jake Gyllenhaal ne trouve pas sa place car trop en retrait ! Ses faux airs de militaire blasé le prive d'émotions, du début à la fin du film. Les deux femmes Rebecca Ferguson et Olga Dihovichnaya sont dans des rôles assez clichés, l'une ayant presque le faciès de Ripley, l'autre totalement transparente.

Les six scientifiques au départ intelligents tombent dans la caricature du hurlements sans fins de film d'horreur. Pas tant pour des cris de peur mais plutôt comme des adolescents piégés dans une maison qui ne savent pas faire autre chose que gueuler les uns sur les autres. La logique scientifique perd tout espoir dès que le monstre Calvin fait sa première victime...

Et le spectateur de perdre le sien, d'espoir...

En page 2, retrouvez les différentes références plagiaristiques de LIFE Origine Inconnue, Alien en tête

1 2 3

17 comments

  1. THECUBE 20 avril, 2017 at 17:45

    Pour continuer dans le plagia, la fin a été directement pompée sur la BD DRUUNA de Paolo Eleuteri Serpieri !!! où l’on voit dans l’un des derniers tomes des humains encore vivants fusionnés avec un amas de câbles biologiques.

  2. Pascontent 22 avril, 2017 at 12:24

    J’ai vraiment admiré ta critique négative sur ce film. Tu as une capacité d’analyse extraordinaire. Je ne comprends pas que personne ne t’ait encore suggéré d’aller faire un blog sur les pokémon ou sur les pucerons en Afrique. Tu n’as vraiment pas compris la moralité que le réalisateur a dissimulé dans ce film. Si ces films sont trop poussés pour toi, tu devrais te mettre aux disney. Blaireau

  3. Aymeric 26 mai, 2017 at 00:33

    Jai jamais lu un torchon pareil..
    Autant pour parler de plagiat d alien je peux comprendre. Mais alors Predator… n importe quoi…
    Du coup n importe quel film dans l espace sera desormais un plagiat de Gravity…
    Jimagine donc que la scene de fin avec les pecheurs est un plagiat d une certaine scene de Godzilla…
    Pathétique. Faites des tests ADN histoire de verifiez que vous ne soyez pas le « plagiat » de quelqu’un d autre. **KAWAI**.
    EDIT ADMIN : bisous

  4. Jokari 3 juin, 2017 at 02:43

    Hmmm l’avez vous vraiment vu ! deja il dure environ 1h34 et Reynolds meurt tôt, c’est plutôt Gyllenhaal qui est mis en avant.

  5. Nico 10 juin, 2017 at 02:22

    Bonne critique!
    Point de vue casiment identique pour moi.
    C’est un white martian de DC.

  6. JohnnyK 27 juin, 2017 at 12:52

    Rien que l’alien et ses mutations, d’un organisme unicellulaire à un truc dégueulasse plus ou moins neuronal à taille humaine, est d’une originalité folle !
    Idem pour la fin, putain qu’est-ce que ça fait du bien d’avoir une vraie fin dramatique et pas un happy ending à deux balles.
    Du coup, je trouve votre critique vraiment nulle et injustifiée.

  7. Miko 17 juillet, 2017 at 19:48

    Je ne comprends pas comment on peut avoir un avis aussi négatif sur ce film. Pour un film récent je l’ai trouvé vraiment fameux, intriguant du début à la fin avec beaucoup de suspense et d’angoisse. Je lui colle au moins un 7/10. D’ailleurs là je vais me le remater.

  8. Christopher Guyon 26 juillet, 2017 at 10:30

    Il en faut pour tous les goûts, et si tu t’interesse notamment au travail esthétique du réalisateur, c’est sur que tu peux prende plaisir à un deuxième visionnage !

  9. Gaëtan 7 août, 2017 at 15:00

    Coucou ! Qui es-tu pour te permettre de démonter ce film dont tu le dis toi-même « la mise en scène et la réalisation sont plus que correctes » ?! Critiquer un film n’est pas donner un avis subjectif, mais constructif. Je pense sincèrement que ce film est bien plus intéressant que le Alien : Convenant qui n’apporte pas grand chose de nouveau au mythe de l’Homme vs./ l’Extraterrestre. Ce que tu dis sur le film est bien plus intéressant quand tu réfléchis aux liens scénaristiques (parallèle entre Calvin et Venom…), aux améliorations des défauts, etc… plutôt qu’à des « c’est nul ! » ou « c’est vraiment pourri » dont on a strictement rien à foutre ! Sinon, à part ça, ton blog n’est pas déplaisant ! 😉

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :