Minuit dans l’univers : explication du film Netflix

On avait pas vu George Clooney sur le devant de l’affiche depuis 2016. Il fait son grand retour sur Netflix, avec Minuit dans l’univers, film pour lequel il porte plusieurs casquettes : Rôle principal, producteur et réalisateur ! Le résultat est une oeuvre de science fiction ambitieuse mais inégale. Comme toutes nos analyses, ce dossier est garanti 100% spoilers et aborde notamment la fin du film. Nous recommandons donc sa lecture après avoir vu le film.

Synopsis Minuit dans l’univers

Ce récit post-apocalyptique suit Augustine (George Clooney), un scientifique solitaire basé dans l’Arctique, qui s’efforce d’empêcher Sully (Felicity Jones) et son équipage d’astronautes de revenir sur une Terre victime d’une terrible catastrophe.

Minuit dans l’univers est l’adaptation d’un livre best-seller écrit par Lily Brooks-Dalton et suit dans l’ensemble, une trame plutôt similaire, bien que le scénario est été adapté par Mark L. Smith, notamment connu pour The revenant.

Que s’est-il passé sur Terre ?

Le film se déroule en février 2049 et se déroule trois semaines après “l’événement” (The event en V.O.), dont nous n’avons quasi aucune information mais qui semble conduire à la fin de toute vie sur terre (ou presque, les loups se portent très bien).

Il semble clair que la vie est finie sur Terre, avec plusieurs scientifiques qui quittent l’observatoire en arctique pour retourner dans leurs familles, soit passer leurs derniers moments ensemble, soit dans des souterrains. “Le patient en phase terminale survit au reste de l’humanité. Au début du film, on voit Augustine surveiller l’indice de qualité de l’air de la région autour de l’observatoire pour détecter les niveaux de radiation en hausse. Il semble que ces radiations ont pris le dessus sur la planète entière, les pôles étant les derniers à être touchés.

C’est un événement d’ampleur mondiale qui ne semble avoir épargné aucun pays. En effet, lorsque Sully a des difficultés à contacter la Terre depuis le vaisseau, elle mentionne avoir essayé de contacter des pays comme la Chine, la Russie ou encore l’Australie sans obtenir la moindre réponse.

Son vaisseau a été envoyé il y a plusieurs années pour trouver une planète vers laquelle pourrait se réfugier l’humanité, pendant que sur Terre, les habitants tentent de survivre et repousser l’échéance inévitable. Lorsqu’Augustine réussit finalement à entre en contact avec Sully plus tard dans le film, il évoque leur échec “J’ai peur que nous n’ayons pas fait un très bon travail de surveillance pendant votre absence”. Les astronautes ont en effet été isolés du reste du monde et ne savent pas que celui se dirige vers son agonie.

terre vue de l'espace

L’intrigue suit deux fils rouges : D’un côté, les tentatives d’Augustine pour garder la petite Iris en sécurité pendant leur voyage vers un puissant satellite, de l’autre, l’équipage de Jones, qui souhaite faire son retour sur terre après sa mission.

Beaucoup de temps est consacré, sur la première partie du film, à la relation entre Augustine et la jeune Iris, qui semble passer par de nombreux défis pendant le film. La deuxième partie alterne entre les deux groupes et offre la meilleure séquence du film, tendue et pleine d’action, dans l’espace. Malgré un air de déjà-vu, celle-ci est suffisamment bien conçue pour accrocher le spectateur, même si les enjeux sont finalement relativement mineurs.

D’un point de vue technique, c’est d’ailleurs probablement la meilleure œuvre de Clooney en tant que réalisateur, avec quelques très beaux plans et une séquence dans l’espace qui n’a pas forcément grand chose à envier à Gravity d’Alfonso Cuaron.

Toutefois, les péripéties en arctique et dans l’espace sont avant tout prétexte à traiter de regret et de redemption. George Clooney fait le choix de traiter ce thème via l’intime, quelques personnages, pour évoque de manière plutôt optimiste les maux et le destin de notre monde. C’est ce que nous allons tenter de décrypter, en analysant la fin du film et son twist majeur.

Page suivante : La fin ou le début

1 2

2 comments

Leave a reply