Sucker Punch : Analyse et explications

Très attendu par la rédaction d'Oblikon et une grande partie de la communauté geek, Sucker Punch s'est finalement avéré être un pétard mouillé. Si la direction artistique et les scènes de combat ont plu à la plupart des spectateurs, le scénario, première création originale de Zack Snyder, a été jugé très mauvais (voir notre critique ici).

Ce scénario étant globalement raté, beaucoup de spectateurs ont jugé l'histoire trop simpliste alors que Zack Snyder a tenté d'offrir un jeu de miroirs ou de poupées russes plus complexe qu'il n'y parait, avec une fin qui remet beaucoup de choses en cause, dans la lignée de Shutter Island et Inception. Une tentative intéressante mais veine car beaucoup trop ambitieuse par rapport à ses talents d'écriture à ce jour.

Dans Sucker Punch, Zack Snyder s'amuse donc à confondre réalité et fantasme. Il en ressort à la fin du film plusieurs interprétations possibles sans qu'une seule ne soit vraiment cohérente. Même si le film vous a laissé de marbre, nous vous invitons à découvrir dans les pages suivantes les trois interprétations possibles pour ne pas rester sur une impression faussée.

Page suivante

N'hésitez pas à réagir en commentaires pour contribuer aux théories et analyses.

1 2 3 4 5

31 comments

  1. D A R T H 2 avril, 2011 at 17:30

    (Très possibles sources d’inspiration)

    American McGee’s Alice , le Jeu (évasion intérieur d’une jeune fille enfermée dans un asile)

    Metal Hurlant (esprit général pinup, gros flinges, anachronismes et rock + Sweet Pee habillée comme Taarna « épaulette », épee, + le bombardier)

    Brazil (les samurai géant, évasion dans un univers rêvé ou on est le héros, le final ou le héros fini « déconnecté » sur une chaise de toture)

    Dragon Ball, Saint seiya, effet lors des combats : personnages projetté sur le sol ou contre les mur qui se brisent

  2. Mem 4 avril, 2011 at 07:22

    Pas mal comme interprétations, ca laisse à réfléchir! Javoue ne pas avoir été de ceux ayant vu plusieurs interprétations dès la sortie de la salle mais en y réfléchissant, c’est assez censé.

    (et sinon, il y a confusion à plusieurs reprises dans l’article entre Blondie et Amber. Pas très grave lorsqu’on considère que ce sont toutes deux des projections mais tout de même)

  3. Odjob77 4 avril, 2011 at 22:56

    Merci pour vos interpretations!
    J’ai senti qu’il me manquait des éléments, c’est pour ça que je vais retourner le voir (merci Le pass)
    Une apparition que je n’ai pas encore compris et que je n’ai vu cité nul part, on appercoit dans la scène des tranchées, un enfant dont on soulève le casque, et on le retrouve à la fin qui prend le bus.
    Qu’est ce que ça peut dire ?
    en tout cas je vais le voir d’un autre oeil.
    Je trouve ça dommage que beaucoup de monde ce soit arrêté à l’action.
    Et par pitié cessez de dire que ce film s’adresse aux geek, ce mot a perdu tout son sens depuis quelques années!

  4. Babystar 5 avril, 2011 at 09:28

    A notre prochain visionnage on jètera un coup d’oeil à l’enfant que je vois bien dans les tranchés mais je ne m’en rappelle plus dans le bus. ll y a encore des choses à voir dans le film qui nous ont échappé.
    En ce qui concerne le mot geek, même si il est maintenant utilisé par tout un chacun et que son sens a changé, il n’en reste pas moins un bon mot pour décrire les amateurs de jeux vidéos, de technologies et de science fiction. Et je crois que clairement SP rentre dans ce cadre :
    – ce qui est tiré du jeu video est très clair quand on passe dans toutes les scènes de combat
    – l’histoire quand à elle est proche des thèmes très chères à Philip K Dick sur l’identité
    – et les effets spéciaux sont une véritable vitrine des techniques d’infographismes actuels. N’est pas geek celui qui ne s’est pas demandé au moins une fois dans le film comment il a réalisé ces effets spéciaux.

  5. dim 6 avril, 2011 at 01:43

    Salut je viens de lire votre dossier sur Sucker Punch et je ne suis pas forcement d’accord avec votre raisonnement.

    Je pense pas que Baby doll n’a subit aucunn viol. A plusieur reprises, Bleu énnonce le fait de pouvoir gagné pas mal d’argent avec elle (donc supposé la vendre aux plus offrant des gardiens vue que ce sont « ses filles ») .. des le debut on nous annonce qu’elle est vierge et cela est reforcé par la conversation qu’a Rocket avec sa soeur devant son miroir.

    Pour ce qu’esT des viol je suis d’accord les autre filles ce font violer. Babydoll aide justement Rocket(avec le porc de cuisto) et gagne de ce fait la confiance des autres filles. De plus Rocket avous plus tard dans le film que « personne ne ce préoccupe de personne ici » d’ou les liens que ses 4 formes aux fil de leurs aventures.

    Je pense que lorsqu’elle danse, elle utilise la méthode du psy(méthode montré au debut avec Sweet Pea qui échange un regard avec Baby doll comme pour dire aide moi).

    De plus avant de tomber dans le monde imaginaire du cabaret, on peut voir les différents protagoniste (Rocket coupe des oignons, et les 2 autre joue aux echec) !! Je pense donc que Baby Doll leur ouvre les porteS de l’évassion et essait de les aider à combatre ce monde cruel auquel elleS appartient réellement.

    Toute les autreS filleS Rocket, Blondie, Sweet Pea, et Amber sont donc selon moi bien réel et ne fnt partie de l’imagination de personne.

    Pour ce qu’est de la fin. Sweet Pea ce sert de ce qu’elle a imaginé avec les autres pour créer ca propre liberté, et de ce fait on peux voir le petit garcon de la guerre ainsi que le mage (qui la guide encore une fois).

    La ou mon esprit s’égard c’est le meurtre de Amber et Blondie. Je pense que Blondie(lorsqu’elle pleur assis par terre) voulait dire au docteur ce qui se passer dans l’hopital (la vision réel des chose) mais Bleu viens coupé cela et elle doit donc mentir au psy qui dans la vision du cabaret ne peux donc rien faire lorsque Bleu les assasinent.

    Aprés je pense que Bleu a réellement fait du mal a Amber et Blondie vue que ses collégue « refuse de continuer a faire du mal aux filles » et le laisse seul avec BabyDoll a la fin.

    L’élément inconnut que Babydoll doit trouver est d’aprés moi le SACRIFICE. En permettant de laisser partir Sweet Pea cela lui permet de vaingre ces peurs, et elle n’a plus besoin de la vison « jeu video pour taper sur un mec et faire diversion. BabyDoll a trouvé la paie intérieur, et n’a DONC plus peur.

    Lorsque le docteur (qui la lobotomise) dit qu’il n’a jamais vue un tel regard « comme si elle me demander de la faire » elle parts donc en paie avec elle même. D’ou les yeux en l’aire!

    La ou mon raisonnement divague un peu c’est pour les meutres de Blondie et Amber, car la psy ne nous parle que de l’évasion de Sweet Pea mais jamais des 2 autres mortes dans la vision du cabaret.
    J
    e ne dit pas avoir raison, je vous expose juste ma vision du film !! en tout cas mon interpretation lol

  6. LarrxX 7 avril, 2011 at 17:23

    Personnellement, j’ai une interprétation encore différente (qui combine des éléments de vos trois interprétations présentées dans l’article):

    Les quatre filles existent réellement, et tout le film n’est autre que le fantasme de Sweat Pea pour s’échapper à la dure réalité de l’asile. L’arrivée de Baby Doll, qui a une très forte personnalité, chamboule tout. Elle redonne l’espoir et est prête à se sacrifier à chaque fois pour donner la chance aux autres de récupérer les éléments dont elles ont besoin pour s’échapper. Quelle forme prend ce sacrifice, je ne sais pas mais, à la fin de chacune de ses « danses » elle pleure.

    Pendant ce temps-là aussi, dans le monde fantasmé du bordel, la seule fille qui a des peurs réelles et des doutes, c’est Sweet Pea qui trouve du réconfort dans l’inébranlable volonté de sa soeur Rocket et de Babydoll. Le fait qu’elle soit la seule personne « sensée » appuie aussi la théorie que c’est son fantasme de fille complètement traumatisée.

    Le déclencheur de ce fantasme, vous l’avez repéré: c’est ce regard que s’échangent Sweet Pea et Baby Doll à l’arrivée de cette dernière. Sweet Pea voit en elle la volonté dont elle manque si désespérément et fait d’elle l’héroïne de son fantasme.

    Enfin, le fantasme n’est pas si irréel que ça puisque, à la fin, on apprend quand même que Baby Doll a vraiment poignardé Blue, qu’elle a mis le feu et que le couteau du cuisinier a été dérobé.

    Voilà pour ma propre interprétation. Je ne clame pas qu’elle est plus vraie que les votres, mais juste une manière différente de voir les choses.

  7. raptor 8 avril, 2011 at 19:53

    très intéressantes ces trois hypothèses de la pensée de Mr Zack snider mais il est toutefois une question qui me chiffonne …
    Dans le film et plus précisément au début et à la fin on entend parler de gardiens , personne d’apparences diverses et variées mais aucune des trois versions n’en fait allusion.
    Personnellement je n’essaye pas d’interpréter et fait partit de ces personnes qui se « déconnecte » le cerveau et s’en est pris plein les yeux !!!!!

    Alors si vous trouvez un hypothèse incluant la notion de « ange gardien »

    je serai ravi de l’entendre 😉

    Cdt.

  8. Vincent 9 avril, 2011 at 20:12

    Personnellement, j’ai adoré ce film, y compris le scénario. Le fait qu’il nous fasse réfléchir encore après l’avoir vu, est quelque chose qui me plait beaucoup. Je l’ai vu plusieurs fois, et j’ai remarqué quelques petits détails, comme par exemple au début, la petite soeur de Babydoll tient dans ses bras la peluche d’un lapin rose, identique à celui sur la machine d’Amber lors de la première « danse » ! C’est super de découvrir des petits indices à chaque fois.
    En revanche, je ne pense pas que les autres personnages (ex : Blondie) soient une imagination, puisqu’au tout début, dans le monde réel de l’asile psychiatrique, elles sont présente.. Reste à voir le director’s cut pour encore plus d’indices !

  9. Phil 11 avril, 2011 at 13:42

    Je pense qu’il ne faut pas chercher bien loin : c’est tout simplement l’histoire d’une adolescente qui, refusant sa condition de poupée sexuelle tout autant que sa responsabilité dans le décès accidentel de sa soeur, se réfugie dans un monde où elle devient l’héroïne d’un fantasme où elle aide une soeur à accéder à une finalité rassurante dont elle a elle-même rêvée : retrouver sa mère. Vu que rien ne l’attend dehors, l’ultime moyen trouvé pour sa rédemption est son sacrifice pour aider cette soeur. Rejoindre d’autres mondes (type jeux vidéos) encore plus éloignés de la triste réalité quand il s’agit de danser (un trip cachant un strip ?) devant des spectateurs bluffés (non pas par son talent de danseuse mais son corps fantasmant de jeune fille) constitue un processus plus poussé de cette volonté de ne pas accepter le monde réel.

  10. Did - Azur.fr.nf 29 juillet, 2011 at 16:47

    C’est marrant, aucune des interprétations ne collent avec la plus répandu sur les forums, genre sur IMDb (je me rappelle de 2 qui racontaient avoir fait pareil à l’armée), qui est aussi la mienne et aussi celle de l’auteur à priori:

    «même si l’intrigue a évolué au fil du temps, le film raconte, depuis le début, l’histoire de cette jeune femme, Babydoll, qui, à force d’affronter l’adversité, finit par se réfugier dans un monde imaginaire pour faire face.» dixit la femme de Zack Snyder.
    Donc pas vraiment en quelques secondes avant la lobotomie, quant aux 2 autres hyopthèses… je ne sais pas où vous allez chercher tout ça! 😀

  11. Sucker Punch : réalité ou fantasme ? | Lady Madd 13 août, 2011 at 19:10

    […] Oblikon – Sucker Punch : analyses et explications […]

  12. Geronimo 5 avril, 2012 at 09:40

    « Une tentative intéressante mais …. » VAINE. Avant de soumettre des critiques et des explications sur des films, il faudrait peut-être apprendre à écrire français. C’est sur que c’est pas donné à tout le monde. Ce film est super, l’histoire et le scénario sont tout à fait acceptables, la mise en scène est superbe et les dialogues (surtout le monologue de la dernière scène) sont trés bien écrit. Bref, Zack Snyder nous transporte dans son monde, ça marche!

  13. Adrien Ameztoy 16 avril, 2012 at 01:21

    Bon, je vais tenter de vous apporter une 4eme version qui est plausible.
    Premièrement, vous avez oublié une chose importante dans chacune de vos
    version qui est pourtant cité à plusieurs reprises dans le film : les
    ange-gardien. Babydoll est un(e) des anges-gardien de Sweat Pea. On peut
    noter une certaine ressemblance physique, ainsi que dans leurs vies (
    décès de la sœur ). Le chef de l’asile, tout comme le maire ne sont en
    fait que des employés de l’asile. Le Hight Roller est en faite le
    médecin qui lobotomise les filles, et non qui « prélève leurs fleurs », la
    prof de danse est en faite la médecin du l’asile. C’est pour ça que
    Babydoll prend à la place des autres ( et notamment Sweat Pea ). Ses
    danses sont en fait des viols, et elle s’imagine les scène pour éviter
    de subir la réalité.
    Et c’est pour ça qu’elle se sacrifie à la fin,
    puisque ce n’est qu’un ange-gardien, et non une personne « réelle ». Sweat
    Pea s’est donc réellement enfuie.
    La fin n’est pas réelle, c’est
    l’imagination de Babydoll qui l’a travail, d’où le ciel bizarroïde ! On
    ne sait pas vraiment ce qu’il advient de Sweat Pea.

    Il y a 3 « niveaux » : le premier, l’asile moisie. Le 2eme, ce que
    Babydoll fait de l’asile, ç savoir une maison close. Et enfin, le 3eme,
    ses rêves, où elle se venge en abattant uniquement des hommes
    « déshumanisé » ( robot, zombie, orc, armure ).

    ( C’est un peu brouillon, j’essayerais de faire un truc plus propre quand j’aurais trouvé le temps et les mots ! )

  14. Sarias 10 juillet, 2012 at 20:13

    Bonjour. Il existe une quatrième théorie qui considère Babydoll comme étant l’ange gardien de Sweet-Pea. 

    Elle est développée ici : 
    http://anges-sucker-punch.over-blog.fr/
    Je vous invite à la lire, et peut-être, à y consacrer une page sur votre blog si vous estimez, comme moi, qu’elle mérite d’être diffusée.
    Je pense que c’est la théorie la plus aboutie et complète à ce jour.

  15. akitl 25 juillet, 2012 at 18:15

    pour la deuxiem version pourquoi ce ne serait pas baby doll qui c’est inventer c’est 4 ami et aussi pourquoi dans tout vos version vous vous entêté a faire confiance a ce qui est dit dans le filme il ce pourrais très bien que personne ne ce soit réellement échapper
    de plus la théorie qui dit que quand elle danse ce sont en faite des viol correspond bien a la
    plupart des scène mais pas celle ou elle danse pour la premier fois

  16. akitl 25 juillet, 2012 at 18:37

    désoler du double poste mais aussi penser vous réellement que cela a un
    quelconque itéré de s’échapper puisque si l’on s’entend tousse a dire
    que la réalité et celle de l’asile alors quand bien même notre ami sweet
    pea rentre chez elle elle se fera renvoyer a l’asile
    donc je pense
    que quand sweet pea prend le bus elle est enfaite le phantasme de baby
    doll qui  car on i trouve 4 élément  tout d’abord elle rencontre le
    petit garçon que elle a vu dans les trancher puis elle vois le chauffeur
    qui est le maitre et jamais des flic n’aurais lâcher l’affaire comme sa
    et pour finir quand le bus part au loin on vois le panneaux paradise
    dinner sur le coter
    j’en conclu donc que si sweet pea n’est pas un
    personnage imaginaire ou du mois si cette dernier scène n’est pas
    imaginaire ce serait totalement incohérent car ces deux perssonage qui
    sont le chauffeur et le garçon sont née de l’esprit de baby doll
    c’est un procéder souvent utiliser dans les filme pour nous montrer qu nous some dans un rêve ou phantasme de montrer un perssonage qui ne pour être la
    alors deux …..

  17. Nonotur 9 août, 2012 at 12:21

    Bonjour, Sucker Punch est un de mes films préférés, si vous ne comprenez pas la subtilité de celui-ci, alors allez regarder des films comme « Rocky » ou « Rambo ». N’essayez de vous inventer un talent de critique cinématographique, si vous ne savez pas reconnaître un bon film, alors autant vous abstenir de vos remarques négatives et inutiles. Vous n’êtes là que pour critiquer et juger, même si cela est votre avis, garder le pour vous. Même si je ne vous  comprends pas. Merci. Au revoir.

  18. matt 9 janvier, 2013 at 02:53

    Bonsoir, je n’ai vu le film qu’une seule fois mais jamais un film ne m’avait autant intrigué.

    Je pense que le thème principal du film est « l’esprit » ,l’imaginaire, le rêve, l’irréel, la force de l’esprit.

    Voici mon avis, SweetPea et Babydoll sont liés c’est indéniable voir peutêtre même la même personne, on peut imaginer de la schizophrénie, voir qu’aucune des deux n’est réelle, babydool et sweetpea forment un double psychologique d’une même personne et babydoll serait la partie qui se sent responsable de la mort de sa soeur (la scène de la lobotomie qui traduit l’effacement de l’esprit montre en effet ce souvenir de la mort de sa soeur) le fait qu’elle accepte de se faire lobotomiser montrerait qu’elle souhaite oublier cet évènement et donc soulager son esprit en effaçant par conséquent ce qui représente babydoll et ce qui a permis de laisser place à l’autre partie de l’esprit sweetpea qui est aussi imaginaire comme le montre la scène final ou elle s’en va vers une destination « Paradise », c’est à dire la paix intérieur.

    Il y a autre chose qui m’intrigue, le fait que babydoll n’est aucune cicatrice aprés l’intervention dans ce qui est supposé être le réel, je ne pense pas que l’explication soit du divin (comme j’ai pu lire ailleurs, comme quoi babydoll est un ange), sinon il y aurait eu des réactions de la parts de autres protagonistes comme de l’étonnement or le seul étonnement est celui du spectateur, cela montre que c’est tout à fait normal, ce qui laisse penser que ce réel n’en est pas un mais est également un imaginaire et que comme dans tous les autres imaginaire, rien ne peut atteindre l’esprit de celui qui en est à l’origine, c’est à dire babydoll, qui dans sa représentation physique dans un imaginaire ne subit aucun dommage physique. Cela me ferait penser qu’en réalité tous le film est imaginaire et se déroule dans l’esprit de quelqu’un, il y aurait donc 3 imaginaires et non pas deux.

    L’histoire ne serait que le récit imaginaire d’un esprit troublé dont le personnage principal est « la voix de sweetpea»

    Pour l’interprétation de l’ange gardien (dont les référence sont omniprésentes), on pourrait penser que la personne s’était inventé babydoll comme un double de son esprit, qui serait assimilable à « l’ange gardien », dont le seul but serait de libéré (psychologiquement) son esprit, en permettant à l’autre partie (sweetpea) de prospérer paisiblement et ainsi effacer (de par la vision imaginaire de la lobotomie) l’origine de ces maux qui est représenté par babydoll.

    Cela peut paraître farfelu, ça l’est sans doute.

    Superbe film.

  19. Ailuro 19 janvier, 2013 at 12:30

    Ne serait-ce pas possible que tout soit vrai, c’est-à-dire que toutes les filles existent vraiment mais que le cabaret et la guerre sont des manifestations de l’imaginaire de Baby Doll qui se construit ces mondes pour affronter ce qu’on lui fait endurer à l’asile ? Que ces mondes seraient donc des métaphores de ce que subit Baby Doll. Sweet Pea s’échappe grâce à Baby Doll, ce pourquoi l’histoire est centrée sur Baby Doll, et que Sweet Pea la qualifie d’ange gardien.

  20. Oxole Pwjll 9 février, 2013 at 04:26

    Non, en fait Zack a juste voulu mettre en avant des jupettes et des bas, des mignonnes soubrettes qui se battent contre des samurai géants armés de gatlin guns !
    Le reste sérieusement…

  21. Bp 10 septembre, 2013 at 19:33

    Preuve que c’est chelou, le moment où Rocket et Sweat Pe parlent devant une glace, les originales et les reflets ne correspondent pas 1 seconde.

  22. babeth 25 septembre, 2013 at 13:57

    Il y a une explication très simple concernant le fait que babydoll n’ait pas de cicatrice suite à sa lobotomie. En fait, la lobotomie a été assez utilisée dans la période d’après guerre (années 45 à 54), on appelait cette technique la chirurgie du pic à glace (car, comme dans le film, on utilisait une sorte de petit burin qui ressemble vraiment à un pic à glace). Le vrai nom de cette pratique était la leucotomie frontale trans-orbitale. Il s’agissait de faire passer le pic sous la paupière pour détruire le lobe frontal du cerveau. Il n’y avait donc besoin de ne pratiquer aucune incision, ni ouverture du crâne. Le cerveau est indolore, c’est-à-dire qu’il ne ressent pas la douleur. On pouvait donc pratiquer cette opération sans anesthésie.
    La leucotomie trans-orbitale est très simple car elle est rapide, ne nécessite que très peu de matériel, elle est indolore, et ne laisse aucune marque. La pratique, jugées trop barbare et sans retour possible, a été abandonnée dans les années 60, quand sont apparus les psychotropes qui sont jugés plus « doux ».
    Il est donc normal que babydoll n’ait pas de cicatrices.

  23. Enid 27 septembre, 2013 at 12:57

    Je pense justement que tout le génie du film est qu’il y a deux interprétations possibles. Le fantasme de Baby Dolle et le fantasme de Swet
    Pea.

    Votre 3eme explication me semble légèrement stupide. D’apès moi, vous n’avez rien compris au film et ceux qui chercher à savoir la quel des deux que j’ai retenu est la vrais n’ont eux non plus rien compris. Je vous l’accorde, c’est aussi peut être moi, qui n’ai rien compris… Je laisse ça à votre jugement personne^^

    La première fois que j’ai vu le film, j’ai vu le tout comme le fantasme de Baby Dolle… L’asile est réel et pour échapper de son enfer, elle s’inventait des histoires, ou plutôt elle romançait la réalité pour en faire un environnement plus supportable (Ce que dans la vie, nous fessons tous, même si c’est inconscient). Swet Pea est réel en soit, mais son véritable nom et sa véritable histoire sont inconnue. L’histoire que lui donne Baby Dolle sort de son imagination. Ce qui la sauve, les anges qui murmure des feux de la rampe, a savoir les personnage de son univers fictif devenu pour elle une part de « sa réalité ». La fin, elle ne se sauve pas, dans sa réealitée, elle est sauvée « par procuration » a travers Sweet Pea. Elle aurait donc réellement sauvée non pas Sweet Pea qui est son fantasme, mais la fille dont elle s’est inspirée pour… Celle dont elle a fait son héroïne.

    Puis en regardent plus profondément, il y a des éléments qui m’ont fait penser que justement, c’était tout le contraire… Sweer Pea qui fantasme l’histoire de Baby Dolle parce qu’elle n’as pas le courage d’affronter les choses elle-même, elle s’invente une héroïne…Dans l’imaginaire de SP c’est BD qui fait tout, c’est plus facile pour elle d’être sauvée que de se sauvée. Mais au final, l’héroïne c’est elle.. Baby Dolle (son fantasme) n’a fait que lui donner le courage.

    D’aprés moi, les deux explication sont a gardé. Le but n’est pas de cherchée la quel est la bonne, on peut le faire « en soit » mais je pense que l’intention était belle et bien de laissé le champ ouvert aux deux possibilités. D’où la question : « Qui raconte l’histoire de qui, Qui lève le rideau ?» à la quel la réponse est n « nous », dans notre imagination… Car après
    tout, c’est le thème du film… Le histoires que nous nous inventons à nous même pour mieux dormir la nuit, pour affronter nos angoisses et tout se qui tourne mal dans nos vies.

Laisser un commentaire