Critique Sucker Punch de Zack Snyder

Après Ga'Hoole et l'excellent Watchmen et avant son adaptation de Superman, Zack Snyder revient sur le devant de la scène avec un film original et personnel : Sucker Punch. Considéré par la rédaction comme le film geek le plus attendu de 2011, découvrons donc ce qu'il a dans le ventre !

Tout d'abord, Sucker Punch surprend par son style graphique. Comme à son habitude, Snyder retraite énormément ses images afin de leur donner ce rendu un peu poisseux mais intense, n'étant pas sans rappeler le rendu d'un Jeunet & Caro dans Delicatessen par exemple. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que dans cette ambiance d'asile psychiatrique/cabaret/univers fantasmagorique, ce rendu est remarquable.

On ne peut parler de réalisation sans évoquer les scènes d'actions, diverses et variées dans le film : globalement très bien construites, pas trop brouillonnes, sexy et punchy, bref, en un mot réussies. Et Snyder se fait plaisir en évoquant tous les univers "geek" qui marchent bien : d'un côté la guerre des tranchées avec des soldats robots nazis qui ne sont pas sans évoquer les zombies nazis de Wolfenstein 3D évoluant dans un univers nerveux digne d'un Call of Duty. Un autre univers très Seigneur des Anneaux (dragons & orcs) avec un soupçon de steampunk y côtoie un univers de robots Samouraïs dans une scène épique de combat. Bref, des univers très geek, très orientés steampunk et jeux vidéos qui sont bien loin de nous déplaire.

Emily-Browning-Sucker-Punch

Mais ces décors ne sont que le dernier niveau de la poupée gigogne du scénario qui se passe dans un hôpital psychiatrique. Moins brillant que l'ambiance de Scorsese dans Shutter Island, l'hôpital n'est jamais vraiment inquiétant sauf peut-être à la toute fin du film. La seconde couche de l'univers et première couche fantasmagorique est un théâtre/cabaret/bordel. Tout comme l'hôpital psychiatrique, l'ambiance n'est pas complètement restituée et finalement se montre un peu pauvre en terme d'ambiance…au même titre que le scénario qui se montre finalement assez creux.

En effet, au-delà d'une histoire sympathique de la jeune fille "prisonnière" aussi bien de corps et d'esprit qui aurait mérité d'être traitée peut-être plus en profondeur, le scénario est assez pauvre. Tel un jeu vidéo, il faut récupérer un certain nombre d'items afin de finir le jeu, chaque récupération d'item amenant dans un niveau avec un boss à affronter et une mission assez simpliste. L'imagerie du jeu vidéo y est, mais une certaine lassitude aussi.

Sucker-Punch-sexy

En conclusion, Sucker Punch est un bon film d'action, qui saura plaire aux geeks et amateurs de culture steampunk et jeux vidéos. Cependant, un univers visuel fort ne suffit pas à combler des creux scénaristiques et empêche le film d'atteindre des sommets. Pour les amateurs d'héroïnes sexy, je vous invite à prolonger le plaisir en découvrant notre top des actrices les plus sexy dans des films d'action, réalisé pour la sortie de Sucker Punch.

3 comments

  1. Sucker Punch : Analyse et interpretations | Oblikon.net 2 avril, 2011 at 16:42

    […] Très attendu par la rédaction d’Oblikon et une grande partie de la communauté geek, Sucker Punch s’est finalement avéré être un pétard mouillé. Si la direction artistique et les scènes de combat ont plu à la plupart des spectateurs, le scénario, première création originale de Zack Snyder a été juge très mauvais (voir notre critique ici). […]

Laisser un commentaire