Before Midnight de Richard Linklater

18 ans après Before Sunrise à Vienne et 9 ans après Before Sunset à Paris, nous retrouvons aujourd’hui Céline & Jesse, parents, sur une île grecque. La quarantaine entamée, ce sont des nouvelles questions qu’ils se posent sur leur relation, la vie, et surtout l’amour.

Synopsis

Une île grecque, une villa magnifique, en plein mois d’août. Céline, son mari Jesse et leurs deux filles passent leurs vacances chez des amis. On se promène, on partage des repas arrosés, on refait le monde. La veille du retour à Paris, surprise : les amis offrent au couple une nuit dans un hôtel de charme, sans les enfants. Les conditions sont idylliques mais les vieilles rancoeurs remontent à la surface et la soirée en amoureux tourne vite au règlement de comptes. Céline et Jesse seront-ils encore ensemble le matin de leur départ ?

Critique

Et après ? C’est un peu le résumé que j’aimerais  faire de Before Midnight. Après le côté presque enchanté des deux premiers « Before », nous voilà accompagnant nos héros dans de nouveaux doutes. Ils sont désormais ensemble et ont fondé une famille. Mais le quotidien, et surtout ce qu’ils sont devenus n’est plus la même chose qu’il y a 18 ans… ou presque.

before-midnight_celine_jesseChaque « Before » pose les questions et les doutes d’un âge. Ainsi on aime Before Sunrise à 20ans jusqu’à la trentaine où l’on préfère définitivement Before Sunset. Donc quand on voit Before Midnight avant cette quarantaine, on se dit que l’on va forcément passer à côté de quelque chose. Et c’est un peu le cas. Car si l’on comprend, partage les questionnements de Céline et Jesse, nous ne les avons pas encore (tous) vécus.

Cela n’empêche en rien le film d’être porté par une vraie puissance, cette simplicité matérielle qui permet de réellement  comprendre nos héros, et de se concentrer sur le fond de l’histoire plutôt que sur la forme.

Car la forme, malgré une longueur plus grande que ses prédécesseurs, reste identique. On est surpris au début de voir apparaître quelques personnages secondaires. A chaque apparition de ces derniers, on se dit que Linklater risque de se perdre dans quelque chose : Pourquoi ajouter des personnages quand Céline & Jesse nous suffisent ? Sauf qu’à chaque fois, 3 minutes plus tard, nous sommes subjugués par ces mots, ces histoires. On partage ces moments, de spectateurs, nous sommes acteurs de ces scènes. Assis à côté des personnages, dans une cuisine, à table, on disserte avec eux. Et très vite ces personnages secondaires disparaissent, s’évanouissant comme le coucher du soleil pour laisser la place à nos deux héros.

before_midnight_affiche

Deux héros qui vont alors porter le film pendant la dernière heure avec brio. Dans l’esprit de la série, mais avec ce nouveau côté, plus réaliste, et aussi plus violent. L’époque « bénie » des rêves d’enfant est passée, bienvenue dans la réalité. La jeune idéaliste est devenue carriériste, le jeune écrivain rêveur est devenu célèbre, divorcé et loin de son fils. Que reste-t-il de ce qu’étaient nos deux amants ? Où en est leur amour ? Qu’ont-t ’ils accompli ? C’est là qu’intervient le génie des trois scénaristes que sont Linklater, Delpy et Hawke : jamais on ne s’ennuie dans ces discussions enflammées entre nos héros, on les vit et partage avec eux, apportant notre expérience et notre histoire pour tenter de les comprendre. Et l’on partage tous ces moments sans jamais non plus tomber dans le pathos, car même dans les pires crises, quelques traits d’humour atteignent la cible et nous permettent de respirer. L’histoire et ces discussions de Céline et Jesse deviennent toujours un peu plus les nôtres.

Et une fois ces discussions finies (quoique…), vient cette question : Et après ?

2 comments

  1. sabrina 4 octobre, 2013 at 20:01

    Alors moi ,je suis accro a ces deux personnages les deux premiers films j’ai adoré,déja je les revois a chaque occasion..
    ce soir je compte voir before midnight ..(i’m positively sure it’s going to be as amazing the as two before) ..

Leave a reply