Critique d'American Ultra avec Kristen Stewart

Les comédies de l’été continuent ! Certaines d’entre elles sont déjà passées par notre case critique, c’est maintenant au tour d’American Ultra de Nima Nourizadeh. Drôle et divertissant comme « Vive les vacances » ou à éviter comme « Une famille à louer » ?

Synopsis

Mike Howell mène une vie banale dans une petite ville tranquille, avec sa petite amie Phoebe. Il n'est attiré par grand-chose, hormis fumer des joints à longueur de journée. Son existence paisible est bouleversée lorsqu'il parvient à neutraliser deux voleurs de voitures avec une facilité déconcertante. Il découvre qu'il est en fait un « agent dormant », surentrainé, dont la mémoire avait été effacée. Mike se retrouve alors pourchassé par une agence gouvernementale.

Critique

Faire un film ressemble de plus en plus à une recette de cuisine. Ici la recette est simple : beaucoup de Jason Bourne, un peu de Total Recall, pas mal d’un humour se situant entre Délire Express et Projet X, et vous obtenez American Ultra. Ce dernier élément n’a en soit rien d’étonnant, vu que les deux films ont le même réalisateur. Si ce film n’a en soit rien de transcendant, il est très divertissant, nous offrant des situations parfaitement improbable, et surtout bien loin du sérieux à toutes épreuves de la plupart des films d’espionnages.

American-Ultra

Si le film se veut simple et décontracté, il a malgré tout de jolis défauts. Le premier étant ce flash forward du début, tout simplement inutile, juste bon à racoler le spectateur alors qu’il est déjà dans la salle et à gâcher de nombreux effet comique du film. Entre ça et le fil blanc dont est tissé le scénario du film qui laisse prévoir de nombreuses blagues, n’y allez pas dans le but d’être surpris ne serait-ce qu’un minimum. Si ceci n’enlève en soit rien au côté divertissant du film, un peu plus de finesse aurait été appréciable. Ce semble même être voulu, tant la mise en scène fait écho à ceci. Nima Nourizadeh offre une réalisation assez banale, mais suffisamment fluide et efficace pour plonger les spectateurs dans le film. Il fera probablement dans l’avenir un Yes Man très correct, mais on n’imagine gère mieux pour lui.

american ultra 2

Jessie Eisenberg est délicieux tant il cabotine en agent surentraîné, qui en plus d’être lent à la détente est totalement stone. Il est de plus très bien accompagné par Kristen Stewart, qui si elle n’offre pas ça meilleur performance, reste très crédible. En revanche,  que dire de Topher Grace… il devrait vraiment se tenir éloigné des rôles d’antagoniste. Son jeu très moyen n’arrive absolument pas à rattraper l’écriture juste médiocre de son personnage. C’est le véritable défaut du film, au contraire de John Leguizamo, qui lui est la touche rafraîchissante d’humour qui marche le mieux.

Ce film n’est au final que sympathique, sans réels défauts qui empêcheront de passer un bon moment, mais sans réel qualités non plus qui permettront de laisser un souvenir profond du film. On ne s’ennuie pas devant, on rigole, mais c’est tout. Dans un sens on n’en demande pas vraiment plus.

Laisser un commentaire