Critique de The Amazing Spider-Man de Marc Webb

Quand on lit et est attaché à un personnage depuis la plus tendre enfance (l'âge de 7 ans très précisément), il est difficile de voir son personnage devenir réel lorsque celui-ci est porté à l'écran.

Très critique des Spider-Man de Sam Raimi (notamment à cause d'un Tobey Maguire incarnant tout sauf Peter Parker), c'était impatient, mais anxieux que je découvrais la nouvelle version de Marc Webb. Très anxieux même quand on sait que le coup d'essai de Webb au cinéma était 500 jours ensemble, film réussi, mais loin d'atteindre des sommets. L'adaptation était d'autant plus potentiellement casse-g****e avec la réussite de la version grand écran de The Avengers.

Alors, que vaut ce The Amazing Spider-Man ? Déjà, Marc Webb a (intelligemment) adopté le parti prit de s'émanciper du comics sur quelques points : On creuse l'histoire des parents de Parker, on modifie la mort d'Oncle Ben et surtout, on ne dit pas qu'un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, on le fait comprendre. Prenant ces libertés, Marc Webb a cependant su garder l'esprit de notre tisseur préféré : Étudiant renfermé, il se lâche quand il porte le masque.

spider-man-garfield

L'humour est là, la gravité et l'héroïsme aussi. Spider-Man n'est pas juste un super-héros, c'est aussi un adolescent fragile, presque orphelin et en quête d'identité. Autant de points que Raimi n'a pas vraiment abordé en 3 films qui sont ici bien présentés, à défaut d'être creusés. Webb nous l'annonce quasiment d'entrée de jeu, ce Peter Parker là sera proche d'un Marty McFly - les deux pratiquent le skateboard et se prennent les réflexions acides du Strickland local. L'exemple est bon, le clin d’œil facile, mais le choix judicieux et fait un bon lien cinématographique. Bref, on aime ce jeune Peter Parker, on s'identifie à lui, infiniment plus crédible que celui de Raimi, nous rappelant bien plus aisément l'adolescent complexe qu'est ce héros.

Au-delà du personnage, le film est bien construit, les scènes d'actions présentes sans être brouillonnes, l'émotion bien palpable (bien que parfois peut-être un chouïa rapide). En bref, on vibre quand il faut vibrer, on rit de bon cœur quand on le souhaite et on a des frissons quand il le faut. Les ressorts sont connus, mais ils fonctionnent, et c'est bien là le principal.

amazing spiderman emma stone

Cependant tout n'est pas parfait. Le scénario se permet quelques raccourcis faciles (tiens je suis gravement blessé... ah puis finalement non en fait), met parfois des mots là où les regards (et la musique) suffisaient. Bref, niveau réalisation et script, quelques petits points à revoir. D'un autre côté, on est quand même dans un niveau supérieur à 500 jours ensemble. Le boulot est fait, mais cela aurait put-être plus finement ficelé...

La 3D est pour une fois très bonne (ah tiens, le film a été tourné et non post-produit en 3D... coïncidence ?) et on prends du plaisir à regarder le film sans fatiguer nos mirettes. On l'oublie, sauf quand elle s'intègre intelligemment. C'est joli à voir, et quitte à voir une version, autant prendre la 3D qui nous offre ces belles images.

amazing spiderman lezard

En conclusion, il est difficile de satisfaire un grand fan de l'araignée. Mais en offrant un film qui se présente non comme une adaptation, mais comme une relecture de la BD, sans en trahir l'esprit, vous mettez toutes vos chances de votre côté. C'est le pari réussi de Marc Webb qui m'a fait dire une fois sorti de la salle : "J'ai enfin vu Spider-Man sur grand écran, et non un ersatz certes très bon en tant que film, mais mauvais en tant qu'adaptation". L'esprit est là, c'est juste un nouvel arc de l'histoire du tisseur qui s'écrit. Il se pourrait même que j'ai applaudi l'équipe du film à la fin de la séance.

Bref, j'ai aimé The Amazing Spider-Man de Marc Webb (et ce n'était pas un pari gagné d'avance).

6 comments

  1. Nouveau poster pour the amazing spiderman | Oblikon.net 2 juillet, 2012 at 12:34

    […] Alors que le film sort mercredi dans les salles, nous avons le droit à des affiches promotionnelles de The Amazing Spiderman un peu partout dans les rues. Celles-ci mettent toutes en avant l’homme araignée sans se soucier des autres personnages du film… Aux Etats-Unis en revanche, une magnifique affiche du lézard, le méchant du film, est visible un peu partout. Pour ceux qui n’en peuvent plus d’attendre la sortie du film, vous pouvez déjà lire notre critique du film. […]

  2. Projets Marvel : un concept Art pour Iron Man 3 | Oblikon.net 5 juillet, 2012 at 12:32

    […] Aujourd’hui, nous avons le plaisir de découvrir un concept art qui ne révèle absolument rien de nouveau mais qui est, il faut bien l’avouer, absolument magnifique. Si tous les visuels promotionnels à suivre pouvaient être de cet acabit… En attendant la sortie du film le 01 mai2013, il faudra se contenter de The Amazing Spiderman dont vous pouvez lire notre critique ici. […]

Laisser un commentaire