Critique de The Best Offer (2013)

Je flânais à la recherche d’un film quand je suis tombé sur cette drôle d'oeuvre, inconnue à mes oreilles (et surtout mes yeux).
Réalisé par un italien (Giuseppe Tornatore pour le citer), avec des acteurs américains connus : Geoffrey Rush (Capitaine Barbosa dans Pirate des Caraïbes), Donal Sutherland (président Snow dans Hunger Games). Ce film a-t-il su me défaire de mon ennui ?

Synopsis

Virgil Oldman est un commissaire-priseur de renom. Véritable institution dans le milieu de l'art et misogyne assumé, il n'a de relation intime qu'avec la collection de tableaux qu'il a su constituer secrètement au cours des années. Personne ne le connaît vraiment, même pas son vieil ami marchand d'art Billy. Lorsqu'une cliente lui demande une expertise mais n'accepte de lui parler qu'au téléphone, Virgil est piqué de curiosité et ne peut se résoudre à laisser tomber l'affaire.

Critique

La réponse est  OUI ! Mais que peux donc proposer un film tournant autour dThe_best_offer_image1e l’art ? Ce n’est pas une première, on a bien vu des films d’actions tournant autour du sujet (The Monuments Men par exemple) donc il n’est pas improbable de voir des films plus terre à terre. Afin de ne pas gâcher l’intrigue car elle en vaut le détour,  voici une critique garantie sans spoiler.

Le début du film permet d’introduire le personnage de Virgil. Expert en art (sculptures, peintures et œuvres diverses) celui-ci mène une vie très solitaire sans vrai amis ni relations. Une dénommée Claire Ibbetson lui demande donc par téléphone de venir jauger la collection de feu ses parents. Cependant, le fait de ne pas pouvoir rencontrer sa cliente en visuel va piquer son égo ET sa curiosité. Quelle est cette étrange personne que Claire ?

Sur tout le premier tiers du film, il est entretenu un certain mystère concernant l’identité et la personnalité de ce personnage féminin. Car certes notre Virgil arrive à communiquer avec elle (via son téléphone ou à travers un mur), mais est-elle réelle ou existe t'il une possibilité qu'elle soit issue d’un tableau ?The_best_offer_image2 On se demande si le film osera passer la barrière de la réalité pour nous plonger dans un film de fiction (bien évidemment, je vous laisse voir le film pour le découvrir).

Le film sait également et subtilement faire des allusions, des parallélismes entre l’art et les personnalités des individus. De nombreuses citations de Virgil en sont la preuve même. L’amour est-il une forme d’art ?

En soit, The Best Offer est un bon film. Il est visuel mais non envahissant, on ne vous jette pas des tableaux à la tête toutes les 5 minutes afin de vous faire aimer cela mais c’est fait de manière à être imprégné dans le film et son ambiance. On serait presque tenté de s’y intéresser après coup tant cet univers nous semble riche. La mise en scène est soignée pas de « shaking camera syndrome ».

Au final, le film et les personnages évoluent en symbiose avec l’intrigue ce qui nous maintient éveillé tout au long du film.

the_best_offer_image_3

Une critique avec spoiler aurait permis d’explorer certains aspects scénaristiques et de comparaison de façon bien plus poussée mais gâcher la surprise serait bien dommage pour un film aussi surprenant. Si cette critique vous a fait regarder le film, n’hésitez pas à le dire dans les commentaires !

Leave a reply