Critique du film Paradise Lost avec Benicio Del Toro

Paradise Lost est le premier film d’Andrea Di Stefano. Il raconte une partie de la vie de Pablo Escobar au travers la rencontre de ce dernier avec le fiancé de sa nièce.

Synopsis

Nick pense avoir trouvé son paradis en rejoignant son frère en Colombie. Un lagon turquoise, une plage d’ivoire et des vagues parfaites ; un rêve pour ce jeune surfeur canadien. Il y rencontre Maria, une magnifique Colombienne. Ils tombent follement amoureux. Tout semble parfait… jusqu’à ce que Maria le présente à son oncle : un certain Pablo Escobar.

Critique

escobar nick paradise lostContrairement à ce que l’on pourrait croire Paradise Lost n’est pas un biopic sur Pablo Escobar. Certes, le film nous donne à voir un épisode de la dernière partie de sa vie : les années précédents son entrée en prison.

Le film nous présente donc Escobar au travers le petit-ami de sa nièce, canadien naïf, débarqué en Colombie pour surfer et vivre sur la plage. Ce dernier « entre » donc dans la famille dans laquelle tout le monde trouve ça normal que ce cher Pablo ait fait fortune dans la cocaïne.

L’idée de départ est partie d’une histoire racontée au réalisateur : l’histoire d’Escobar qui demande à ses hommes de main, de confiance de cacher son trésor, avant qu’il ne se rende en prison. Et quoi de mieux qu’un secret bien gardé, quand ceux qui sont au courant sont morts.

Il s’agit donc de la description de sa personnalité mais aussi de sa folie. Pablo Escobar, père et mari parfait, est prêt à tout pour protéger sa famille y compris des pires atrocités.  Au contraire de Docteur Jekyll & Mister Hyde, Escobar est capable de jouer à la poupée avec sa famille tout en expliquant calmement pourquoi untel doit mourir. Escobar, à la fois philanthrope et psychopathe.

En regardant Paradise Lost, on pense plus au Parrain qu’à Scarface. On ne voit d’ailleurs pas un seul rail de coke de tout le film. Le réalisateur a choisi de s’attacher à décrire la vie personnelle d’Escobar. Toutefois, au regard de ces deux petites heures, on se dit qu’Escobar était un sacré connard mais il est tellement fascinant que le fil nous donne envie d’en savoir beaucoup plus sur sa vie. Heureusement, Netflix a prévu le coup et prépare une série sur lui.

nick maria Paradise lostReste à savoir qui reprendra le rôle. Parce que justement côté interprétation, Benicio Del Toro était une évidence. Barbu et lesté de 30 kilos, il offre une performance saisissante. Del Toro réussit à faire passer la folie dans son regard sans être menaçant. Il est un monstre et pourtant certains moments nous pousse à le trouver cool. Mais comment faire autrement quand on a son propre zoo…

Josh Hutcherson qui joue Nick n’est pas mauvais. Mais, un meilleur choix aurait été possible.  Ceci dit, avoir un charisme proche de zéro va bien avec son rôle de surfeur idéaliste.

Di Stefano a réussi son premier film, avec une mise en scène déconstruite et bien rythmée. On regrette seulement de ne pas voir un peu plus Benicio Del Toro à l’écran, en toute objectivité, bien sûr !

Critique du film Paradise Lost avec Benicio Del Toro

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Coralie Barroul, il y a 3 ans et 6 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Critique du film Paradise Lost avec Benicio Del Toro
Vos informations: