Critique du pilote de Ballers par HBO/OCS/Canalsat

Dwayne Johnson alias The Rock n’est pas spécialement réputé pour son jeu d’acteur, mais pour son physique impressionnant. Pourtant il se retrouve en personnage principal d’une série comédie/dramatique basée sur le football américain et l’univers autour des joueurs. Qu’attendre de cette nouvelle série signée HBO ?

ballers_dwayne_johnsonOubliez les foules en délire, les images de touchdown en slowmotion. Pas une action de football américain se glisse dans cet épisode. A contrario, l’histoire est bien plus calme et nous projette dans la vie d’un ex-joueur de football américain, également vainqueur du Superbowl : Spencer Strassmore (incarné par le fameux « The Rock »).
Les premières secondes de l’épisode, touchantes et impressionantes nous font supposer que suite à un choc traumatisant lors d’un match lui laissant des séquelles permanentes, celui-ci a mis un terme à sa carrière. Aujourd’hui à la retraite,  il mène une vie « normale » et travaille désormais en tant que manager financier pour vendre ses services auprès de ses connaissances. Rôle qui s’avère être une supercherie dont il a connaissance car il est surtout utilisé pour son carnet d’adresse empli de starlettes fortunées (un seul mot d’ordre « monetize your friendships »).

Le fil de cet épisode pilote nous fait également suivre deux autres personnages. Ricky Jerret un talentueux joueur qui voit son contrat avec son équipe mis à mal après une rixe avec un client d’une boite de nuit (joué par John David, un inconnu au bataillon). Charles Greane (Omar Benson Miller), ancien coéquipier de Spencer et vainqueur du Superbowl qui essaie de se recycler et trouver un travail dans une concession automobile.

ballers_dwayne_johnson_2

Au-delà des péripéties de chaque personnage, la série nous présente des aspects intéressants mais surtout très surprenants.  Le monde du football américain est incontestablement différent de celui du football européen, celui-ci est  sans pitié. Toute superstar d’une équipe peut se retrouver sur le carreau du jour au lendemain. L’image de marque prime avant tout pour les équipes dont le turnover de leurs joueurs est monnaie courante.
L’autre image forte, que l’on pense poussée à l’extrême est l’immense décalage des sportifs de haut niveau vis-à-vis de l’argent. Malgré les millions de dollars engrangés par leurs contrats, les dépenses bling-bling déconcertantes les mènent à des dettes et finissent à faire appel à notre bodybuildé préféré.

ballers_dwayne_johnson_3Ce premier épisode sert donc de présentation aux différents personnages de la série mais ne donne malheureusement pas de visibilité sur le scénario à long terme. Il ne nous laisse qu’espérer que la série saura se révéler de qualité car elle alterne de façon subtile entre scènes d’humour et échanges plus sérieux.  Dwayne Johnson se révèle être bien plus qu’une masse de muscles ambulants et arrive à donner un sérieux à son personnage. On espère également que la série va introduire de nouveaux personnages ainsi qu’une touche féminine (la testostérone c’est bien, les filles c’est mieux !). Pour ma part, je vais suivre d’un œil attentif cette nouvelle série !

1 comment

  1. Kurt Bunker(Banshee) 26 juin, 2015 at 17:54

    Pas aimée ce pilot (l’univers , les perso), mouep a voir un peu plus…mais mouep.

Leave a reply