#Gerardmer2017 : Critique de Split de M Night Shyamalan

Split est le nouveau film de M. Night Shyamalan, réalisateur des très bons Sixième sens et Incassable et des moins bons Le Dernier Maitre de l’air et After Earth. Depuis quelques années il nous a habitué aux déceptions, et son dernier film, présenté en film d’ouverture au festival Gérardmer n’est pas pour changer.

Synopsis :

Kevin a déjà révélé 23 personnalités, avec des attributs physiques différents pour chacune, à sa psychiatre dévouée, la docteure Fletcher, mais l’une d’elles reste enfouie au plus profond de lui. Elle va bientôt se manifester et prendre le pas sur toutes les autres.

Poussé à kidnapper trois adolescentes, dont la jeune Casey , aussi déterminée que perspicace, Kevin devient dans son âme et sa chair, le foyer d’une guerre que se livrent ses multiples personnalités, alors que les divisions qui régnaient jusqu’alors dans son subconscient volent en éclats.

split-5

Critique du film

23 personnalités dans un même corps. Donc dans un même acteur. C’est cet élément qui va tout de suite nous accrocher dans le pitch de ce film. Comment un acteur va réussir à incarner 23 personnages différents, avec chacun un caractère et des attributs particuliers ? Surtout avec un acteur comme James McAvoy qui bien qu’il réussisse à faire le job la plupart du temps n’a pas un jeu transcendantal et surtout dans la nuance. C’est là l’un des problèmes du film. Le nombre de personnalités n’est là que pour impressionner et la performance sujette à défauts.

split-4Sur la totalité du film nous ne voyons vraiment que cinq personnalités. La plupart des autres ne sont même pas montrées. A quoi bon présenter donc autant de personnalités ? Juste un argument de vente. Il faut impressionner le spectateur quand il ne sait pas encore qu’il va se faire avoir. Car le spectateur s’attend forcément à voir les 23 personnalités. Sinon à quoi bon baser un film dessus ? Cependant, après avoir vu le film, on se dit qu’heureusement elles ne sont pas toutes montrées. Sinon cela aurait vraiment été dur pour McAvoy qui peine à ne pas tomber dans la surenchère avec les cinq présentes. Il peine, et malgré un bon jeu dans l’ensemble, pousse parfois trop loin pour ne pas éviter de tomber dedans. Il va modifier ses expressions faciales et sa voix entre chaque personnalité. La surprise de découvrir une nouvelle personnalité est plutôt réussie, mais ne va pas être assez dans la nuance, malgré une très bonne scène où une personnalité tente de se faire passer pour une autre. C’est bien mais pas assez. Dans le même style on va préférer Tatiana Maslany dans Orphan Black. En revanche, la performance de Anya Taylor-Joy, qui sans être aussi bluffante que dans The Witch (Notre choucou de Gerardmer 2016) est l’un des gros point fort du film.

split-3

Lire notre dossier sur le film : analyse et explication de la fin

Le film va essayer de faire en sorte que le spectateur partage toute la peur, toute la tension, toute l’angoisse constante que ressentent les trois filles kidnappées, et particulièrement Casey, le personnage de Taylor-Joy. Pour cela, le film se place de son point de vue, avec des plans subjectifs très immersifs et des cadres très serrés et rapprochés qui dès le début du film vont nous plonger dans un sentiment de malaise et d’emprisonnement. En revanche une bonne musique originale manque pour compléter l’atmosphère que la réalisation met en place.

SplitSi le film parvient à nous accrocher très vite, il nous lâche tout aussi vite tant le scénario est plat et sans surprise. Les personnalités auraient pu être utilisées avec un bien meilleur effet et une fois que les filles ont été enlevées, on cesse vite d’avoir peur pour elles et on attend le dernier acte en récoltant toutes les « clefs » du scénario tant elles sont évidentes. Mais applaudissons cette partie-ci tant la fin est ridicule et risible. On pense deviner que les détracteurs de Lucy de Besson vont beaucoup aimer les explications sur les capacités cachées du cerveau et ses effets … De plus, nous ne parvenons pas à trouver de finalité pour le récit parallèle au film. Il ne parvient qu’à casser le rythme et n’apporte rien malgré sa tentative évidente et grossière. En revanche, et bien qu’elle n’apporte rien, la dernière scène – très marvelienne – est elle un petit plaisir très drôle.

Ainsi, pas de surprise avec Split. Ce n’est pas un mauvais film, mais c’est loin d’être un bon. Avec Shyamalan la surprise aurait été qu’il le soit. On préfère retenir la réalisation immersive et les qualités générales de jeu plutôt que le scénario sans grand intérêt. Il reste malgré tout assez sympathique et devrait tout de même en intéresser plus d’un.

Découvrez toutes nos critiques des films du festival de Gerardmer

N'hésitez pas à réagir en commentaires pour alimenter le débat de vos idées !

1 comment

  1. jim 8 mars, 2017 at 17:12

    Il est dommage que votre commentaire soit un peu contradictoire. Vous vous amusez a jouer les critiques mais au fond vous ne semblez pas avoir compris le film, ou alors vous critiquez parce que c’est du Night Shyamalan.

    Dans la première partie vous dites que les 23 personnalités sont pas exploités et qu’elle juste de vitrine pour attirer le public. Vous pensez a la place des gens vous? Vous avez ce pouvoir? Il existe tout un tas de raison qui pousse quelqu’un a aller voir un film, le réalisateur, les acteurs, l’histoire…
    Ensuite comme vous le dites très bien, on suit principalement Kevin que lorsqu’il est en compagnie de quelqu’un. Et comme on se concentre plus  sur les filles, on ne voit pas tout. De plus il est rappelé que deux personnalités viennent de prendre le contrôle et ne laisse pas dans la lumière toute les autres personnalités.

    Le scénario n’est pas plat et sans surprise, c’est vous qui le trouvait ainsi, arrêtez d’influencer les gens de cette manière.
    Il n’est pas plat, l’histoire se déroule et on découvre les personnages surtout la fille et Kevin. Il développe ses personnage comme dans incassable.
    Sans surprise? pour moi je me posais beaucoup de question durant le film. Y aura t’il vraiment un monstre? si oui comment sera t’il? Un réel changement physique ou pas? Vont elles mourir? toutes? ou seulement deux? Va t’il devenir gentil avec une personnalité qui va reprendre le dessus?
    Pour moi beaucoup de question…
    Ce qui nous fait avoir de l’empathie pour les filles car rien n’est joué. Plusieurs tentative d’évasion quand même dc cela crée de la tension et de l’empathie.

    « De plus, nous ne parvenons pas à trouver de finalité pour le récit parallèle au film. Il ne parvient qu’à casser le rythme et n’apporte rien malgré sa tentative évidente et grossière. »
    Déjà « vous » ne parvenez pas, merci!!!
    Ensuite le film construit sont méchant, dc il y a résolution car la fille est sauve mais Kevin, devenue la horde, court toujours. Cette impression de ne pas redescendre est peut-être dans le fait que le méchant n’est ni mort ni arrêté et donc pas fini. Oui et non car c’est un spin off pour la suite d’Incassable qui est plutôt astucieusement trouvé dont on se doute qu’a la fin avec cette musique reconnue.

    Dc c’est dans la continuité de ces plus grands film pour moi, où il prend le temps de construire ces personnages et là en l’occurrence sont méchants. Tout comme il l’avait fait avec Incassable où l’on découvre comment le personnage principal du film devient un héro. Et le comparer au Marvel est d’une bêtise sans car il a certainement plus influencé les Marvel que l’inverse. 

Laisser un commentaire