Critique Les Immortels de Tarsem Singh

Annoncé comme le nouveau 300 (même producteur), Les Immortels a débarqué ce mercredi dans les salles obscures françaises. Nous y sommes donc allés sans a priori sur un éventuel scénario mais avec de fortes attentes sur les effets spéciaux et la mise en scène des combats. Les Immortels saura-t-il convaincre les amateurs de sangs et d'entrailles?

Synopis: Révolté contre les Dieux, qui ont laissé sa femme mourir, le roi Hypérion s'attaque à la Grèce antique où il recherche l'arc d'Epiros avec lequel il compte libérer les Titans enfermés sous le mont Tartare.  Sous la force de son armée personne ne résiste. Personne sauf un irréductible grec, nommé Persé, que Zeus a lui même formé aux Arts Martiaux. Protégeant Phèdre, l'oracle, qui le guidera vers sa bataille finale contre Hypérion, il devra d'abord vaincre de nombreux adversaires dont un minotaure...

Je m'étais promis de ne pas toucher au scénario, mais il me semble impossible de ne pas faire remarquer que la mythologie grecque est déjà pleine de guerres et d'épopées. A quoi bon en inventer de nouvelles en mélangeant tant d'histoires différentes...Bref, on se retrouve avec une histoire sans trop d'intérêts, si ce n'est d’entraîner Thésée dans une succession de combats. Mais après tout c'est ce qu'on demande à un film veut suivre  les pas de 300.

les immortels minotaures

Caché dans un petit labyrinthe, cet homme avec un casque de taureau pourrait être le minotaure...

Mais ne vous attendez pas à 110 minutes de batailles acharnées car le film fait la part belle à des dialogues peu passionnants et des panoramas de paysage tentant de prouver que le fond vert c'est le nirvana. En effet Les Immortels nous entraîne dans une Grèce pour le moins artificiel. Tarsem Singh use de la même palette de couleur et des mêmes effets spéciaux que Zack Snyder mais avec beaucoup moins de brio. Là où tout était stylisé et de qualité dans 300, on retrouve une impression de vide immense dans Les Immortels. Pas une mouche qui vole autour des chevaux, pas d'herbes qui bougent sous le vent et pas un rat qui passe en arrière plan. Du coup toute notre attention est portée sur les acteurs qui malgré la platitude des personnages s'en sortent bien. Henry Cavill, Thésée, a en effet du charisme et nous fait traverser ce film sans encombre. Freida Pinto, présente la même semaine dans Or Noir de Jean Jacques Annaud, joue le rôle d'une oracle rongée par ses visions (bien qu'on en ait pas vraiment l'impression). Mickey Rourke joue un roi Hypérion plutôt caricatural (c'est le méchant et il le sait).

Les immortels Freida Pinto

Freida Pinto ne vas pas tarder à lever sa malédiction

Enfin bref, après 80 minutes de ballade dans la Grèce antique qui donne lieu à quelques rencontres guerrières, on arrive enfin à la bataille au pied du Mont Tartare. Trois combats vont se jouer en même temps, l'armée grecque affrontera l'armée d'Hypérion à l'entrée d'un tunnel, les Dieux tenteront de contenir les Titans sous le Mont Tartare, Hypérion et Thésée se battront dans leur coin ( car ni l'un ni l'autre n'a envie de retourner sur le champs de bataille une fois que les Dieux leur auront dit de foutre le camps du Mont Tartare ). La bataille des armées est sympathique mais loin des combats de 300. On s'étonne tout de même que personne n'ait placé un archer sur les hauteurs alors qu'on parle d'arc pendant tout le film. Le combat de Thésée et d'Hypérion est plutôt inintéressant. Mais par contre la bataille divine regorge d'effets spéciaux, de style et de sang. C'est là qu'on approche le plus de 300 dans la qualité des chorégraphies et de la mise en scène.

les Immortels Dieux Vs Titans

La Team God au grand complet

C'est aussi durant cette dernière bataille que l'on est certain qu'il s'agit d'une adaptation cachée de God of War. Thésée est instruit par un dieu qui lui apprend tous les ressort du combat, Zeus manie les chaînes comme Kratos et des flèches apparaissent sur l'arc d'Epiros quand on le bande...De nombreux petits clins d’œil qui plairont sans doute au fan du guerrier maudit.

les immortels arc

Il suffit de bander l'arc pour y faire apparaître une flèche

En conclusion, Les Immortels n'est en aucun cas le successeur de 300. On retrouve le même emballage (les couleurs, l'utilisation des fond verts, les ralentis, etc.) sans le style et la classe du film de Zack Snyder. On ne passe pas pour autant un mauvais moment, le rythme du film étant malgré tout bien calibré. Mais aucune scène ne nous marquera vraiment. La 3D est par ailleurs plutôt inutile mais pas gênante.

 

Critique Les Immortels de Tarsem Singh

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  LanSharK, il y a 6 ans et 6 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #17955 Répondre

    LanSharK
    Membre

    Annoncé comme le nouveau 300 (même producteur), Les Immortels a débarqué ce mercredi dans les salles obscures françaises. Nous y sommes donc allés san
    [See the full post at: Critique Les Immortels de Tarsem Singh]

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Critique Les Immortels de Tarsem Singh
Vos informations: