#Deauville2016 Under Pressure d'Anna Boden et Ryan Fleck

Présenté au Festival de Deauville hors compétition, Under Pressure sortira directement en DVD en octobre prochain. Une sortie DVD sans passage par les salles obscures n’augure généralement rien de bon. Est-ce le cas pour Under Pressure ou allons-nous avoir droit à une pépite ?

Synopsis

Curtis, un séduisant trentenaire roublard et charismatique, est un as du poker. Un jour, il rencontre Gerry, un homme ayant dépassé la quarantaine, au bout du rouleau et totalement accroc aux jeux d'argent. Curtis se lie finalement d'amitié avec lui et décide de lui venir en aide. Mais face aux dettes de jeu qui s'accumulent, ils n'ont pas d'autre choix que celui de décider de tout miser sur un gros coup... En croisant les doigts pour que ça marche !

Critique

under_pressure_afficheSi, à la lecture du pitch, vous vous attende à un film du type Les joueurs sur le monde du jeu avec du suspens et un peu d’action, vous allez être déçus... Comme cela a été le cas pour nous. Et malheureusement ce n’est pas seulement la déception que l’on ressent durant et après le film, mais bien de l’ennui et l’impression d’avoir perdu 2h de son temps.

Le personnage principal de Gerry est tellement pathétique et antipathique que l’on en vient à ressentir une envie profonde de le secouer et de le claquer. Si telle était l’intention des deux réalisateurs, il faut avouer que c’est réussi ! Accro aux jeux d’argent, qui ne sait jamais s’arrêter quand il faut... Le thème est connu mais traité de façon plate, poussive.

under_pressure_Ben-MendelsohnLe nouvel ami de Gerry, Curtis, n’est guère plus intéressant. Le charme de Ryan Reynolds ne parvient pas à pallier au manque de profondeur de son personnage. On a d’ailleurs quelques difficultés à cerner les motivations de ce dernier et les raisons de son amitié avec Gerry, son passé. Les réalisateurs font tout pour que l’on se pose la question sans jamais nous donner de réponses. Si ce n’est la fameuse phrase, répétée à plusieurs reprises durant le film : "Le voyage est la destination" et la relation (trop rapide ?) avec sa mère.

under_pressure_ryan_reynoldsLe film se réclame authentique par les deux réalisateurs. Certes, les scènes sont toutes très réalistes, la réalisation est propre, sans fioritures. Toutefois, on peut faire du réalisme sans être monotone et ce n’est pas le cas ici. Il y a peu de rebondissements et quasiment pas d’enjeux. Nous n’avons aucune empathie pour les personnages et il faut attendre le dernier tiers du film pour qu’il se passe (enfin) quelque chose. La scène du coffre-fort qui clôture quasiment le film est la seule qui comporte un tant soit peu de suspens (et sauve un peu de notre ressenti sur le film).

under_pressure_ryan_reynoldsNotre équipe de bras cassés se baladent dans le sud des Etats-Unis, dans des lieux glauques et déprimants mais cela ne suffit pas à donner un supplément d’âme au film. Faire un road trip n'est pas chose si aisée.

Si l’on devait résumer ce film en un seul ressenti, ce serait celui-ci : Under Pressure est le genre de film qui donne envie de partir en plein milieu sans regrets car on ne raterait rien et effectivement cela n'aurait pas été une grande perte.

Laisser un commentaire