Critique de la comédie Vive les vacances

Vive les vacances est ce cenre de comédie dont on n'attend rien. La bande annonce promet du comique de situation, des blagues salaces et beaucoup de stupidité !

Alors ? Humour déjanté ou juste lourd ?

Synopsis

Suivant l'exemple de son père, dans l'espoir de renouer des liens familiaux longtemps distendus, Rusty Griswold père fait une surprise à sa femme Debbie et à leurs deux fils, en leur proposant de repartir à Walley World, réputé comme "le parc d'attraction préféré des familles américaines". Mais pour y parvenir, ils devront traverser le pays tout entier.

Critique du film Vive les vacances

Les premières minutes du film partent sur un registre très classique de comédie en présentant cette famille de looser. En pôle position du tableau des perdants, le père (Ed Helms) est un cliché jusque dans son prénom : Rusty ("rouillé"). Vient ensuite la famille classique avec la mère (Christina Applegate) à côté de la plaque et les deux frères dont le plus jeune martyrise son aîné James (Skyler Gisondo). Spéciale dédicasse au plus jeune personnage - Kevin (Steele Stebbins) - qui campe un jeune tyran vulgaire et complètement fou. Ses séquences assurent de belles tranches de rigolade totalement What The Fuck.

vive_les_vacances_debbie

La vie bien trop rangée des Griswold pousse Rusty, le père de la famille, à changer la routine des vacances en offrant un voyage surprise dans un parc d'attraction situé à plus de 4.000 kilomètres de chez eux : Walley World. Le road trip s'annonce particulièrement long et semé d’embûches.

Dès leur départ en voiture, le film entre à toute vitesse dans un enchaînement de situation comiques et absurdes. Et cela ne s'arrête plus jusqu'à la fin. Très souvent prévisibles, la chute des blagues n'en retire pas moins leur saveur car Vive les vacances est d'une inventivité à toute épreuve. Les scénaristes ont 10.000 idées comiques par séquence et n'hésite pas à en faire des tonnes, franchissant allègrement la barrière de l'absurde. Certaines blagues sont franchement drôles et surprenantes, mais la grande majorité d'entres elles prévisibles. Heureusement que les personnages sont attachants et les dialogues complètement réussis, assurant un spectacle divertissant. Car la force du film réside dans le fait qu'il n'y a aucun temps mort dans ce show de 1h38.

Du caméo dans Vive les vacances

Au menu : comique de situation, running joke (le fameux GPS), du sexe, beaucoup de gros mots (parce que fuck la censure) ainsi que du rôle secondaire croustillant. Vive les vacances n'est pas du tout un film pour les enfants ! Le plus (gros) exemple revient à Chris Hemsworth (notre Thor préféré) qui campe un monsieur météo haut en couleur. Il cabotine, surjoue et semble adorer cela ! Et il nous fait bien rire.

vive_les_vacances_chris_hemsworth_thor

Parmi les autres apparitions sympathiques, les fans de la série TV The Walking Dead apprécieront le mini-rôle de Norman Reedus (Daryl) ainsi qu'une séquence complètement déjantée de Charlie Day en moniteur de rafting.

Dans l'ensemble, Vive les vacances est loin de l'originalité d'un Ted 2 mais sait se défendre face à cette concurrence en variant les situations. Il est quand même assez rare de voir un film surfant sur autant de clichés mais qui parvient tout de même à décrocher quelques explosions de rire.

vive_les_vacances_trucker

 

1 comment

  1. Pierrick 27 août, 2015 at 00:34

    « Vive les Vacances » démarre comme un bon vieux « Y’a t-il un pilote dans l’avion » pour rapidement basculer en une comédie totalement jouissive. Et comme les scénaristes ont eu l’excellente idée de donner à chaque membre de cette famille une vraie densité et une importance quasi identique, le rythme du film est alors soutenu dans l’enchaînement des gags, des répliques mais aussi des situations plus abracadabrantesques les unes que les autres.

Laisser un commentaire