Wolverine : Le combat de l’immortel avec Hugh Jackman

4 ans après la déception de Wolverine Origins, revoilà notre star des X-Men à l’écran, à nouveau en solo, découvrant cette fois-ci le Japon. Et une réussite potentielle ?

Synopsis

Wolverine, le personnage le plus emblématique de l’univers des X-Men, est entraîné dans une aventure ultime au cœur du Japon contemporain. Plongé dans un monde qu’il ne connaît pas, il doit faire face au seul ennemi de son envergure, dans une bataille à la vie à la mort. Vulnérable pour la première fois et poussé au bout de ses limites physiques et émotionnelles, Wolverine affrontera non seulement l’acier mortel du samouraï mais aussi les questions liées à sa propre immortalité.

Le syndrome post-Avengers

A voir la cuvée des films de super-héros Marvel de 2013, on ressent réellement l’impact de The Avengers.  Il semble clairement y avoir un avant The Avengers où tout le monde tentait de réaliser le film de super-héros ultime. Puis le post Avengers où l’on tente des films plus personnels, moins « bigger than life ».

Le premier de cette nouvelle « ère » serait clairement Iron Man 3, film beaucoup plus proche d’un buddy movie que du film de super-héros classique. Wolverine : Le combat de l’immortel entre donc dans cette catégorie, tendant à devenir plus un film de yakuza qu’un vrai Wolverine Origins 2.

Un film de Yakuza

Un film de yakuza nous disions donc…et avec lui un style aussi volontairement plus personnel, plus centré sur le personnage de Wolverine que sur ses pouvoirs à proprement parler. Le film analyse donc notre héros, ses doutes et questionnements, ces derniers étant exacerbés avec la perte de ses pouvoirs et le traumatisme vécu par notre héros dans X-Men 3 : La mort de Jean Grey, abattue de ses propres griffes.

The Wolverine : Le combat de l'immortel - poster

S’ajoute à cela une histoire d’héritage d’un empire industriel japonais entre un magnat aspirant à la vie immortelle, son fils avide de pouvoir et sa petite-fille, coincée quelque part entre le marteau et l’enclume.

Une bonne idée donc, sauf que l’on s’ennuie dans ce Wolverine. Bien qu’intéressant dans les enchaînements de situations sur l’héritage du groupe Yoshida, il est difficile de cacher les ficelles (cordages ?) d’un scénario finalement assez simpliste.

La fin du film quant à elle se perd quelque part entre le film de yakuza et le film de super-héros. Là où Iron Man 3 avait choisi sa voie avec une ébauche de (gros) moyens, Wolverine semble marcher sur une seule patte. De l’hésitation à rester dans l’esprit du film (donc assez simple et retenu sur les effets spéciaux) ou aller dans le too much (une bataille titanesque entre deux monstres d’adamantium simultanée à un combat entre deux mutantes), on en tire une scène finalement assez bâtarde, qui n’est pas sans rappeler le final de X-Men 2 (le combat entre Wolverine et Deathstrike).

Au niveau des acteurs, le niveau moyen est bon, avec (as usual), une mention spéciale pour Hugh Jackman qui tient une fois de plus avec brio le rôle de notre ami aux griffes d’adamantium.

Une prequel à Days of the Future Past

Sans vouloir spoiler la scène “bonus” de Wolverine (car il y en a effectivement une…et une très bonne), on sent que Wolverine : Le combat de l’immortel a été conçu autant comme un film stand-alone sur Wolverine que comme un prequel au futur X-Men : Days of the Futur Past de Bryan Singer.

D’une part, le film se déroule après X-Men L’affrontement final, ce qui nous place dans une timeline bien définie, contrairement à Wolverine Origins qui était clairement situé dans le passé.

wolverine_immortelDe plus, Wolverine est poursuivi par l’image de Jean Grey (Famke Janssen), Jean Grey qu’il a tué à la fin du dernier X-Men. Cette apparition de Jean nous rappelle que la place de Wolverine est au sein des X-Men, nous préparant donc à un retour de ce dernier dans la fine équipe, d’autant plus avec la sortie en mai 2014 du nouvel X-Men de Bryan Singer. Film réunissant l’équipe « historique » de Patrick Stewart/Ian McKellen avec l’équipe du commencement James McAvoy/Michael Fassbender.

En conclusion, Wolverine : le combat de l’immortel est un film de super-héros qui n’en est pas un, bien meilleur que le 1er opus, mais pas non plus le chef d’œuvre absolu. Original dans son genre, quelques écueils scénaristiques le rendent malheureusement un peu « mou », passant à côté d’une réussite « originale » comme avait pu l’être Iron Man 3.

2 comments

  1. www.africafilms.tv/fr 26 juillet, 2013 at 23:47

    le cinéma, n’a pas encore rendu hommage à ce personnage fantastique, du moins dans un film qui lui est dédié, car dans x men ses apparutions sont appréciées. le film est nul, malheureusment

    solange from http://www.africafilms.tv/fr

Laisser un commentaire