Bilan des César 2016

marguerite_cesar_2016Les César 2016, qui se sont déroulés ce vendredi 26 février au Théâtre du Châtelet, n'ont pas distingué un grand vainqueur mais ont été disséminés. Comme nous l'avions deviné, Marguerite est reparti avec quatre César - costumes, décors, son et actrice, et Catherine Frot, qui joue une femme qui chante faux, s'est mis à chanter juste de manière très éloquente - ; Trois souvenirs de ma jeunesse cependant avec un seul mais pas des moindres - à savoir celui du réalisateur pour un Arnaud Desplechin manifestement très ému.

mustang_afficheMustang, réalisé par Demiz Gamze Ergüven, a également été distingué à quatre reprises (scénario, montage, musique et premier film), et Fatima, film modeste et artisanal réalisé par Philippe Faucon, à trois (espoir féminin, adaptation et film). La Tête Haute, réalisé par Emmanuelle Bercot et cinq fois nommé pour ses acteurs, est reparti avec deux récompenses, le César du meilleur espoir masculin pour la tête brûlée Rod Paradot, et celui du meilleur second rôle masculin pour Benoît Magimel. A noter que la lauréate de la meilleure actrice dans un second rôle, la magnifique et lumineuse Danoise Sidse Babett Knudsen, connue pour son rôle de Premier Ministre dans la série Borgen, vient de tourner, aux côtés de Benoît Magimel, dans le nouveau film d'Emmanuelle Bercot, La fille de Brest, sur le scandale d'un médicament ayant provoqué plusieurs morts. Les Cowboys de Thomas Bidegain, Mon Roi de Maïwenn, et Dheepan, Palme d'Or au dernier Festival de Cannes, repartent pour leur part sans aucune récompense.

Après son Prix d'interprétation à Cannes, Vincent Lindon persévère et signe, face à Luchini, Damiens, Depardieu, Bacri, Cassel et Antonythan Jesuthasan. Cinq fois nommé, l'acteur quinquagénaire abonné aux rôles "sociaux" définis par leur profession (menuisier, maître nageur ou dermatologue) n'avait pas encore reçu de César. C'est désormais chose faite, et l'acteur s'est montré une fois de plus très touché.

Remarquons que ce dit Festival de Cannes reste un endroit incroyable de repérage de films, puisque un grand nombre des longs-métrages nommés y ont été projetés, en compétition ou dans la Quinzaine des réalisateurs ; que ce soit La Tête Haute d'Emmanuelle Bercot, La Loi du Marché de Stéphane Brizé, Mon Roi, Valley of Love de Guillaume Nicloux, Les Cowboys de Thomas Bidegain, Trois souvenirs de ma jeunesse, Mustang, ou encore, nommé dans la catégorie du meilleur film étranger, Le Tout Nouveau Testament de Jaco Van Dormael.

PMichael Keatonour ce qui est du film étranger, les votants de l'Académie ont choisi de se calquer sur les Oscars, sacrant le film un peu "bling-bling" d'Alejandro Gonzales Inarritu, Birdman, tourné en un seul (faux) plan-séquence et remettant Michael Keaton alias Batman en selle. Le film a été préféré aux Cannois Youth de Paolo Sorrentino, Mia Madre de Nanni Moretti et Le Fils de Saul de Laszlo Nemes, ainsi qu'à Taxi Téhéran de Jafar Panahi, Le Tout Nouveau Testament ou Je suis mort mais j'ai des amis de Guillaume et Stéphane Malandrin.

Les limitations des temps de parole, le show de Florence Foresti et les numéros de Jérôme Commandeur, de Jonathan Cohen ou  encorede Grégoire Ludig et David Marsais du Palmashow ont su alléger l'ensemble et divertir sympathiquement les spectateurs.

Laisser un commentaire