Snowpiercer : Analyse et explications du film et de sa fin

L’année 2013 a été particulièrement riche niveau Science fiction. On peut citer Elysium, Pacific Rim ou encore Oblivion. Si les deux premiers sont plutôt basiques sur le fond comme sur la forme. Oblivion était le seul du lot à offrir quelque chose de plus notamment avec une maitrise formelle quasi-totale. Une petite analyse d’Oblivion sur le fond permet aussi de se rendre compte d’une certaine complexité. Snowpiercer est un peu dans la même lignée. Peut-être un poil moins abouti sur la forme, il est en revanche particulièrement intéressant à étudier. Dans ce dossier, nous allons donc revenir sur les différentes thématiques développées par le réalisateur Bong Joon Ho avec des explications sur le film et notamment sur la fin de ce Snowpiercer version cinéma. Forcément, ce dossier est plutôt à lire après avoir vu le film car il contient de nombreux spoilers.

Dans une deuxième partie, nous aborderons la Bande dessinée qui a inspiré le film et analyserons les différences, nombreuses, entre les deux œuvres. Nous parlerons des sources d’inspiration de cette œuvre et de sa fin.

Analyse et explications du film Snowpiercer

Ce qu’il faut savoir avant tout, c’est qu’il s’agit d’un film très différent de l’œuvre originale. Les bases l’histoire sont les mêmes : Un train faisant le tour du monde regroupe les seuls survivants de la planète. L’intrigue relate la traversée du train de la queue à la tête par un héros aux motivations ambigües. Ce point de départ est donc plus ou moins identique mais les deux œuvres s’éloignent très vite, chacune étant marquée par le style et le ton de son auteur. Ainsi, le film Snowpiercer est un vraie œuvre personnelle du réalisateur Bong Joon Ho dans laquelle on retrouve les éléments habituels de son cinéma : Anti-héros, mélange des genres, ambigüité entre le bien et le mal…

Mason de SnowpiercerQuand on regarde de près, le pitch est complètement absurde. D’une part, c’est assez difficile à croire que les scientifiques du monde entier aient pu lancer un projet si peu fiable sans en mesurer les effets, et donc ce concept d’ère glacière est un peu tiré par les cheveux. Et c’est encore plus tiré par les cheveux pour ce concept de train, unique solution de survie, qui ferait en plus le tour du monde ! Mais ces éléments sont là pour mettre en place une allégorie de notre monde et des comportements humains.

Au premier abord, c’est la lutte des classes qui semble être le sujet du film. On peut voir une certaine critique du capitalisme ou une minorité tire profit des richesses du monde (le train) aux dépends de la majorité, les gens entassés à l’arrière du train. La mise en place d’une révolution, d’une rébellion, sont des évènements classiques d’une lutte des classes et un moyen de montrer la cruauté humaine et les inégalités. La tyrannie, ici mise en place par Witford, mais celle de la dynastie Kim en Corée du Nord n’est pas forcément très loin, est un autre sujet dénoncé dans le film. Et là, on ne peut plus parler de critique du capitalisme du tout ! Mais encore une fois, ces différents éléments de l’intrigue, s’ils enrichissent bel et bien le film, n’en sont pas le cœur.

Page suivante : une œuvre tout sauf manichéenne

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2 3 4 5

6 comments

  1. boogiethelma 5 novembre, 2013 at 11:24

    merci pour cette analyse!!!j’étais curieuse de bien des éléments,ça fait plaisir d’avoir quelques réponses!!! 🙂 bon boulot

  2. nicolas 15 novembre, 2013 at 21:34

    Superbe article pour une superbe film. Quelle claque ! Un film qui se ré-invente constamment, d’une beauté esthétique époustouflante, d’une richesse narrative infinie. Ma critique http://bit.ly/1eVNhrA qui a la même analyse du film, condense parfaitement tout cela. Mon n°1 de 2013 !

  3. Christopher Guyon 5 décembre, 2013 at 11:54

    J’ai moi aussi adoré le film, mais certains avis sont plus nuancés dans la redak. Il y en a même un pour dire que c’est copié et inférieur à la trilogie Matrix. Ah ce Tom…

  4. Christopher Guyon 15 décembre, 2013 at 19:05

    Un très bon film c’est sur, mais pas le numéro un pour moi. Révélations sur le sujet dans quelques jours 🙂

Laisser un commentaire