Analyse Oblivion : un film de science fiction sous influences

Oblivion est un pur film de science fiction, qui n'essaie jamais de se différencier mais respecte à la lettre les codes et références du genre. Pour le pire et pour le meilleur, comme vous pouvez le lire dans notre critique du film.

Néanmoins, s'il y a bien une chose qu'on ne peut reprocher au film, c'est son opacité. Tous les ressorts de l'intrigue sont très bien expliqués tout au long du film. Les nombreux rebondissements n'ont pas pour but d'enrichir une liste de pseudo-mystères censés donner de la profondeur au film (on ne reviendra pas sur le raté Prometheus et ses mystères). Tout est limpide dans Oblivion et à la fin, il n'y a aucun non-dit sur l'intrigue et les personnages.

Doit-on en conclure que le film est creux ? Loin de là, d’où cette petite analyse, qui aborde, dans un premier temps les influences du film, toutes issues de grands classiques de la SF. Dans un deuxième temps, nous reviendrons sur le symbolisme du film, son message, qui positionne Oblivion comme un film évocateur de la société américaine aujourd'hui, comme aime le faire Christopher Nolan. Forcément, cette analyse contient de nombreux spoilers, donc si vous n'avez pas vu le film, mieux vaut passer votre chemin.

Page suivante : Un film sous influences

Ajoutez vos théories et analyses de fans en commentaires ! Nous les lirons, promis !!!

1 2 3

13 comments

  1. Babystar 27 avril, 2013 at 20:14

    Merci ! Ce Tetrahedron est l’un de ces éléments qui me fait aimer le film, me dire qu’il est plus complexe, sans pour autant être prétentieux, qu’il ne le laisse paraitre. J’avais un peu ressenti la même chose, dans une moindre mesure, sur Tron Legacy.

  2. Didjynn 5 août, 2013 at 12:09

    Le Tetrahedron ressemble aussi beaucoup au vaisseau des dieux/extraterrestres du film immortel (ad vitam)

  3. Olivier Syben 18 août, 2013 at 09:46

    le professeur Oblivion et sa fille Bianca sont des personnages de Vidéodrome de David Cronenberg.
    Ça tourne à Manhattan (Living in Oblivion) est un film américain de Tom DiCillo (1995).

  4. Altroen 7 septembre, 2013 at 22:42

    Oui enfin la pyramide inversée c’est surtout la figure du vagin et donc de la maternité, en lien avec les figures maternelles qui emprisonnent le héros avant sa rencontre avec sa vraie femme. Symbolique classique, tout de même…

  5. Altroen 7 septembre, 2013 at 22:43

    Par ailleurs dans les figures des « chacals », on peut repérer une très belle référence à predator, en début de film. Détail, mais qui s’ajoute à la galerie de références.

  6. Toto50 16 septembre, 2014 at 13:49

    Alroen, ça fait peut-être un an, mais sérieusement, le tétraèdre figure du vagin ? Sans déconner, il y a un moment, à force de chercher la symbolique partout on en vient à sortir des absurdité… Quel intérêt, ne serait-ce que pour la compréhension du film, de comparer le TET à un vagin ? La sécurité ou l’alienation ? Surtout pour terminer avec trois petit points comme s’il s’agissait d’une vérité absolue alors que ce n’est que la sempiternelle branlette intellectuelle des types dans votre genre qui pensent tout savoir mais qui se contente pourtant de répéter ce qu’un prof, un livre ou un site internet leur à appris sans approfondir pour autant la réflexion.
    Que de violence dans mon commentaire mais les gens comme vous me gonfle. Franchement, c’est si dur que ça d’écrire un commentaire sans prendre un ton condescendant de Monsieur Je Sais Tout ?

Laisser un commentaire