La Planète des singes : Suprématie Explications et Critique

Pas si manichéen que prévu8
Supers acteurs8
SFX de qualité7
Liens avec le film de 19688.5
Longueurs...4
3D inutile et comic relief sans intérêt2
Comme l'ensemble de la trilogie, très bon, mais quelques écueils...
6.3

Nova, la Planète des singes : Suprématie et le lien avec le film et l’oeuvre originale 

Qui est Nova ?

la_planete_des_singes_suprematie_novaLa petite fille sauvée par Maurice dans Suprématie est finalement prénommée Nova. Ayant perdu l’usage de la parole par la mutation du virus, cette dernière semble très heureuse avec les singes à la fin du film…mais est-ce aussi certain que cela ?

Pour les lecteurs de l’oeuvre de Pierre Boulle et/ou ceux qui ont vu la Planète des singes de 1968 avec Charlton Heston, Nova n’est autre que la « sauvage » dont va s’éprendre Ulysse Mérou (dans le livre) et George Taylor (dans le film). Dans les deux cas, Nova n’est alors qu’une sauvage ayant échappé aux singes ou étant à la solde de ceux ayant prit le pouvoir sur la planète.

la_planete_des_singes_novaAinsi, on peut alors présupposer que quelque chose va se produire, évènement qui feront que l’amitié homme/singe naissante à la fin du film ne sera qu’un échec de plus qui décidera les singes à parquer les hommes…tout comme ces derniers les ont parqué (rien que dans Suprématie).

De plus, le singe à la tête de la tribu dans les oeuvres originelles se nomme…Cornélius, tout comme le fils survivant de César qui sera donc amené à prendre la tête de cette dernière. Au vu de l’âge de Cornélius et Nova, on peut donc penser que les évènements du livre et du premier film se déroulent donc aux alentours de 20 ans plus tard.

Quels liens avec le film avec Charlton Heston ?

la_planete_des_singes_statueSe pose alors la question d’où viennent Ulysse Mérou / George Taylor ? Les fans absolus de la Planète des singes : les Origines se souviendront d’un entrefilet dans un journal ou d’un reportage TV parlant de la navette Icarus. Navette qui est d’abord mentionnée pour entrer dans l’atmosphère martienne, puis qui est notifiée comme « lost in space » par la suite. Or, Icarus n’est autre que la navette de George Taylor dans le film de 1968 !

la_planete_des_singes_origines_icarus2Du coup, entre les Origines et la Planète des singes de 1968 ne s’est écoulé qu’une trentaine/quarantaine d’années, entre le décollage d’Isards (mentionné dans le 1er film donc), les évènements de la trilogie, puis les 20 dernières années (estimation faite selon l’âge de Cornelius et Nova). La trilogie n’est donc bien qu’un prequel au film de Franklin J.Schaffner avec Charlton Heston… et la boucle est bouclée !

la_planete_des_singes_origines_icarus

Vous pensez en savoir plus que nous ? Donnez nous votre avis en commentaire pour participer aux analyses et explications de films !

1 2 3

4 comments

  1. Damien Ch 11 août, 2017 at 09:18

    Sauf que le film de Schaffner se passe 2000 ans environ après le lancement de la navette… ton raisonnement tombe à l’eau;-)
    Salutations!

  2. Eddy P 11 août, 2017 at 12:05

    Sinon les incohérences scénaristiques, les scènes qui sont pour la plupart juste pensées pour être jolies visuellement mais qui n’ont aucune contenance, aucune logique, qui en parle ? Le coup de la petite fille qui entre dans une base militaire sans être vue pour donner à boire et à manger à Cesar et au passage lui laisser son doudou, c’est crédible ça? Les humains qui ont des missiles qui pourraient brûler la forêt mais qui envoient un commando se faire occire par des singes avec des lances en début de film (alors qu’on verra qu’ils ont des armes à feu plus tard), ça pue pas du cul ça? César qui est enfermé séparément mais dont la cage est juste en face de celle des autres singes…alors qu’ils communiquent par la langue des signes… la petite fille qui a la grippe simiesque mais dont le père (ou est-ce juste un gars qui coupe du bois et qui s’occupe d’elle?) n’a aucun symptôme? Au passage il se fait buter mais elle n’a AUCUNE réaction quand elle voit son cadavre. Je vais pas faire la liste parce qu’elle est longue… Film de merde. Les seules idées intelligentes sont piquées du livre de Pierre Boule, dont l’intrigue et la conclusion n’ont jamais été égalées dans l’inventivité sur les nombreux films et téléfilms qui en furent adaptés.

  3. Yannis 24 septembre, 2019 at 08:20

    Ce n’est pas le pilote le patient zéro dans les Origines, mais le monsieur gros qui travail au laboratoire et qui attrape en premier la maladie lorsqu’il respire par accident l’AZL. Ensuite il le transmet au pilote en lui éternuant dessus.

  4. Yannis 24 septembre, 2019 at 08:22

    En passant, EDDY P, tu critique beaucoup et es très pessimiste mais tu reste incapable d’écrire un scénario cohérent et intriguant. D’autant plus que t’es arguments ne tienne pas debout et son eux mêmes incohérents.

Leave a reply