Paranoïa / Unsane : Explications du film et de sa fin

L’hôpital est-il vraiment criminel ?

Ce qui est intéressant avec Paranoïa c’est que cette histoire de femme enfermée contre sa volonté pour une fraude à l’assurance de la part d’un hôpital et qui parait bien trop invraisemblable est inspirée d’une histoire pourtant bien réelle.

Buzzfeed avait réalisé une enquête en 2016 sur des hôpitaux psychiatriques qui internaient des patients sans raison, parfois contre leur volonté, jusqu’à ce que leur assurance cesse de payer. Une femme en plaisantant sur le fait d’avoir des pensées suicidaires se retrouva de la même manière que Sawyer internée sans pouvoir rien faire. L’enquête complète de Buzzfeed est très intéressante à lire, et constitue un choc sur le système de santé américain.

Soderbergh n’a pas déclaré que le film était inspiré par cet article, mais il y a beaucoup de ressemblances, notamment dans le comportement de Sawyer. Toujours est-il que dans tous les cas, l’hôpital du film est accusé de la même chose que l’article de Buzzfeed. Mais l’hôpital est-il vraiment à blâmer de ce qu’a subi Sawyer ?

Evidemment elle se fait enfermer contre sa volonté, mais pour commencer, avant de signer un papier, on le lit. Même si l’on nous dit que c’est un formulaire de base. Mais soyons d’accord sur le fait qu’elle a été trompée malgré tout. La voilà donc interné pour 24 heures. Avec le comportement qu’elle a, qui honnêtement ne l’aurait pas reconduit pour sept jours supplémentaires ?

Sawyer enchaine toutes les mauvaises décisions. Elle commence déjà par parler de suicide à une thérapeute, et comme en rigole très bien Louis C.K., c’est les mots interdits dans cette situation, sinon des personnes en blouse blanche arrivent pour nous saisir. Ensuite, elle ne cesse de répéter qu’elle n’a pas sa place ici, et va frapper deux personnes. Evidemment, on aurait probablement réagi pareil, mais cela n’aide pas à se faire passer pour sain, comme quand elle saute sur des infirmiers à une autre occasion.

L’hôpital l’a bien sur enfermé sans lui demander son avis – quoique devant un tribunal, elle a signé les papiers – mais, elle n’aide pas à un seul instant pour avoir l’air saine d’esprit – ce qui est bien normal quand on est enfermé avec son harceleur, certes. Il se peut ainsi que, pour elle, l’hôpital ne soit pas si criminel que cela, et que leurs réactions post-internement soient justifiées.

Il faut aussi se rappeler comme on l’a dit que le film se passe bien souvent du point de vue de Sawyer, donc – même si ce n’est pas ce que défend le film – on peut être trompé par cette dernière. Certes cela ne semble pas être le cas pour David, mais cela pourrait l’être par rapport à des aspects de sa folie qui ne nous seraient pas montré. D’autant plus que la fin du film ne se dirige pas forcément vers la théorie de l’esprit clair et sain.

1 2 3 4 5

2 comments

  1. FR3D 23 juin, 2020 at 12:15

    Sur la supposée folie de Sawyer : Nate le dit clairement, Sawyer “appartient à l’autre catégorie” c’est à dire les gens saint d’esprit enfermés pour frauder leur assurance. Nate étant lui-même parfaitement sain d’esprit son jugement est pleinement recevable.

    Par contre, le point qui m’a fait venir sur ce site c’est un détail que vous n’abordez pas. A la fin Sawyer vire une collègue non sans une pointe de sadisme et dit ceci d’un ton glacial et détaché : “J’aime manipuler les gens”. Cette phrase, de mon point de vue, remet en cause ce qu’on a vu dans le film. Sawyer est alors peut-être malade (de plus le film s’appelle Unsane en VO, terme à la signification assez large permettant à Sawyer de souffrir d’une pathologie autre que la paranoïa proposé par le titre VF). A cet instant du film on peut considérer que Sawyer est une psychopathes au sens clinique du terme et qu’elle a manipuler tout le monde jusqu’au spectateur que nous sommes.

Leave a reply