Critique de House Of Cards Saison 2

Après le carton plein de la saison 1 de House Of Cards (que nous avions adoré), Netflix envoi de nouveau Kevin Spacey comploter dans les arcanes du pouvoir du "monde libre".

Pour mémoire, la saison 1 se termine sur le début d'une enquête approfondie sur la personne de Frank Underwood par une équipe de journaliste qui flaire les malversations et le crime (notamment le meurtre !).

Annoncé par Netflix comme une continuité dans le style des actes perpétués par cet homme assoiffé de pouvoir qu'est Frank Underwood, qu'en est-il réellement ? Critique garantie sans spoilers !

Synopsis

Après avoir écarté tous ses adversaires, Frank Underwood est nommé Vice Président des Etats-Unis d'Amérique. Sa quête de pouvoir est cependant loin d'être terminé car il ne vise rien de moins que siéger dans le bureau ovale.

Alors que les journalistes entament des actions de plus en plus dangereuses pour son ascension, Franck doit gérer son nouveau poste de conseiller au Président des Etats-Unis d'Amérique et éviter l'exposition.

Critique

Après une si longue attente liée au phénomène du Binge Watching (à savoir regarder une série quasi en entier d'un seul coup), Netflix arrive à nous remettre les pieds dans le plat d'entrée de jeu ! On retrouve avec plaisir le nouveau Vice Président et son style inénarrable... Le premier épisode est riche en rebondissement et se termine par un acte d'une violence inouïe et inattendue. Quel choc ! La réalisation y va même de son petit coup de génie avec un final digne d'un grand film et dont le monologue de Frank Underwood nous laisse bouche béé...

L'impatience de retrouver les intrigues de la Maison Blanche et du Congrès reprend le dessus. Mais l'excitation est de courte durée. En effet, les 3 premiers épisodes sont d'une lenteur et d'un contenu qui frôle l'arrêt cardiaque. Excepté le final de l'épisode 1, le spectateur n'a rien à se mettre sous la dent. On assiste plutôt aux présentations des nouveaux personnages qui vont mettre cette saison en branle. Jackie Sharp (Molly Parker) est la nouvelle cheffe de la majorité parlementaire et prend de l'ampleur. Frank s'entoure de nouveaux experts qui mettent en balance les rôles de ses proches conseillers d'avant (notamment Doug Stamper).

HouseOfCards_DougStamper_FrankUnderwood

Après avoir positionné ses gens assez rapidement (trop ?) et assuré d'un soutien politique fort, le Vice Président s'en va vers de nouvelles aventures. Cette saison 2 est clairement tournée vers les affaires étrangères. La politique interne perd du terrain. Elle est reléguée au second plan au profit d'une vaste histoire de blanchiment d'argent chinois à destination de la politique américaine.

Les journalistes sont malheureusement très vites écartés du centre des débats pour se concentrer sur les relations internationales. Un triangle de malversations se créé entre Frank Underwood, Raymond Tusk (un homme d'affaire et aussi meilleur ami du Président) et un milliardaire chinois. S'engage alors une lutte d'influence pour obtenir l'écoute du Président.

Les autres intrigues parallèles semblent futiles et presque inutiles, notamment l'histoire de cybercriminalité. Car le vrai sujet est là : comment influencer au mieux la politique ? Comment être certain d'être écouté par le Président des Etats-Unis et de savoir que les choix qu'il va faire sont en réalité ceux du Vice Président ?

HouseOfCards_PresidentWalker

Finalement, cette saison 2 a beau être riche d'intrigues, aucune d'entre elles ne nous passionne véritablement. Quelques scandales par-ci par-là, des mésaventures de quelques minutes et un fil rouge de blanchiment d'argent sans trop d'intérêt. Kevin Spacey rencontre assez peu de frottement réellement dangereux. Robin Wright (sa femme, Claire Underwood) reste égale à elle-même dans sa droiture.

Ce qui sauve cette saison 2 est le duo infernal Spacey-Wright, couple machiavélique par excellence qui, avouons-le, ne trouve pas grand adversaire à sa taille ! Le Président des Etats-Unis lui-même peine à convaincre, il semble plus à plaindre que ne dégage de charisme et de puissance.

Le bilan est mitigé pour une saison en demi-teinte : le casting continue de briller et de nous faire rêver tandis que les scénaristes virevoltent adroitement dans la facilité jusqu’au final qui reste magistral.

Malgré tout, on attend avec impatience la saison 3 !

Laisser un commentaire