Critique de House of Cards Saison 1

House of Cards est une vraie petite révolution sur le petit écran américain. Le site de streaming et VOD Netflix a proposé le 1er février la diffusion des 12 épisodes de la série. Elle répond au phénomène du binge viewing, autrement dit le visionnage en mode marathon d’épisodes d’une série (je plaide coupable !).

Synopsis

Franck Underwood est député. Alors que le président des Etats-Unis vient d’être réélu, il attend sa nomination au poste de secrétaire d’Etat. Mais en politique, les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Franck voit donc un de ses adversaires obtenir le poste alors qu’il a été un acteur majeur dans l’élection du président. La Maison Blanche a encore besoin de lui au congrès. Franck va tout mettre en œuvre pour venger cet affront et conquérir le poste suprême. Pour cela, il utilise une jeune journaliste en lui servant sur un plateau des informations pour faire tomber des têtes. Celle-ci joue le jeu bien volontiers, passant de la rubrique des chiens écrasés à la une du journal.

Critique

House of Cards est une série politique dans la lignée de The West Wing ou plus récemment Boss. La série se déroule à Washington, dans les coulisses de la Maison Blanche et du Congrès. La série est le versant opposé de The West Wing. Si cette version offrait la part belle aux hommes du président et à POTUS, House of Cards montre les manipulations de Franck où tous les coups son permis. Le génie de Franck est d’utiliser les gens à son profit, notamment en leur soufflant les idées qu’il veut tout en leur faisant croire que ce sont les leurs. La série est passionnante et riche en rebondissements et coups bas venant de tous les côtés. C’est la première fois qu’une série s’intéresse au législatif américain et où le congrès est mis avant. Pas sûr que ce soit à son avantage. L’univers politique n’a rien à envier à celui de la mafia. Il est même pire si l’on considère que des personnes qui gouvernement sont prêtes à tout pour rester au pouvoir. Original et addictif !

house_of_cards_2

Le casting, quant à lui, est tout simplement incroyable. Une brochette d’acteurs venant du grand écran donne à la série une qualité indéniable. Le génial Kevin Spacey crève l’écran. La narration est originale. Les apartés à la caméra font de lui notre principal interlocuteur et nous ses confidents. Il nous apprend ses techniques et enseigne l’art de la stratégie. Dans certaines scènes, on croit voir Keyser Soze 20 ans plus tard, tellement le personnage de Franck est machiavélique. Il est arrogant, méprisant et sans scrupules mais on l’adore !

Sa femme, Claire, se veut aussi froide et calculatrice que son mari mais ses états d’âme l’empêchent d’être aussi impitoyable. Du coup, on se demande si elle est attachante ou stupide. Mais elle a le mérite d’être la seule que Franck respecte. Le personnage de la jeune et ambitieuse journaliste est relativement transparent. Elle sert principalement de faire valoir à Franck. Pas aussi naïve qu’elle en a l’air, elle n’hésite à se servir de ses atouts pour arriver à ses fins.
Si vous aimez l’univers politique, ses projets de loi et ses élections, les complots et surtout l’amoralité des personnages, foncez ! Vous trouverez bien une petite journée pour enchaîner la saison. L’inconvénient, c’est qu’il faudra patienter encore plus longtemps que d’habitude entre deux saisons.

La critique de la saison 2 est à lire à ce lien  !

Leave a reply