Critique de Revolution

L'hiver approchant, on se met à l'affut de quelques séries TV qui nous feront passer les deux heures de transport en commun journalier...En dehors des classiques de la rentrée, on laisse parfois la chance à un nouveau venu dans l'espoir de découvrir la nouvelle série du moment. Revolution surfe sur le thème de l'année: le survival. Mais pour changer pas de vampire, pas de zombie juste des hommes comme vous et mois qui se retrouvent dans un monde privé d'électricité.

L'histoire se passe 20 ans après un black out mondial qui n'a jamais pris fin. L'électricité a disparu comme par magie, les disjoncteurs sont aussi inutiles que les ordinateurs et il est devenu impossible d'allumer une lumière! Dans ce chaos, la plus part des survivants se sont rendus dans les campagnes pour former des communautés genre mormon mais avec un peu plus de goût vestimentaire...Dans le même temps un gars a mystérieusement pris le contrôle de l'armée et a déclaré la République de Monroe. Dictature militaire qui s'attaque au droit fondamental des américains : celui de posséder ses armes à feu! En effet Monroe réserve à sa millicia le droit d'utiliser les dernières armes à feu produites dans ce bas-monde.

Sans blague, il y en a pas un pour prendre un vélo?

C'est déjà l'une des premières raisons pour ne pas regarder ce show. Une série TV financé par la National Riffle Association ne m'emballe pas des masses au premier abord. Mais en plus elle se permet d'avoir un scénario, une cohérence proche de zéro, des acteurs au charisme d'escargot en plein soleil et de clichés à tire-la-rigot.

Commençons par ce scénario de pseudo SF : un monde sans électricité...On accepte pour les besoins de la chose que cela n'affecte absolument que les machines et en aucun cas les êtres vivants dont le simple battement de coeur est une impulsion électrique... L'électricité n'existe plus mais ça n'empêche pas la poudre d'exploser, ou l'essence de brûler. A ce moment-là pourquoi ne pas prendre un simple moteur à explosion, actionner la manivelle et "tourne manège"! Ou encore une locomotive à vapeur... bref l'électricité n'est pas indispensable pour ça. Admettons encore que cela ne marche pas... Il y a des millions de personnes qui quittent la ville pour la campagne, il y en a trois qui ont un cheval et tout le reste part à pied. Pourquoi personne ne prend un vélo, une trottinette ou même une paire de roller? Le père du personnage principal a certes un embryon d'idée en prenant un petit trolley, mais ca ne va pas plus loin...

On pourrait encore accepter cet univers, si on avait construit derrière des personnages et des idées un peu poussé. Dans Revolution tout le monde ne pense qu'à une chose : remettre l'énergie en route...Au bout de deux épisodes on ne voit personne qui se dit que le monde n'est pas plus mal maintenant avec toutes ces forêts verdoyantes la nature reprenant ses droits, etc. A croire que tous les hyppies sont morts. Les plus adaptés à la survie étant les possesseurs de I-phone dernière génération et les actionnaires de google (je ne plaisante pas ce sont les personnages de la série...) Le casting/personnage est assez déplorable. L'héroïne est un idéaliste naïve qui a pourtant grandit dans ce monde... Son oncle est un rebelle au grand coeur... Il y a un gros pour faire rire...On aurait pu attendre beaucoup de la prestation de Giancarlo Esposito (le méchant de Breaking Bad) et d'Elizabeth Mitchell (Lost), mais là encore rien de fabuleux. Le premier est caricatural (méchant psychotique) et la deuxième ne fait pour l'instant qu'une brève apparition...

Bref quand on ajoute le petit fond cliché américain sur la possession d'arme, des rebelles porteurs de drapeau des véritables USA et un petit soupçon de religion, on débouche sur l'un des plus mauvais pilots depuis des années.

2 comments

  1. bob 24 février, 2013 at 13:11

    Je suis d accord sur l ensemble de l article sauf sur le fait qu il ne peut pas y avoir de moteur a explotion etant donné que ca fonctionne avec une bogie qui necessite l électricité

Laisser un commentaire