Critique The Descendants d'Alexander Payne

On avait plus vraiment entendu parler du réalisateur Alexander Payne depuis le très bon sideways, sorti il y a déjà 6 ans. Il est de retour avec The Descendants, récompensé du prix de meilleur drame aux derniers Golden Globes. Un choix surprenant tant c'est avant tout une comédie.

Synopsis

À Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans.

Critique

The Descendants est un film difficile à cerner. La plupart du temps, il s'agit d'un feel good movie réussi, un road trip familial qui rappellera à beaucoup de monde Little Miss Sunshine. Le père de famille doit s'occuper de ses deux filles pour la première fois de sa vie tout en gérant sa propre souffrance. Finalement, c'est une quête, la recherche de l'amant de sa femme, qui le rapprochera de ses filles, et de l'ainée en particulier. Les personnages qu'ils rencontreront au cours de leur périple seront source de situations cocasses et souvent très drôles.

The-Descendants-shailene-WoodleyParallèlement à ces nombreuses séquences de comédie, le film apporte également sa dose d'émotion. Le père, les deux filles ressortiront de cette expérience plus matures, prêts à accepter les malheurs de la vie, et surtout à vivre ensemble. Seul le pote idiot de l'ainée, qui les accompagne tout au long de ce périple, n'évoluera pas. Mais ce n'est pas son but. Les membres de la famille, eux, apprendront à vivre ensemble et à se protéger.

George Clooney, récompensé par le Golden Globe du meilleur acteur dans un film dramatique, est excellent. Lui qui n'a jamais été père ni mari, est absolument à sa place dans ce rôle de père paumé, désemparé, qui doit gérer ses deux filles pour la première fois de sa vie. Shailene Woodley, qui incarne l'ainée, est une actrice à suivre. Elle incarne cette adolescente typique, en rejet de l'autorité parentale, avec une justesse assez surprenante et la séquence de la piscine est certainement l'une des plus belles du film.

 

Au final, The descendants, malgré ses faux airs de Little miss sunshine like, est un film à part entière, naviguant avec intelligence entre absurde, rire, émotion et évolution des personnages. Le tout des les décors somptueux d'Hawaï.

 

 

 

2 comments

  1. Chadai 21 janvier, 2012 at 11:09

    Bonjour j’ai vu ce film en avant première et malgré le sujet grave traité, il m’a laissé assez froide  (alors que dans Million Dollar Baby on est fracassé la moitié du film ), quasiment sans émotion . C’est une comédie ? Ah bon je n’avais pas vraiment remarqué parceque ce n’était pas les grands éclats de rire non plus … quelques sourires à peine. Reste de belles images d’hawai sur une jolie musique . La façon de courrir de monsieur « what else » n’est vraiment mais vraiment pas sexy du tout … ça casse le mythe !
    Bref il manque le petit truc qui aurait pu en faire un très bon film mais finalement c’est l’essentiel : générer une émotion quelle quelle soit .

Laisser un commentaire