Critique Malveillance de Jaume Balaguero

Jaume Balagueró, réalisateur de Rec, grand succès horrifique de ces dernières années, est de retour dans les salles de cinéma avec Malveillance, un triller "digne de Polanski" et "Hitchcockien" selon les critiques. Verdict d'Oblikon avec cette critique.

Synopsis
César est un gardien d’immeuble toujours disponible, efficace et discret. Disponible pour s’immiscer dans la vie des habitants jusqu’à les connaître par cœur ; discret quand il emploie ses nuits à détruire leur bonheur ; efficace quand il s’acharne jusqu’à l’obsession sur Clara, une jeune femme insouciante et heureuse…

Le nom Jaume Balagueró est apparu sur toutes les lèvres en2008 avec la sortie de son film Rec, film surfant sur la vague du Projet Blair Witch et de Cloverfield. Pourtant, le réalisateur espagnol a déjà une filmographie bien remplie et de qualité.  La secte sans nom et Darkness, bien que plus classiques, étaient de vraies réussites dans le genre horrifique. Avec Malveillance, il reste dans un univers assez proche. Bien qu'il s'agisse d'un thriller, il réussit toujours à nous horrifier lorsqu'il le veut.

Jaume Balagueró est un très bon réalisateur, ce n'est donc pas une surprise que ce malveillance soit réussi, malsain et angoissant. Ce qui différencie ce film des autres est le traitement des personnages et de l'intrigue. Du début à la fin, le film s'intéresse au "méchant", au concierge malveillant. Quels sont ses sentiments, quels sont ses raisons, ses buts... On découvre ses méthodes en détail et pire, on craint pour lui lorsqu'il et sur le point de se faire pincer. S'il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un monstre de cruauté, il est le "héros" du film, et dans plusieurs séquences ou la tension montrer, il est presque une "vicitme"...

film malveillance

Du coup, la victime, ici, ne sert pas à grand chose et n'a pas de consistance. Comme dans de nombreux films d’horreur, elle se ballade en petite culotte et est là pour faire joli. Sauf qu'ici, c'est judicieux puisqu'elle n'est qu'un personnage secondaire.

Le gros point noir du film selon moi, est sa fin, finalement assez classique, et manquant peut être d'ambition. Quoiqu'il en soit, on ne va pas bouder notre plaisir pour si peu et Malveillance est un thriller efficace et réussi.

actrice malveillance

Critique Malveillance de Jaume Balaguero

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Christopher Guyon, il y a 6 ans et 1 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Répondre à : Critique Malveillance de Jaume Balaguero
Vos informations: