Critique Take Shelter de Jeff Nichols

Grand prix du dernier festival de Deauville, Take Shelter, réalisé par Jeff Nichols, est porté par deux des valeurs montantes du cinéma américain, Michael Shannon (Prochainement dans The man of steel) et Jessica Chastain (récemment dans Tree Of Life). Une récompense méritée ?

Synopsis

Curtis LaForche mène une vie paisible avec sa femme et sa fille quand il devient sujet à de violents cauchemars. La menace d'une tornade l'obsède. Des visions apocalyptiques envahissent peu à peu son esprit. Son comportement inexplicable fragilise son couple et provoque l'incompréhension de ses proches. Rien ne peut en effet vaincre la terreur qui l'habite...

Critiques du film

Take Shelter débute lentement mais surement. Le réalisateur, tout en lorgnant sur le fantastique, prend le temps d'installer une ambiance vraiment pesante. On pense un peu aux films de Chronenberg lors de sa première partie de carrière. Le personnage principal semble hanté par des visions terribles qui l'épuisent physiquement et moralement. Les personnages secondaires qui gravitent autour de lui ont ont une importance mineure mais ne sont pas dénoués de charisme. Cette première partie est en tout point réussie. Puis peu à peu, le film semble changer d'orientation. D'abord bercé dans une ambiance fantastique, il glisse lentement vers le film clinique.

michael shannon take shelter

Si cette nouvelle approche est au final tout aussi intéressante et encore plus angoissante, il n'en demeure pas moins que la transition entre ces deux tons est un peu délicate. Quelques temps morts se font sentir, et c'est sur ce passage que le film se mettra à dos un partie du public. Michael Shannon doit assumer un rôle très dur puisque quasiment toutes les séquences se mettent alors à tourner sur la folie/les visions du personnage. Alors qu'il aurait pu surjouer, il est excellent, et terrifiant, du début à la fin. Contrairement au réalisateur, il arrive à faire basculer son personnage sans raté. De gentil papa ayant des visions qui vont sauver le monde, il vire avec brio au schizophrène impulsif et violent. Mais ou est la vérité ?

En conclusion, Take Shelter a tout du film malade. Mais comme son personnage principal, l'est-il vraiment ? Malgré des errements évidents durant le film, la performance des acteurs, l'originalité du traitement et surtout la beauté du final devraient vous inciter à aller voir le film lors de sa sortie. Rendez vous dans les salles de cinéma le 4 janvier 2012.

2 comments

Laisser un commentaire