« Prince of Persia : les sables du temps » de Mike Newell

Un film d’artisan complètement désintéressé et dépourvu d’ambitions artistiques qui se contente de faire le minimum requis, sachant pertinemment que, bon ou mauvais, le film remportera un succès garanti par les fans déjà conquis du jeu vidéo et par la propagande promotionnelle qui annonce ni plus ni moins qu’un nouveau « Pirates des Caraïbes ».

Dastan, Prince Perse de sang non noble ayant été adopté par la famille royale dans sa jeunesse, est victime d’une machination qui lui met à dos la prise d’une ville sainte pour un faux motif et l’assassinat de son père pour lequel il n’y est pour rien. A l’aide d’une dague permettant de changer le cours du temps, il va essayer de laver son honneur et de sauver l’empire de Perse.

Un film d’artisan complètement désintéressé et dépourvu d’ambitions artistiques qui se contente de faire le minimum requis, sachant pertinemment que, bon ou mauvais, le film remportera un succès garanti par les fans déjà conquis du jeu vidéo et par la propagande promotionnelle qui annonce ni plus ni moins qu’un nouveau «

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent
lost-numbers

La fin de Lost inspirée par Platon

Article suivant

Sherlock Holmes de Guy Ritchie

Articles sur le même sujet