Critique Tomb Raider 2013

Tomb Raider 2013
Tomb Raider 2013

Gameplay

La jouabilité (en français il faut dire comme ça) est quasi irréprochable. Cependant, le genre est tout de même très éloigné de ce que l’on connait de Tomb Raider.

Pour aller vite, prenez un shaker, une grosse poingée de Uncharted, un soupçon de Far Cry, une  pincée de Tomb Raider, mélanger fort et servez dans un verre à long drink.

Le jeu est assez bien équilibré entre les phases de plateforme (grimper, ramper, créer des tyroliennes…), de séances de combats violents, et l’apparition de quelques actions contextuelles.

Les armes disposent de nombreux modes de tirs permettant d’atteindre des zones particulières (arc-grappin, arc à poulie mécanique par exemple) ce qui enrichit les déplacements.

Tomb Raider 2013
Scéance accro-branche

Le changement majeur de cet opus est la gestion des combats. Soit vous exécutez discrètement vos adversaires au corps à corps en mode Splinter Cell, soit vous entrez dans des phases ultra violentes de combat à l’arme lourde (fusil à pompe, lance grenade, flèches incendiaires…). Ce dernier point est très bien géré car les adversaires sont équipés de sorte qu’ils viendront vous dénicher dans les moindres recoins. Vous devez donc constamment vous déplacer et éliminer au mieux selon les armes dont vous disposez.

Les combats, éliminations discrètes et accès à de nouvelles zones peuvent être facilités par l’acquisition de nouvelles compétences et l’amélioration des armes. De l’expérience est acquise au fur et à mesure de la progression dans les niveaux et des interactions avec l’environnement (voir missions alternatives).

Par exemple, les points de compétence permettent d’activer de nouvelles actions de jeu en combat comme envoyer de la poussière et des cailloux dans le visage des ennemis pour les désorienter.

 

Ce qu’il faut retenir du gameplay : une nouvelle approche de jeu pour Tomb Raider, beaucoup plus dirigée dans le déroulement de l’action mais avec des combats d’une belle intensité et des déplacements acrobatiques  de toute beauté. Le jeu s’oriente donc plutôt comme une « chasse à la femme » qu’une chasse au trésor.

 

Missions alternatives

En parallèle de l’histoire principale, les zones de jeu accueillent diverses missions alternatives. Ces missions ne sont pas démarrées par l’interaction avec un personnage mais par des objets ou zones particulières.

Ces missions alternatives permettent au joueur de gagner de l’expérience afin d’améliorer les compétences de Lara.

Nous citerons entre autres les cahiers et récits trainant sur les bureaux ou dans des coffres et qu’il faut collectionner pour comprendre l’histoire d’un ambassadeur du 19ème siècle ou d’un mercenaire actuel.

Il existe aussi de nombreux tombeaux à visiter qui reprennent convenablement la logique d’énigme d’environnement à résoudre afin de parvenir au coffre renfermant un secret. Ce point a son importance pour les joueurs qui recherchent l’aspect chasse au trésor.

Si vous êtes pris par le scénario, vous pourrez revenir en arrière via des téléportations entre feux de camps afin de terminer l’aventure à 100% et accéder aux zones interdites des premières zones.

 

Au final, ce reboot redonne de la fraicheur à Tomb Raider, une nouvelle impulsion vers une Lara Croft plus humaine se fait sentir. Le scénario tient en haleine du début à la fin et la jouabilité est excellente.

Un seul regret, il manque trop à cet épisode de faune naturelle, excepté quelques loups, les cibles sont principalement humaines. Espérons que le prochain opus sera plus sauvage en ce qui concerne l’environnement.

 

Tomb Raider
Tomb Raider

Réagissez en commentaire à nos dossiers ! Faites vivre la communauté et surtout grandir nos papiers 😉

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent
Affiche OZ

Critique Le monde fantastique d’Oz

Article suivant
The walking dead saison 3

Critique série TV : The Walking Dead Saison 3

Articles sur le même sujet