R.I.P.D de Robert Schwentke

3 ans après un "Red" plutôt honnête, Robert Schwentke, également connu pour ses réalisations sur la série "Lie to Me", nous revient avec "R.I.P.D. Brigade Fantôme". Si l'on passe sur le jeu de mot assez facile du titre, le projet n'en est pas très moins ambitieux : réussir le mix parfait entre "Men in Black" et "Ghosbuster", alors pari réussi ?

Synopsis

Roy Pulsifer et Nick Walker sont des flics d’un genre très spécial. Morts tous les deux en service ils sont dorénavant membres du R.I.P.D. (Rest in Peace Department), brigade de police assez particulière qui vise à protéger notre planète d’une recrudescence de créatures néfastes qui refusent de passer tranquillement dans l’autre monde.

Critique

L'entrée en matière  du film, plutôt réussi, voit donc notre héros (Ryan Reynolds), assisté par un Kevin Beacon qui n'a décidément pas une tête à jouer un rôle de gentil, mourir au cours d'une opération de police un poil musclé, pleine de bullet time  et d'explosions qui sortent d'on ne sait où (qui a dit Michael Bay ?). Après un passage dans l'au delà plutôt mouvementé et une présentation en grande vitesse du concept de la RIPD par une Mary Louise Parker hélas sous-exploité, notre trop lisse héros se voit donc affublé d'un encombrant et cabotin coéquipier incarné par Jeff Bridges et malheureusement c'est à ce moment là que le film commence définitivement à s'enliser.

ripd-jeff-bridges-ryan-reynolds

Autant le dire tout de suite, alors que l'idée de base était plutôt originale on se rend bien vite compte que la sauce ne prends pas.
Le concept du duo de flics que tout oppose (même s'il ne brille pas par son originalité) aurait pu être efficace s'il n'était pas plombé par un Ryan Reynolds totalement transparent et un Jeff Bridges qui même s'il sauve en partie le film en fait souvent beaucoup trop. Le scénario et ses très grosses ficelles (qu'il convient d'appeler cables dans le cas présent) n'est qu'un vaste pompage en moins bien du portail au sommet d'un building de ghosbusters/transformers/avengers (rayez la mention inutile) et le prétexte à des cascades et effets spéciaux allant du passable au franchement décevant. Qu'importe tout cela si l'humour est bon me direz vous, et bien malheureusement ce n'est que rarement le cas. Alors qu'un Men in Black réussissait, en plus de son mémorable duo et grâce à un univers cohérent, à créer tout un tas de situation comiques, RIPD s'enfonce ici dans les blagues primaires répétées jusqu'à en avoir la nausée. En gros il n'existe dans le film que trois principaux ressorts comiques : le couple bimbo / "vieux chinois", la nourriture indienne qui insupporte les morts (pourquoi on ne saura jamais), et Jeff bridges dévoré par les coyotes. Ces trois ressorts d'un profondeur comique extraordinaire comme vous le constatez seront bien évidemment décliné à l'envie et sur toute l'échelle de la vulgarité.

Pour résumer il ne reste malheureusement pas grand chose à sauver dans ce RIPD, ce qui est d'autant plus décevant que le concept semblait prometteur. Il ne vous restera donc plus qu'à vous re-visionner le premier ghosbuster en attendant de meilleur jours pour les chasseurs de fantômes.

Laisser un commentaire