Annecy 2020: Ginger’s tale de Konstantin Scherkin (Russie)

Présenté parmi la sélection officielle des longs-métrages au festival d’Annecy 2020, Ginger’s tale de Konstantin Scherkin (Russie) base son intrigue sur la pierre de feu. Sorte de pierre philosophale, elle apporte richesse et jeunesse à celui, ou celle, qui la possède et l’utilise. Néanmoins, plus elle est utilisée, plus elle rend son porteur cruel, jaloux et paranoïaque.

L'histoire se déroule dans un petit village où une reine maléfique s'emploie à utiliser la pierre de feu sans relâche pour avoir plus d'or. Ne cessant de faire s'enflammer l'une des tours du château par ses expériences, elle ne parvient jamais à avoir de l'or et devient totalement obsédée par cela. Un jour, Ginger, jeune fille vive mais quelque peu maladroite, monte sur la tour pour sauver son chat de l'incendie. La tour finie par exploser et la pierre disparaît alors dans le lac situé juste en-dessous du château. La Reine, sauvée par Oups de l'explosion, est dévastée par la perte de son "précieux" et elle passera sa vie à la chercher sans relâche.

Plusieurs années plus tard, c’est Potter, un ami proche de Ginger, qui découvre la pierre de feu sur le rivage du lac.  Jeune homme affectueux mais complexé par ses ancêtres glorieux, Potter va voir cette pierre comme une aubaine pour compenser ses lacunes. La machine de sa déperdition s'enclenche alors.

Pour l'analyse de la morale du film, c'est par ici!

Pour voir les références qui l'ont inspiré, c'est par là!

1 2 3

Leave a reply