Cannes 2018 : Critique et Explication de Burning

Explications du film

Attention, à partir de maintenant, c’est 100% spoilers.

Burning va parvenir à nous faire croire à la mort de Haemi par Ben sans pour autant le montrer, le dire, ou le prouver une seule fois. C’est en nous plaçant avec Jongsu que nous arrivons à cette supposition, qui n’est après tout rien de plus que cela. En effet, on a pu voir des éléments nous faisant penser que Ben a tué Haemi, mais tout ne reste que spéculations.

Ce qui nous amène à penser cela, c’est d’abord et avant tout le comportement ambigu de notre suspect. Il parle d’avoir brulé une serre, une se trouvant tout près de Jongsu, bien que ce dernier n’ait rien vu. Il peut utiliser par là une métaphore pour désigner Haemi, qui était proche du héros.

Il déclare aussi ne plus parvenir à contacter la jeune femme non plus, comme si celle-ci était « partie en fumer ». Est-par là son côté psychopathe qui ressort ou juste une expression utilisée au mauvais moment ? Il est malheureusement impossible de se faire un avis fixé et certain là-dessus.

Les deux gros indices qui vont pousser Jongsu à penser que Ben est coupable de meurtre, c’est le chat qu’il a adopté et la montre qu’il retrouve chez le riche homme. Il suppose que le chat est celui de Haemi, mais rappelons qu’il n’a jamais vu le chat, et quiconque a un chat sait pertinemment qu’il est rare que l’un d’entre eux réponde à son nom de la sorte. Cela peut donc être un hasard. En ce qui concerne la montre que H retrouve dans un tiroir de potentiels trophées – un après chaque « serre » brulées – encore une fois, cela ne prouve rien. H aurait très bien pu l’oublier et Ben la garder. Lorsque Ben parle des serres à bruler, cela peut faire référence à un meurtre, mais aussi simplement des conquêtes. Ainsi la montre retrouvée chez lui ne serait qu'un trophée "sexuel".

Evidemment, cela fait beaucoup d’élément suspects, d’autant plus si l’on rajoute le coup de téléphone très inquiétant que Jongsu reçoit de cette dernière. Mais finalement on en arrive toujours à la même chose : jamais le film ne dit et ne prouve que Ben ait tué Haemi. Cela reste fort probable, mais le doute reste entier. On assiste donc possiblement au meurtre d’un innocent à la fin du film.

Parmi les autres interrogations fortes du film, il y a les regards que porte Jongsu vers la fenêtre lorsqu'il a un rapport et lorsqu'il se masturbe. Il cherche la lumière, le fameux reflet du soleil qu'Haemi dit ne pouvoir voir qu'à un seul moment de la journée. Il trouve cette lumière, cette forme de bonheur, lorsqu'il couche avec elle et regarde par la fenêtre. Le reflet du soleil apparait. Il le cherche de nouveau lorsqu'il se masturbe, en vain.

Comme Haemi, Jongsu est un être humain pas forcément épanoui, en quête de bonheur et particulièrement solitaire. Ben est, qu'il soit un psychopathe ou juste un hédoniste, celui qui semble avoir trouvé l'équilibre pour être bien dans sa peau. Jusqu'à que son comportement le rattrape et que Jongsu la tue.

1 2

5 comments

  1. Frt 1 septembre, 2018 at 00:54

    Est-ce que la disparition de Haemi n’est pas un lien avec les problématiques de trafic d’organes en Corée du Sud dont fait référence la mère de Jongsu ? Et qui pourrait expliquer également la richesse de Ben…

  2. Loopkin 12 septembre, 2018 at 15:18

    Pas bête ! Par contre je n’ai pas compris l’histoire du puits et de la voisine qui n’a jamais vu de chat : certains ont dit qu’il s’agissait d’éléments pour nous faire croire à l’inexistence de Haemi, mais je ne vois ni l’intérêt ni la cohérence de cette théorie (interactions avec d’autres, son nom est connu de plusieurs personnages). SI quelqu’un a une idée là-dessus 🙂

  3. Benj 17 septembre, 2018 at 09:03

    Beau film, même si quelques longueurs.
    Le réalisateur arrive a créer un climat de doute permanent avec presque rien et c’est très bien joué.

    Pour ma part, je pense qu’on est, à partir de la disparition de Haemi, à l’intérieur du roman qu’écrit le héros.
    Ben devient SON personnage, celui que notre héros envie, c’est son soi à atteindre.
    Il y a l’allusion à Faulkner ” ces romans parlent de moi” et surtout le plan final avec le contre-champ
    de la fenêtre et de “l’écrivain” et on bascule après sur Ben seul, qui n’était jusqu’alors pas le perso omniscient du film.Jong-soo est ainsi devenu Ben au dernier plan, il s’est libéré en tuant en quelque sorte son idéal.

  4. Majin-majicarpe 17 septembre, 2018 at 20:26

    LOOPKIN en ce qui concerne le puits sa mère lui confirme qu’il a bel et bien existé, c’était histoire de nous confirmer qu’Haemi n’était pas une menteuse. Après pour le chat c’est plus complexe car il a laissé des crottes lol… Mais l’histoire du trafique d’organe ça peut le faire,sachant qu’elle était très endettée !

  5. Vancleef 5 juin, 2019 at 19:26

    On nous montre haemi comme un personne mal dans sa peau et en détresse tout le long du film
    L’analyse oublié une chose essentielle, haemi disparaît après la dispute entre elle et notre héros, qui la traite de p*te, comme sa mère le faisait

    Particulièrement déçue, elle a pu se suicider ou s’enfuir
    Et le meurtrier à ce moment serait notre héros, doublement

Leave a reply