Jurassic World Fallen Kingdom : explications du film et de la fin

Explication des nouveaux éléments

Fallen Kingdom apporte de nombreux éléments de nouveauté – à différents niveaux bien sur – qui font de ce film quelque chose de neuf au-delà de son cadre de film plus d’horreur que d’aventure. De plus, il continue sur la lancée des possibilités génétiques enclenchée par le premier film, en proposant quelque chose de plus osé qu’avant. Petit passage en revue.

Benjamin Lockwood

C’est le nouveau John Hammond. Enfin, c’est lui qui va dépenser sans compter par amour pour les dinosaures. On apprend qu’il était le collaborateur du créateur de Jurassic Park, mais qu’un élément les a divisés. Aujourd’hui il souhaite se racheter et respecter la volonté de son ami. C'est un peu facile, mais la subtilité n'est clairement pas le point fort de ce film malgré ses nombreuses qualités.

Maysie Lockwood

Mais qui est donc Maysie, le nouvel enfant en détresse de ce Jurassic World ? Au début, on va penser qu’il s’agit de la fille d’un personnage que l’on connait déjà dans la saga, cela aurait été un lien facile et un clin d’œil sympathique, mais très vite on s’aperçoit qu’il n’en est rien, et qu’il ne s’agit donc que d’une simple enfant. Jusqu’à un certain point, puisqu’il ne s’agit pas vraiment de la petite-fille de Lockwood, mais d’une version clonée de sa propre fille. On se rend alors compte des possibilités de la génétique et de la technologie offerts par l’univers de Jurassic World. A la manière de Westworld, les avancées technologiques et scientifiques permettent aussi d'expérimenter sur les êtres humains.

L’Indoraptor

C’est la partie nouvelle mais également ancienne de Fallen Kingdom. Après le terrible ennemi dans le film de 2015, l’Indominus Rex, un dinosaure créé génétiquement, voilà l’Indoraptor, encore un dinosaure créé génétiquement. Cette fois, c’est un mélange entre la première créature et un raptor qui forme ce nouveau monstre, afin d’en faire une machine de guerre obéissante. C’est dans le fond une sorte de Raptor Super Saiyan, plus fort, plus rapide, plus grand, et plus intelligent. Il n’a été créé que dans un seul but : obéir à l’homme pour tuer.

Il s'agit d'un prototype qui, à la différence de Blue, ne bénéficie pas d'empathie.

La vente aux enchères

Si on pouvait croire au début que le film n’allait consister qu’à sauver les dinosaures d’Isla Nublar d’une éruption volcanique, ce n’est en fait que la première partie du film, et la vraie menace se trouve être humaine – comme dans Jurassic Park 2 – ou Mills trompe Lockwood et organise un sauvetage des bêtes pour en réalité les vendre au plus offrant, tout en réfléchissant à la création de nouveaux dinosaures. Les acheteurs viennent de différents horizons, mais pour la plupart sont tous en lien avec la criminalité, et cherchent à se procurer les reptiles pour en faire des armes. Il est bon pour une fois de ne pas rester enfermé sur une île pleine de dinosaures en apportant de nouveaux enjeux que la simple survie des protagonistes.

Le Jurassic World de Bayona n’a pour autant pas tellement d’éléments nouveaux, mais en offre suffisamment dans son cadre et son ambiance pour se démarquer. Il fait tout cela en réussissant à rester très en lien avec les anciens films de la saga, comme nous allons le voir.

1 2 3 4

Laisser un commentaire